Mars\'s farm Agrinature
Agrinature: Let us invent a way of farming out of 3 resources only - solar light, rain & the farmers

Thèmes

agrinature fukuoka air amour animal animaux argent art article automne bande belle blog

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· .0 the chapters - contents - (8)
· .1 origines de la pratique / (9)
· .2 les cinq propos, le non-faire / (6)
· .3 les cinq étapes, la démarche / (7)
· .4 les cinq éléments, l'état du sol / (3)
· .5 les cinq formes d'adventices / (8)
· .6 préparer nourrir concevoir le sol / (5)
· .6.5.4.3.2...............1illustration / (8)
· .7 semer les céréales / (6)
· .8 planter les potagères / (6)
· .8.7......................illustration / (9)
· .9 parmi les arbres / (5)
· 10 les arbres fruitiers / (3)
· 11 fabriquer du sol / plant synergy / (5)
· 12 façonner le paysage / (6)
· 13 habiter la terre / (8)
· 13.12.11.10.9.............illustration / (9)
· 3.00.4. the basis is spiritual - 2 (17)
· 3.01.4. ecology, to farm & live on earth (8)
· 3.02.4. economy: farms & the society - 2 (18)
· 3.03.1. agronomy as it is - (13)
· 3.04.0. Agrinature, a method - 2 (13)
· 3.05.0. practice of Agrinature - (9)
· 3.06.1. soil making, soil building - (12)
· 3.07.1. farming humans & trees - (10)
· 3.08.2. a three dimensional orchard - (7)
· 3.09.2 a plough-free market-garden - 2 (17)
· 3.10.2. direct sowing of cereals - (11)
· 3.11.3. a university for trees (21)
· 3.12.5. eco-building - culture revival (7)
· 3.13.3. epistemology of Agrinature - (8)
· 3.14.4. educare - children are trees - (8)
· 3.15.3. farm seeds - semences paysannes (10)
· 3.16.3. roots for Agrinature - (9)
· 3.17.2 no till no toil tillered cereals (8)
· 3.18.5. macrobiotic foods - (6)
· 3.19.0. plant sociology - (10)
· 3.20.0. crops amongst the weeds - (11)
· 3.21.5. baking in the wild - (4)
· 3.23.1. rain, streams, terraces & woods (12)
· 3.26.5. landraces - le réseau - (8)
· A university for trees 22 24 25 / (7)

Rechercher
Derniers commentaires

les moments les plus heureux de ma vie sont ceux que j'ai passé chez ma grand-mère à la campagne sur le tracte
Par brigitisis, le 03.09.2014

j'aime beaucoup ton explication sur le je que je ne prends pas du tout moi même pour un mot d'égo dans tes réc
Par brigitisis, le 30.08.2014

les guerres de religion sont un facteur d'unité, puisque toutes les religions ont pour première règle de ne po
Par marssfarm, le 29.08.2014

les coquelicots & bleuets sont des plantes compagnes du blé utiles à détoxifier les sols, mais les agriculteur
Par marssfarm, le 29.08.2014

dans la tradition des moralistes français, on évite le pronom je, allant jusqu'à prétendre que les phrases dit
Par marssfarm, le 29.08.2014

Voir plus

Articles les plus lus

· 21.1 * pain au seigle germé - Essene bread - 2 p
· 20.9 - Wu Xing, les 5 mouvements formes de l'énergie - p
· 9.5.b * semis de printemps au potager - spring sowing - 5 2p
· 18.5 - Ceres, déesse des moissons - p
· 17.1 * la céréale & les trèfles - cereals & clover - 5 5p

· 3.4 * une flore d'herbes riche - a time-space trip - 5 p
· 19.1 * mimétisme des plantes - aside they look alike - 2 4p
· 3.2 * Trifolium repens - white dwarf clover - 5 p
· 10.10 semis direct blé population en prairie céréale - 4 11p
· 11.0 * Jack Clayton's visit to the farm in 2010 - 5 11p
· 10.2 Agrinature, semence & fruit de la permaculture - 3 p
· 15.1 * une population de céréale au champ - 5 3p
· 20.1 * quand la grande oseille prête oreille - weeds - 4 4p
· 4.4 * une forme d'agrinature à tout tempérament - 2 6p
· 7.9 une administration insuffisamment conservatrice - 5 5p

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· brigitisis
· causes
· lire-a-loisir
· mystic-dreams
· odeurdelaterre
· permaculture
· valinfo.org


Statistiques

Date de création : 16.01.2008
Dernière mise à jour : 17.09.2014
375articles


11.20 - le Mas, la Terranche & la brande de Tirelangue -

Publié le 17/09/2014 à 13:18 par marssfarm Tags : paris bretagne exposition

Arrivant à la route, deux cent pas plus bas sur le ruisseau devant le bois

au lieu-dit la brande* de Tirelangue d'exposition ouest,

une de ces averses d'été envers lesquelles la terre sèche crie,

nous surprit par le silence de son spectacle.

Sur nos têtes, seulement quelques gouttes pourtant.

Nous retournant, à la même distance & en direction opposée,

un rai de lumière incendiait le champ à la Terranche en exposition sud.

 

11.20 - le Mas, la Terranche & Tirelangue - 140917

 

* du latin médiéval, en Bretagne, branda «bruyère»,

attesté par son dérivé brandey «champ de bruyères», «lieu où poussent les bruyères»

«fagot de brins de bruyère, enduits d'une substance combustible»,

de l'ancien français brander «flamboyer, s'embraser (de l'aube, d'un rayon de lumière)», parce que la bruyère était facilement inflammable & qu'au moyen-âge on brûlait les champs pour - c'était la croyance d'alors & qui subsiste encore parmi les personnes âgées - les fertiliser;

à rapprocher du latin médiéval brandarium «champ destiné à être essarté par le feu».

  • bruyère qui croît dans les campagnes incultes, bruyère à balais.

    Un pays de brandes.  Chauffer le four avec des brandes.

  • lieux incultes où croissent ça & là ces petits arbustes. Entrer dans unebrande.

"On coupe dans ma commune, les brandes à l'âge de huit ou dix ans, pour chauffer les fours ou les vendre à Casteljoux, & on n'arrache les troncs qu'après une période de quinze ou vingt ans, pour les carboniser." [Enquête sur les incendies des Landes, p. 253] "L'ajonc, le genêt, l'arbousier, la brande & le chêne sont six essences qui, réunies à l'aiguille du pin, forment un puissant aliment aux incendies." [ib. p 212]



12.7 des Gaels le génie rural, les eaux & les vergers /

Publié le 17/09/2014 à 11:41 par marssfarm Tags : bande divers richesse éléments

Au lieu-dit le Mas, deux groupes de trois sources chacun se réunissent en deux rus temporaires.  Les deux rus temporaires du Mas confluent au bas de la parcelle de la ferme sise au lieu-dit "la brande de tirelangue".  Elle s'étire sur environ trois cents mètres & compte un hectare pour un fort dénivelé.  Un talveg la partage en son centre.  Au bas de la bande de terre concave & en pente qu'est la parcelle, le ruisseau-confluent des deux rus du Mas débute avant de passer sous la route bâtie en digue haute.  Beaucoup de ces petites routes sur digues furent construites il y a deux siècles, après la révolution.

La présence de roche affleurante en divers points & de vieux arbres à proximité suggère que le terrain était jadis divisé en cinq niveaux ou terrasses soli-pluviales.  Comme les pins, les cèdres & les Douglas, les chênes des champs possèdent la puissance d'enracinement qui leur permet de s'installer sur une diaclase, une fissure du granite pour s'y insinuer & littéralement digérer le roc ou le cas échéant pénétrer l'argile du sous-sol.  Par une illusion d'optique due à la pente générale du lieu, dans la zone médiane de la parcelle, la limite sud semble remonter.  Elle est en réalité à l'horizontale & un muret la borde.  En un temps reculé que nous ne savons dater, afin de ne pas diviser les terrasses en leur centre, le ru nord du Mas était maintenu comme un petit bief au dessus de ce muret pour ensuite cascader plus bas & atteindre son confluent avec le ru sud & former ainsi le ruisseau-confluent qui borde la limite basse de notre parcelle.  Il est probable aussi que la cascade fut utilisée un temps pour faire tourner un petit moulin en une époque lointaine inconnue de nous, mais il n'en demeure à ce jour nulle trace résiduelle désormais.

En une telle disposition, les cinq terrasses d'un demi-arpent*, irriguées par la proximité haute du ru-bief, devaient être en leur temps des terres de la plus haute productivité.

 

A quand remonte l'abandon du bief en position haute?  Nous ne saurions le dire sans effectuer des recherches archéologiques & historiques.  Les deux guerres du vingtième siècle furent des ruptures d'incidence majeure sur les pratiques de l'agriculture en Europe par l'introduction de l'intrant pétrole dans l'économie de la gestion des sols & des territoires qu'elles impliquaient.  Une fois le bief abandonné, le ru ne réapparut pas car en suite de l'exode rural, beaucoup des parcelles alentour s'étaient entre-temps spontanément reboisées en accrus forestiers où les chênes dominent.  De mai à novembre, les chênes sont capables d'utiliser toute l'eau disponible de ces rus de faible débit & pour ce qui est de novembre à mai, les forêts s'accomodent de cette eau du ru disparu qui coule en nappe diffuse & avec grande lenteur.  Les branches & troncs qui à l'occasion des tempêtes bloquent le petit cours d'eau achèvent de le faire disparaître tout à fait si nul humain ne vient le dégager par la suite.  Pour ce qui est des terres agricoles, elles ne s'accomodent pas en revanche de la disparition des rus, surtout avec l'arrivée des tracteurs.

Avec l'arrivée des tracteurs & la perte de connaissance fine du terrain & de ses us & lois, les terrasses furent réunies en un seule parcelle pentue, longue & creuse.  A l'inverse des animaus de trait qui ne sauraient remonter des pentes fortes tout en tractant une charrue, les tracteurs ne peuvent travailler ce type de parcelle que dans le sens de la pente.  Le ru avait disparu & ne se manifestait plus que par une fraîcheur générale, diffuse, sous-jacente au terrain.  En cette situation, les premières récoltes mécanisées furent probablement spectaculaires.  Cependant, à cause de l'effet combiné de l'humidité sous-jacente & de la pente, l'érosion joua sans attendre.  En un temps que nous estimons à moins d'une génération, la partie centrale la plus pentue perdit tout son sol & le ruisseau confluent au bas de la parcelle se trouva comblé par le résidu de ces écoulements du terrain, transformant de ce fait toute la partie basse en un marais de sables mouvants.  Quant à la partie supérieure située au dessus du ru, elle devint progressivement hydromorphe car l'eau du ru disparu s'y perdait sans pouvoir y couler librement & les passages du tracteur sur un terrain si humide & sans portance en affaiblit progressivement la structure du sol par tassement.

 

Nous recréâmes tout d'abord le ruisseau-confluent au point le plus bas, avant son passage sous la route.  Sa largeur naturelle devrait être d'environ deux mètres & sa profondeur moyenne de plus d'un mètre.  Compte-tenu du fait que le passage de la buse sous la route est depuis deux siècles un point fixe, ce ruisseau pourrait servir un peu comme un bassin de rétention où les eaux du torrent ralentissent leur cours, ce qui freine, empêche pour partie l'écoulement des matières vers aval de la parcelle à travers la buse sous la route.  Nous avons ensuite, après de nombreuses tentatives exploratoires & tâtonnements, recréé le ruisseau central longitudinal, le rétablissant en sa position antédiluvienne & naturelle qui coïncidait avec le talveg.  Nous avons enfin creusé un vrai bassin de rétention juste avant le ruisseau-confluent, en vue d'y recueillir d'éventuels écoulements lorsque le ru temporaire central qui coule dans notre parcelle - le ru nord du Mas - se creuse à l'occasion de pluies fortes ou continues en la saison hivernale lorsque les chênes sont défeuillés.

 

Une fois ces trois aménagements hydrauliques établis, sachant que l'érosion ne jouera plus nous devenons libres de reconstruire la parcelle en cinq terrasses soli-pluviales sur trois niveaux.  Nous ne conservons que trois niveaux en lieu & place des cinq qui existaient avant 1918 & 1945 - afin de ne pas trop subdiviser la parcelle.  L'érosion jouera sur la partie haute de ces pseudo-terrasses tant que leur pente demeure, avec accumulation en leur partie basse, en amont du talus en train de se constituer.

C'est ainsi que les terrasses s'établissent.  A cause du fait que toute eau par elles reçue ne peut que s'infiltrer, ces terrasses deviennent dès leur établissement & tant en leur partie haute au sol squelettique qu'en leur partie basse qui recueillent les éléments du lessivage, des espaces de pédogenèse accélérée où les plantes - les arbres & arbustes plantés ou germés sur les talus & bords & les espèces cultivées semées en plein dans les sous-parcelles ou pseudo-terrasses - pousseront selon les critères optimaux que le climat permet.  C'est pour ces deux raisons que nous les nommons "soli-pluviales".  Pour peu que nous les laissions librement s'écouler, la présence & la proximité des ruisseaux constitue une richesse insigne, une source de fraîcheur & un accélérateur phénoménal de la pédogenèse.  Lorsqu'ils étaient empêchés de couler, ils étaient à l'inverse cause d'hydromorphie, de déstructuration des sols, de froidure & d'empêchement à la croissance des plantes présentes par asphyxie des racines.  L'hydromorphie contient néammoins l'idée d'une pédogenèse potentielle en stock pour le futur, du fait que le granite ne permet pas d'infiltration en profondeur & qu'ainsi se trouvant dans l'eau, il se désagrège lors sans s'éroder.

---

* l'arpent est une ancienne unité de mesure de longueur.  L'étymon est un des rares mots gaulois continué dans le français standard : are-penno signifie initialement "extrémité, bout", mais finit par désigner une surface.  Il pourrait également indiquer la distance de portée d'une flèche.  L'acre ou arpent carré correspondait à diverses surfaces selon le pays & l'époque.  The acre is a unit of area used in the imperial & U.S. customary systems. One international acre is defined as appromaxitively 4047 square metres.  During the Middle Ages, an acre was the amount of land that could be ploughed in one day with a yoke of oxen & measured one by ten chains (110 by 1 furlong; 22 by 220 yards),

yielding 4,840 square yards or 43,560 square feet or again 0.4 hectare. - edited from Wikipedia

0.19 - force & douceur : le faire & l'action vraie -

Publié le 17/09/2014 à 11:26 par marssfarm Tags : douceur vie moi amour enfants société femme femmes animaux

Faire du mal au nom de l'amour est le paradoxe de l'humanité, la racine de toutes les luttes & guerres.  Si nous avions un seul but dans la vie, il serait de nous soustraire à ce cercle de luttes égotiques & de représailles.  "J'ai fait la guerre, je garde mon job, je fais du mal aux autres... non pas pour moi, mais pour ma femme, mes enfants, ces petits êtres (supposés) sans défense."  L'observation nous montre le contraire : les enfants & les femmes sont en réalité les êtres les plus forts de la société humaine, puisque la force physique est le signe sûr de la faiblesse.  La biologie des animaux le sait, qui rapetissent pour échapper à la tyranie de pression exercée par notre espèce.  Enfant signifie "celui qui ne parle pas".  Dès qu'ils savent parler, ils n'en sont plus.  Femme signifie "celle qui porte les enfants".  Dès cette oeuvre accomplie, dès que ses rejetons ont atteint l'âge de raison - sept ans - elle devrait redevenir un humain semblable en tous points aux autres.  Le massacre des enfants & l'oppression des femmes sont une réalité que nous ne saurions ignorer, mais elle ne doit pas nous faire oublier les enfants soldats & que la violence sait aussi se déguiser en douceur.  L'immitation est violence.

 

0.19 - force & douceur : le faire & l'action vraie - 140917

3.8 au solstice, nous mettrons une bûche dans l'âtre /

Publié le 16/09/2014 à 11:05 par marssfarm Tags : hiver

Au temps du solstice d'hiver, nous mettrons une bûche dans l'âtre & elle devra brûler le jour entier.  Les paysans s'y réchaufferont & ne travailleront pas douze jours durant.  Les six derniers jours de l'année, compris entre la Noël & le jour de l'an indiquent la tendance météorologique des six premiers mois de l'an à venir.  Quant aux six premiers jours de l'année jusqu'à l'épiphanie, ils en décrivent respectivement les six mois du second semestre.  Nous pouvons nous aider en cela du calendrier lunaire, planétaire & biodynamique des semis, que Maria & Matthias K. Thun remirent en vogue.

3.8 un temps comme la lune /

Publié le 09/09/2014 à 13:40 par marssfarm Tags : fleur monde mer nuit fleurs éléments air

En sept ou huit jours, la lune parcourt une portion de ciel dans des régions du ciel habitées de constellations dont la symbolique se réfère aux quatre élément, selon la séquence : feu - terre - air - eau - transcrite dans le calendrier lunaire en fruits - racines - fleurs - feuilles -

 

Dans cette configuration, l'élément espace correspondra aux temps des noeuds lunaires ou de périgée, quand la lune en son rythme tropique traverse le plan de l'écliptique ou lorsque ce mouvemente atteint son point le plus bas.

Nous transcrivons lors la séquence ainsi définie en : ou feu - 5 ou terre - 2 ou air - 4 ou eau - 1 ou espace -

La séquence est conforme au cycle Sheng de nourissement ou engendrement.

Nous pouvons ensuite relier ces éléments à quatre états météorologiques types.

A l'élément 3 ou feu (fruits) correspond un temps de soleil.

Lorsque l'élément 5 ou terre (racines) domine, la météorologie sera parcourue par des averses.

L'élément 2 ou air, (fleurs) favorise le temps des éclaircies.

Quand la lune & les planètes proches de la Terre sont affectées par l'élément 4 ou eau (feuilles) la pluie est imminente ou actuelle.  Enfin, lorsque la lune atteint son périgée & les deux noeuds lunaires, ce qui dénote des aspects de son mouvement dans l'espace (1) la météorologie est caractérisée par de l'instabilité.

 
1 - Le temps du type 1 est de transition ou instable.

2 - Dans le temps de type 2, le ciel se couvre & s'ouvre en éclaicies, alternance de nuages & lumière.

3 - Au temps de type 3, le soleil brille.  C'est la situation d'anticyclone au ciel clair.

4 - En 4, il pleut.  La dépression éclate ses nuées.

5 - Le temps 5 est un front de dépression, ce que les météorologues nomment une perturbation manifestée par des averses en rafales & un temps couvert.

 

Ces influences lunaires & planétaires sont valables pour le monde entier.  il paraitrait une absurdité de prétendre que la même météorologie se manifestera en tous les points de la planète.  Il faut donc les adapter en fonction du climat du lieu considéré.  Dans le Sahara, les pluies sont rares.  Les rosées en revanche y sont comme de la pluie à cause de la grande amplitude des températures entre le jour & la nuit.  L'interprétation ici mentionnée convient pour le Limousin avec une prédiction comprise entre la moitié & les trois quarts.  Pour le reste, le vent est le meilleur indicateur du temps qu'il va faire, selon qu'il vient de la mer, chaude & humide ou de la terre, froide & sèche - ou selon le régime inversé des moussons.

Entre Casamance & Sibérie, le Limousin est parfois soumis par intermittence à des régimes de moussons - mousson sèche d'avril ou septembre, mousson humide de juillet & août.

6.13 - établir la parcelle en une basse & vaste butte

Publié le 08/09/2014 à 11:28 par marssfarm Tags : bonne mode bande travail cadre animal

Les données de l'archéologie suggèrent que le labour fut inventé en Syrie il y a dix-mille ans.  comme tout ce qui touche au passé, il est probable que cette assertion soit fausse & que l'invention de l'agriculture ait eu lieu plus loin de nous dans le temps & vers l'est.

Prenons-la cependant comme hypothèse.  L'ouverture du sol en vue d'y semer le blé ou l'orge était obtenue par traction par un animal d'une araire de bois qui ouvrait un sillon.  L'animal ne pouvait effectuer ce labeur qu'à l'horizontale, soit selon les courbes de niveau pour que l'effort en soit minimisé.  L'utillisation de l'animal suggère aussi qu'une part des terrains disponibles devaient être en adéquation consacrée à produire le fourrage de sa nourriture, ce qui indique la complémentarité entre labourage & pâturage, les assolements qui lui correspondent & l'organisation probablement des rotations entre ces usages complémentaires du sol.

La prairie reconstitue dans le stock du sol en volume - érosion des argiles & limons fins - & en nutriments - l'azote surtout - en trois ou cinq ans ce qu'une culture & les façons culturales qu'elle implique détruisent ou consomment.  Enfin, & compte-tenu de la modestie de la puissance impliquée, il est probable que cette ouverture du sol par l'araire était réalisée juste avant les semailles afin que les adventices n'aient que peu le temps de recoloniser le sol ainsi ouvert, hormis les plantes dites messicoles qui sont des compagnes naturelles des céréales dont l'effet bénéfique est reconnu.

Cette agriculture de Golan n'était déjà plus de l'agriculture naturelle du fait qu'une part de l'énergie solaire reçue par les champs était consacrée aux travail consistant à dénuder le sol pour un temps.  En ces deux points, elle divergeait de l'agrinature : l'usage d'énergie pour une façon de culture & le dénudement du sol.  Ces principes pourtant sont un guide en ce qui concerne les travaux du sol que nous devrons effectuer lorsque ils s'avèrent indispensables - divergeant en cela de l'agrinature en sa pureté idéale.

La première règle pour peu éroder un sol & réduire l'effort mécanique est de travailler si possible selon les courbes de niveau.

La deuxième sera d'ouvrir le sol le temps le plus court que faire se peut.

La troisième est de consacrer un part de l'assolement à des cultures qui fabriquent du sol, des prairies, des engrais-vert, des jachères vertes ou des prairies céréales.

Avec l'usage du tracteur, tout devient possible en ce qui concerne la règle première & c'est pourquoi nous devrons la décliner, la détailler.  L'utilisation de la machine se fera dans le cadre de terrasses soli-pluviales qui sont une assurance dune érosion peu opérante.

Autant que faire se peut, toujours remonter la matière du sol, car l'infiltration des eaux toujurs l'attire vers le bas.  Lorsque nous devrons tirer les outils en descendant la pente d'une terrasse en train de se construire, nous le ferons en arrêtant ce travail à plusieurs mètres du bord  de la parcelle en sa partie aval & en la bordant si possible en son bord bas d'un trait de charrue qui remonte la dernière bande de sol, la versant vers le haut de la pente générale du lieu.  En ces cas d'exception, le mouvement qui tend à faire descendre un peu la matière du sol sera considéré en le fait qu'il contribue ainsi à la mise en niveau de la terrasse.

La règle qui consiste à border le tour de la parcelle d'un trait de charrue doit être appliquée en général & ce en l'idée d'une protection du sol, un ramassement sur lui-même & un sillon de protection à l'entour de la parcelle.  Ce sillon présente de plus l'avantage de transformer la parcelle en comme une basse & vaste butte, de marquer mieux l'emplacement du talus entre deux parcelle, de couper les racines de surface - traçantes - des arbres que ce talus porte pour les inciter à approfondir leur enracinement.

Aux points de la parcelle au sol squelettique - soit de profondeur inférieure à quinze centimètre ou six pouces - l'outil en grattant quelque peu l'horizon - du pédon, nommé C - de la roche-mère altérée contribue de manière active à accélérer son altération, sa transformation en sol par effet mécanique & les effets biochimiques induits - la pénétration des racines que la fragmentation de la roche facilitera.

 

6.13 - établir la parcelle en une basse & vaste butte - not fully edited yet - 140909

6.12 - un tracteur en la modestie de son us -

Publié le 05/09/2014 à 23:56 par marssfarm

Par un usage contrôlé d'un tracteur & d'outils modestes, nous avons possiblité de reconstruire des sols squelettiques, tassés ou dont la structure fut détériorée.

L'érosion par vents, pluies & insolation que cet usage implique est inévitable & il s'agit en la matière de savoir la limiter autant que nous le pouvons.

En tout état de cause, les plantes qui s'y développent seront les agents premiers & ultimes de la reconstruction d'un sol.

L'énergie qu'elles utilisent pour se faire est de pur soleil,

tandis que le tracteur utilise de l'énergie solaire jadis fossilisée en sous-sol.

L'agriculture est appelée à redevenir artisanale & en ce retour, la taille, le poids, la sophistication par excès & la dépense en énergie des machines dévolues aux pratiques paysannes se trouveront en un processus nouveau de réduction afin que les sols ne soient plus les victimes de ces pratiques.

Nous développerons plus avant les facteurs nous permettant minimiser les érosions & dégradations que l'emploi des machines - trop lourdes - sous-tend.

 

6.11 - un tracteur en la modestie de son us - to be continued... - 140906

6.11 - la trilogie du sol d'Hermès Trismégiste -

Publié le 01/09/2014 à 23:44 par marssfarm Tags : bonne vie

Ouvrez de la main l'horizon d'humus du sol - qui est l'horizon supérieur.

Sur un débris de rameau, des filaments de mycélium se nourrissent, transformant par grades ce bois en sol.

Accolées à ces filaments, les radicelles d'une salade ne nourrissent,

troquant des substances en ses feuilles synthétisées

pour des nutriments que les poils racinaires de la plante ne peuvent directement adsorber du sol.

En un sol si tendre d'être d'abondance nourri, nous pouvons planter de la main ou d'un doigt, sans autre outil.  Son contact ne brûle pas la peau - fingertips - du fait d'un pH proche de la neutralité & de l'absence de substances chimiques étrangères ou toxiques aux vivants.

6.10 - la trilogie du sol d'Hermès Trismégiste - 140902

11.19 - la décision s'impose en intuition informée - 6.10

Publié le 29/08/2014 à 12:22 par marssfarm Tags : jardin vie société mode animaux paysage nature bonne

Le vocable paysans ne désignait pas les agriculteurs.

Il décrit simplement les habitants d'un pays, les façonneurs d'un paysage.

C'est l'archétype de l'être humain qui vit selon un mode de vie en acceptation tout à fait de sa condition de terreux.

A l'écoute intuitive, constante du ciel en vue de savoir quel travaux nous pourront réaliser,

humant le chant émis des plantes au champ, appréciant la plainte des arbres des haies,

en attente de connaître quels semis ou plantation sont propices, quel évênement est en passe d'advenir au jardin,

les humains sauront prendre la décision qui s'impose en intuition informée

& ce faisant régler leur vie & la société dont ils sont membres.

Les paysans, libres ou soumis à la terre, sont en cette position les plus aptes à apprendre à être humains.  Ils partagent cette position avec toutes celles & ceux qui exercent un métier de leurs mains en rapport à des facteurs aléas.  La nature en son sens le plus large de l'univers est une grande pourvoyeuse d'aléas.  En cela le piquant de la vie réside & un secret de bonne heure, de réalisation.

 

11.19 - la décision s'impose en intuition informée -

 

Les pierres sont le squelette d'un sol.  Soulevez une pierre : vous y verrez des radicelles nombreuses qui se nourrissent à son contact.  Vous découvrirez la faune nombreuse qui vit par en dessous le débris minéral, y cherchant un abri temporaire, un logis particulier.  Notez ces détails de la diversité subtile qui est vie.  N'ôtez donc pas la pierre du sol : remettez la en sa place native & naturelle.

 

6.10 - la pierre en sa place native -

 

En ce temps où les insectes & animaux se font rares, nos lieux & jardins préservés peuvent jouer rôle de réserves naturelles, oasis où la variété des formes de la vie se maintient.  Les formes de vie présentes sur la ferme de mars, plantes & animaux se multiplient en expansion exponentielle.

 

1.8 - plaider des fermes & jardins oasis - 140829

11.18 - l'éveil généreux d'une frugalité rurale

Publié le 25/08/2014 à 15:35 par marssfarm Tags : pensée création monde moi vie blog voyages bonne prénom aimer

Mes parents habitaient Donzère, en la Drôme provençale & je suis né en la capitale excentrée du Vivarais,*

ce qui nécessita un petit trajet vers le nord & l'ouest.  La cathédrale & le séminaire de Viviers marquent la ville comme le bastion avancé de la Provence catholique, avant d'aborder le sud-ouest protestant.**

Tous les voyages vers le sud-ouest par la suite me mirent en malaise, me furent néfastes.  Je dus fuir les autoroutes & les centrales nucléaires qui sillonnent & plantent désormais le décor en la vallée au fleuve roi.

Le roi est maintenant muselé & n'inonde plus ses berges, les privant des riches limons qu'il emporte des Alpes.  Les limons désormais s'accumulent dans son lit même en amont des barrages qui ponctuent le cours du fleuve à intervalles réguliers en vue d'une précieuse production d'hydro-électricité.

J'ai fui mes origines de contrée latine, de Méditerranée, d'occident & de citadin,

me suis tourné vers l'occitan limousin à la tolérance toute bouddhiste, où les pluviométries sont de moussons, dont la bonhomie & la frugalité des habitants évoquent celles des peuples de l'orient, où la ruralité est règle qui ne connait pas d'exception.

Ce ne fut pas à proprement parler une fuite, plutôt la recherche de complémentarités, vouloir marier

le méridien & le septentrion, l'orient à l'occident.*

 

11.18 - l'éveil généreux d'une frugalité rurale - 140829

 

* Dans la tradition des moralistes français, on évite le pronom je, allant jusqu'à prétendre que les phrases dites sont de portée universelles, ce qui n'est toujours le cas.  Il est des langues d'orient où ce même pronom peut toujours être évité, ce qui ne signifie pas que l'on soit dans ces sociétés sans égo, même si cela peut paraître en premier abord.  Dans la tradition du Vedanta de l'Inde, "je" prend une toute autre signification en tant que le seul pronom que tous peuvent employer.  Il désigne à cet égard Atma, la parcelle divine en tout être.  Les chrétiens diraient "l'Esprit" & les athées simplement "l'être".  A cet égard, "je" exista avant même la création du monde pour peu que l'on croie à un début des temps, un temps où même l'espace-temps ne serait pas déjà.  Ceux qui n'y croiraient pas devront pourtant admettre qu'un individu manifesté par le pronom doit exister avant toute création, tout acte dont nous serions auteurs.  La vie est un chemin du je au nous & en ce sens "je" est plus faible que le pronom collectif "nous".  "Nous" souvent aussi désigne le clan & en cet emploi, il perdra sa valeur, sa force totale pour ne décrire qu'un groupe limité.  Il ne faut cependant pas confondre le "je" avec le "moi" qui cristallise l'ego.  En tant qu'il est pronom universel, il est bon d'user du "je" pour dire ce que tout un chacun pourra à son tour exclamer le temps venu.  La ferme de mars est un lieu d'expérimentation empirique & c'est lorsque le besoin apparait d'insister sur ce point que j'emploie en ce blog le pronom je.  Que chacun fasse de même afin que notre monde s'illumine, car le "je" ainsi apparu est une facette, un reflet ou une étincelle de la lumière totale.

* Le midi est l'opposé du septentrion.  Les six étoiles & l'étoile polaire de la constellation de la Petite ourse étaient autrefois nommée Septem triones, « les sept bœufs de labour ».  Le méridien est la direction nord-sud au point considéré.

** Les guerres de religion sont un facteur d'unité, puisque toutes les religions ont pour première règle de ne point tuer son semblable.  Si des fidèles se fourvoient dans la guerre, c'est par ignorance, parce qu'ils croient que l'étranger est différent.  Une parole a plus de force qu'une pensée & un acte plus d'efficience qu'une parole.  Selon cette échelle, si je professe aimer, tout en pratiquant la torture, c'est mon acte qui compte plus, car il contredit mes paroles.  Si je crois un politicien déguisé en prêtre ou en imam sans aller chercher à voir par moi-même si le supposé étranger n'est pas mon frère humain en définitive, c'est juste de la bêtise.  La sagesse & la bêtise sont d'un autre registre que la foi ou les religions.  Une religion bien ordonnée aura pour base une sagesse universelle qui conduit forcément à la non-violence, mais la non-violence ne peut être que l'aboutissement d'une pratique de discipline envers nos pulsions brutes, comme un fauve que nous pouvons dompter.  En pratique, les croyants peuvent être intolérants & sectaires.  C'est une forme de racisme, de préjugé basé ni sur la classe, ni sur la race, mais sur la foi.


DERNIERS ARTICLES :
3.8 un temps comme la lune /
Conformément au cycle le cycle Sheng de nourissement ou engendrement, la séquence spatio-temporelle des éléments selon le mouvement de la lune dans les régions du ciel ha
6.13 - établir la parcelle en une basse & vaste butte
Les données de l'archéologie suggèrent que le labour fut inventé en Syrie il y a dix-mille ans.  comme tout ce qui touche au passé, il est probable que cette assertion so
6.12 - un tracteur en la modestie de son us -
Par un usage contrôlé d'un tracteur & d'outils modestes, nous avons possiblité de reconstruire des sols squelettiques, tassés ou dont la structure fut détériorée. L'é
6.11 - la trilogie du sol d'Hermès Trismégiste -
Ouvrez de la main l'horizon d'humus du sol - qui est l'horizon supérieur. Sur un débris de rameau, des filaments de mycélium se nourrissent, transformant par grades ce bo
11.19 - la décision s'impose en intuition informée - 6.10
Le vocable paysans ne désignait pas les agriculteurs. Il décrit simplement les habitants d'un pays, les façonneurs d'un paysage. C'est l'archétype de l'être humain qui vi
forum