Mars\'s farm Agrinature
Agrinature: Let us invent a way of farming out of 3 resources only - solar light, rain & the farmers

Thèmes

agrinature fukuoka air amour animal animaux argent art article automne bande belle blog

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· .0 the chapters - contents - (8)
· .1 origines de la pratique / (9)
· .2 les cinq propos, le non-faire / (6)
· .3 les cinq étapes, la démarche / (4)
· .4 les cinq éléments, l'état du sol / (3)
· .5 les cinq formes d'adventices / (8)
· .6 préparer nourrir concevoir le sol / (5)
· .6.5.4.3.2...............1illustration / (8)
· .7 semer les céréales / (5)
· .8 planter les potagères / (6)
· .8.7......................illustration / (9)
· .9 parmi les arbres / (5)
· 10 les arbres fruitiers / (3)
· 11 fabriquer du sol / plant synergy / (5)
· 12 façonner le paysage / (5)
· 13 habiter la terre / (8)
· 13.12.11.10.9.............illustration / (9)
· 3.00.4. the basis is spiritual - 2 (16)
· 3.01.4. ecology, to farm & live on earth (8)
· 3.02.4. economy: farms & the society - 2 (18)
· 3.03.1. agronomy as it is - (13)
· 3.04.0. Agrinature, a method - 2 (12)
· 3.05.0. practice of Agrinature - (9)
· 3.06.1. soil making, soil building - (9)
· 3.07.1. farming humans & trees - (10)
· 3.08.2. a three dimensional orchard - (7)
· 3.09.2 a plough-free market-garden - 2 (17)
· 3.10.2. direct sowing of cereals - (10)
· 3.11.3. a university for trees (17)
· 3.12.5. eco-building - culture revival (7)
· 3.13.3. epistemology of Agrinature - (8)
· 3.14.4. educare - children are trees - (8)
· 3.15.3. farm seeds - semences paysannes (10)
· 3.16.3. roots for Agrinature - (9)
· 3.17.2 no till no toil tillered cereals (8)
· 3.18.5. macrobiotic foods - (6)
· 3.19.0. plant sociology - (10)
· 3.20.0. crops amongst the weeds - (11)
· 3.21.5. baking in the wild - (4)
· 3.23.1. rain, streams, terraces & woods (12)
· 3.26.5. landraces - le réseau - (8)
· A university for trees 22 24 25 / (7)

Rechercher
Derniers commentaires

le chiendent dans nos campagnes désignait des "mauvaises herbes"...il faudra que j'approfondiss e le sujet...b
Par brigitisis, le 23.07.2014

toujours d'excellents articles. merci de ces partages. bon weekend. bisoushttp://b rigitisis.cent erblog.net
Par brigitisis, le 11.07.2014

très sympathique blog !
Par Anonyme, le 09.07.2014

très bon weekend.http:/ /brigitisis.ce nterblog.net
Par brigitisis, le 28.06.2014

superbe travail avec ces jeunes. apprentissage d'un beau métier...http ://brigitisis. centerblog.net
Par brigitisis, le 22.06.2014

Voir plus

Articles les plus lus

· 21.1 * pain au seigle germé - Essene bread - 2 p
· 20.9 - Wu Xing, les 5 mouvements formes de l'énergie - p
· 9.5.b * semis de printemps au potager - spring sowing - 5 2p
· 18.5 - Ceres, déesse des moissons - p
· 3.4 * une flore d'herbes riche - a time-space trip - 5 p

· 17.1 * la céréale & les trèfles - cereals & clover - 5 5p
· 19.1 * mimétisme des plantes - aside they look alike - 2 4p
· 11.0 * Jack Clayton's visit to the farm in 2010 - 5 11p
· 3.2 * Trifolium repens - white dwarf clover - 5 p
· 10.2 Agrinature, semence & fruit de la permaculture - 3 p
· 10.10 semis direct blé population en prairie céréale - 4 11p
· 15.1 * une population de céréale au champ - 5 3p
· 4.4 * une forme d'agrinature à tout tempérament - 2 6p
· 20.1 * quand la grande oseille prête oreille - weeds - 4 4p
· 7.9 une administration insuffisamment conservatrice - 5 5p

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· brigitisis
· causes
· lire-a-loisir
· mystic-dreams
· odeurdelaterre
· permaculture
· valinfo.org


Statistiques

Date de création : 16.01.2008
Dernière mise à jour : 22.07.2014
360articles


12.9 le rêve de Gizeh, Louisiane & Sibérie /

Publié le 22/07/2014 à 08:58 par marssfarm Tags : message france enfants création vie monde amour mode divers hiver douceur air exposition

L'agronomie ce jour se trouve confrontée à plusieurs paradoxes.  Les surfaces agricoles n'occupent qu'un dixième des terres émergées, surface minime de laquelle nous exigeons souvent trop, surface minime désormais menacée par l'urbanisme en expansion, le recouvrement des sols des plaines alluviales par bitumes & bétons.  La méthode agricole couramment répandue poursuit celle inventée au moyen-orient il y a dix mille ans & nous voyons ce qu'il est advenu des sols de cette région du monde, devenue un sub-désert.  C'est une méthode brutale envers la terre, dont la mise en œuvre consomme par trop d'énergie & qui érode les sols en en consommant leurs stocks d'humus.  C'est l'utilisation de l'énergie tirée du pétrole qui permet à cette agronomie d'exister, par l'emploi des tracteurs & machines lourds, qui tout à la fois tassent les sols & permettent trop facilement de les dénuder sans effort apparent, les exposant ce faisant aux dangers & agressions des intempéries.

 

Les sources d'énergie fossiles que ce mode d'agriculture consomme dispensen l'énergie potentielle accumulée par la photosynthèse opérée par les bactéries, les micro-algues & les plantes premières tout au long des temps géologiques depuis l'invention de la chlorophylle.  Une grande part des roches présentes sur les continents ainsi que l'atmosphère telle que nous la connaissons sont également des résultats de ces photosynthèses de trois milliards d'années.  L'humus quant à lui, constituant central du milieu de vie qu'est un sol, provient également de l'énergie solaire captée par les plantes, puis par le jeu des transformations macro & microscopiques entré dans la longue & complexe chaîne alimentaire du sol.  Il est à noter que sur notre terre, les quatre cinquièmes du vivant ne sont par sur la terre, mais bien dans la terre: les racines, les vers de terre, ds insectes du sol, le mycélium, des bactéries, des algues bleues & autres micro-organismes divers que ce milieu contient.

 

Par le dénudement du sol qu'il implique, le mode agricole aratoire issu du moyen-orient consomme aussi ces humus des sols, substances fragiles que toute exposition à l'air ou à la lumière contribue à dégrader & détruire.  Le pétrole est un intrant comparable à une drogue qui nous attire irrésistiblement vers des comportements de destruction que le long terme avérera non viables.  Il est la source d'énergie qui permet le fonctionnement de machines dont le but premier - avoué ou non - est souvent de consommer du pétrole avant tout.  Le premier facteur de consommation des machines agricoles est leur poids, leur gigantisme.  C'est aussi un facteur important de dégradation du sol par tassement & par les autres moyens, notamment la traction, que le poids permet.  Le pétrole est aussi la matière première qui permet surtout la manufacture des autres intrants, les engrais de synthèse & les substances nommées pesticides.  Nous regroupons tous ces intrants - pétrole, engrais, pesticides, fongicides, herbicides - sous le terme générique d'humicides, les destructeurs de l'humus.

 

Si nous calculions le bilan énergétique de l'agriculture du type aratoire - son rendement au sens de la physique - nous serions surpris du constat qu'elle ne produit pas vraiment, en terme de calories ou d’énergie, qu'elle est devenue au cours du siècle précédent un mode de consommation d'énergie comme toute industrie digne de ce nom.  Comme c'est le cas en ce qui concerne toutes les industries majeures, les dirigeants politiques se gardent de ces calculs à cause des enjeux économiques & géopolitiques qu'une prise de conscience risquerait de déstabiliser.  Au plan de l'agronomie, la résultante des pratiques qu'un l'usage sans restriction du pétrole permet se porte vers la destruction des milieux & leur diversité biologique, les consommations en excès de toutes les ressources minérales de la planète, l'accroissement des entropies que sont les pollutions des lieux de vie élémentaux que sont l'air, l'eau, les sols, la destruction des paysages & même en fin de compte la modification du climat global d'une planète, vaisseau spatial lancé à la vitesse d'un million de kilomètres à l'heure dans l'espace intersidéral

 

Il est à noter que les productions principales de l'agriculture sont ce jour de céréales dont une grande part sert à la nutrition animale en vue de produire de la viande sur un mode industrialisé.  Nous savons les travers auxquels une alimentation trop carnée conduit en ce qui touche la santé & la gestion des espaces ruraux.  Les pollutions inévitables causées par l'élevage hors sol en sont l'exemple le plus connu.  Nous savons qu'une agriculture pour être pérenne doit compter la présence d'arbres dans ses assolements & que des types de nutrition portés vers les fruits, les légumes & les graines impliquent des modes de vie & de paysages vers lesquels nous devrons tendre si nous voulions faire de notre terre un lieu où habiter serait joyeux.  Nous avons enfin depuis longtemps découvert que le mode araire issu du moyen-orient ne convient pas sous les climats des tropiques & de l'équateur, car tout sol dénudé en ces climats se trouve dégradé beaucoup plus vite encore qu'en les zones tempérées où le froid de l'hiver assure au moins une stabilité minimale des sols par la lenteur d'évolution que ce froid hivernal induit.

 

Pour résumer la situation de l'agriculture mondiale ce jour, nous la voyons consommer de l'énergie au lieu de produire des calories aliments par captation du soleil.  Nous la voyons créer de l'entropie – l'entropie est une mesure du désordre au plan moléculaire - qui se manifeste par l'injection de molécules non prévues dans les milieux que sont les sols, les eaux, l'atmosphère.  Nous la voyons à l'origine de problèmes de santé partout - l'obésité dans les pays du nord & la sous-nutrition plus au sud, sachant que l'obésité résulte d'une forme de malnutrition déséquilibrée vers les calories au détriment de nutriments véritables, sains & riches de composants.  Nous la voyons consommer des sols, tandis qu'en une agriculture conçue en raison, c'est bien la production de sols qui se doit  d'être première, d'abondance & tout d'abord.

 

En synthèse de toutes les exactions que nous permet l'usage sans restriction du pétrole, l'augmentation d'entropie par les rejets massifs de carbone dans l'atmosphère depuis deux siècles, déstabilise les équilibres du climat global du globe.  Ce changement est amorcé.  Il ne s'inversera pas.  Il nous faudra nous tourner vers des terres nouvelles & aussi & surtout vers la méthode agraire des Hopis, les semis directs sous couvert vivant.  Nous pourrons, si nous acceptions l'humilité & la douceur que l'agrinature implique, réagriculturer de bocages & vergers, les Sibérie, les Sahara & les Louisiane de la terre, réalisant le rêve inconscient du yogi spontané qu'était Napoléon Bonaparte...

 

Semant des céréales sur les sols pauvres de roches anciennes – la Pangée - à la ferme de mars, nous les observons évoluer & parfois même régresser vers les formes sauvages qu'elles avaient encore il y a dix mille ans sur les plateaux de Golan.  Développant l'agrinature, cette ferme s'inscrit parmi les innombrables racines à naître & déjà nées du mode agraire nouveau de ce siècle vingt & un.  C'est un mode en agro-foresterie de semis direct dans un couvert vivant de fabacées.  C'est un mode tourné vers la fabrication des sols, une agriculture dont les trois ressources sont le soleil, la pluie & le génie amour-sagesse des humains.



5.8 les chiendents, herbes à symétrie trois /

Publié le 22/07/2014 à 08:50 par marssfarm Tags : cul blog article afrique centerblog monde bonne chez travail divers animaux automne chiens

Commentaire de NC : En fait, je lis ton blog un peu de façon transversale, je dirais & je ne sais si j'ai bien lu ou compris.  Lorsque tu parles de chiendent, je me demande s'il s'agit de la même herbe qui prolifère en des endroits du midi.  Je la vois plutôt rampant sur le sol, & dans l'herbe que j'ai vu chez toi, je ne m'attends pas à trouver du chiendent.  Je suis donc curieuse de le voir.  Ma culture est tout à fait campagnarde héritée de mes aïeuls & du souvenir du temps où l'on ne forait pas pour trouver l'eau qui rafraîchissait fruits & légumes pour le repas.

 

  marssfarm le 06/08/2012 : Chiendent est un terme générique qui regroupe plusieurs espèces.  Des noms d'espèce ou de genre comme canina, canensis ou Cynodon ou le vieux mot "dog-grass" en Anglais rappellent ce terme du Français.  Dans la langue locale, l'herbe la plus commune d'un lieu était souvent nommée chiendent, avec parfois un épithète.  Herbes de sols pauvres, les chiendents sont favorisés par le "faire" des humains & à cet égard, ils concernent l'agrinature au plus haut point.  Elles sont de herbes qui prospèrent & envahissent les sols pauvres ou dégradés.  De qualité fourragère médiocre, un pâturage bien ordonné tend à les faire disparaître du fait que sa pratique enrichit le sol.  Les surpâturages ou la surexploitation des sols en revanche les favoriseront.  Où le sol fut trop maltraité, on peut trouver ces herbes en population pure d'un tapis épais qui au fil des ans s'accumule à la manière des mousses & sphaignes, poussant sur lui-même, coupant le sol de mai à novembre de tous apports d'eau & lumière.  Plus on touche le sol avec des outils, plus le chiendent prospère.  Une coupe occasionnelle renforce sa vigueur.  Tout travail du sol le multiplie en divisant ses rhizomes.  Lorsque nous cessons ces actes d’agression du sol, cette herbe révèle alors qu'elle est capable de s'élever & produire des graines.  Monter & grainer est sa stratégie ultime.  Dès que le sol sera suffisamment enrichi d'azote par les fabacées & autres trèfles ou par les déjections des animaux de pâture ou encore légèrement ombragé d'arbres, l'herbe aux trois stratagèmes, aux trois voies de résistance s'effacera, son œuvre de protection, de conservatrice du sol faite...

trois raisons d'exister des chiendents

  • Les chiendents sont très utiles pour rapidement recouvrir & de ce fait protéger les sols que les humains dénudèrent.

  • Ils envahissent les sols surexploités afin de leur donner du repos selon les lois de l'agronomie que les plantes inventèrent dès leur sortie des océans il y a trois milliards d'années, car ce sont des herbes qui en toutes circonstances donnent plus au sol qui les porte qu'elles ne lui prennent.

  • La sur-pâture leur permet d'exister par le tassement du sol qu'elle implique, du fait que ces plantes sont capables de vivre en épiphytes, c'est-à-dire de soleil & de pluie, sans presque utiliser le sol.  A l'inverse, l'excès de labour aussi les fera proliférer en fragmentant leurs rhizomes, les multipliant ainsi sans fin.

Après un temps sans intervention humaine, la prairie de chiendent se trouvera progressivement colonisée à son tour par d'autres espèces herbacées, arbustives, voire arborées.  Par la présence de ces espèces nouvelles, le sol s'enrichit & s'approfondit.  Dès que la prairie s'élève du fait de ses espèces nobles, les chiendents s'élèveront de même & commenceront de produire leur épis de graines.  Plus tard, concurrencés trop, ils disparaîtront, laissant en terre leurs myriades de semences en stock pour le cycle suivant, lorsque les humains à nouveau dégraderont le sol par excès de pâtures ou excès de labours.

 trois stratégies des chiendents

  • En sol tassé, les chiendents se comportent en épiphytes presque, au dessus du sol.

  • En sol travaillé, ils se multiplient par division de leurs rhizomes.

  • Sur une prairie naturelle, ils produisent des graines à millions avant de s’effacer.  Telles sont les trois stratégies inventées par ces plantes de génie aux confins des pratiques agricoles, agraires & agrestes.

trois passages d'outil en surface en août, début de l'automne chinois

La présence des chiendents doit nous alerter au sujet de nos pratiques de trop de violence, de viol des lois du sol.

  • Tout labour ne peut que contribuer à les multiplier tant & plus.

  • Par un non-faire persévérant, ils disparaîtront avec une lenteur dont ne sauraient s’accommoder que les éleveurs sur prairies en pâture extensive ou les jardiniers qui disposent d'assez de terrain pour en laisser une part en jachère verte.

  • La jachère brune ou faux semis d'août répété est la méthode la plus douce pour les éliminer de manière active.  Elle consiste à des passages successifs de cultivateur à faible profondeur une fois par semaine au mois d'août.  Nous pourrons lors ensuite semer le couvert EVA des fabacées dont ces herbes - les chiendents - qui semblaient indestructibles s'accommodent peu à fréquenter le voisinage.

Pour faire bonne mesure & puisque nul talent en ce monde ne va solitaire, ils sont aussi des plantes médicinales que nos compagnons chiens savent.

trois usages de la médecine chiendent

Chiendent rampant, nom latin : Agropyrum repens - autres noms : herbe aux chiens, blé rampant, cramon, herbe aux deux bouts - famille: Poacées – présence spontanée en Europe, Asie, Afrique du nord, Amérique du nord, sur tous les terrains jusqu’à deux mille mètres d'altitude. C'est une plante vivace dont les tiges feuillées ou fertiles sont dressées qui peuvent atteindre un mètre de haut & partent d’un rhizome rampant.  Les feuilles sont très fines, allongées, étroites & vert clair.  Les épis sont vert glauque. - étymologie: Le chiendent doit son nom à son utilisation instinctive des chiens comme purgatif - partie utilisée: le rhizome - constituants: H.E. saponines, mucilages, gomme, sels de potassium, amidon, glucoside: vanilloside, glucides: triticine.

  • propriétés : diurétique, rafraîchissant des voies urinaires,
  • dépuratif général à visée urinaire & légèrement hépatique,
  • fébrifuge, vermifuge, cholagogue, émollient.
  • indications : inflammations des voies urinaires & digestives, lithiase biliaire, lithiase urinaire,
  • arthritisme par le fait qu'il nettoie par la mise en route les émonctoires, états infectieux divers, permet en adjuvant la libération des émonctoires, eczémas, goutte, draineur,
  • en adjuvant : inflammation des voies respiratoires.

posologie: - infusion: 30 g de rhizome par litre d'eau, laisser infuser entre 7 & 10 minutes - décoction en deux temps : Faire bouillir une minute dans une eau que l’on jette.  Faire bouillir une deuxième fois dans une nouvelle eau 4 à 5 minutes, laisser infuser 4 à 6 minutes & boire 3 à 6 tasses par jour.

2.20 - qui accapare le flux le fait poison - p

Publié le 22/07/2014 à 00:16 par marssfarm Tags : travail amour vie enfants société coeur dieu argent nature cadeau soi air
2.20 - qui accapare le flux le fait poison - p

pavots

 

Si nous comparions le déficit de budget des nations & les fortunes qui enflent sans cesser des millionnaires de la planète, nous trouverions sans en douter des montants dont la valeur identique nous surprendrait.

Cela signifie que tout l'argent des profits est détourné de ceux qui les produisent, du bien commun vers lequel ils doivent selon leur nature couler.  La corruption est généralisée en cet âge du fer qui débuta il y a cinq mille ans.  Dans les pays du sud, elle se manifeste en petites corruptions, de l'argent (5) que les utilisateurs devraient verser aux fonctionnaires pour qu'ils accomplissent leur fonction - fonction sans utilité le plus souvent.  Elle existe aussi par des sommes d'argent public détournées vers les banques des Suisse de la terre.  Dans les pays du nord, la corruption financière (5) est plus secrète & tentaculaire, tissée des commissions que les entrepreneurs (4) verseront aux réseaux politiques (3) s'ils veulent contribuer aux marchés publics (5).

En chaque foyer elle est mentale (4), chaque parent prenant un soin extrême de ses propres enfants (3) & sans considération presque pour les enfants des autres personnes.  En chaque pays, elle est collective (4) & se manifeste en xénophobie.  Les guerres de religion en sont l’acmé, la haine de l'autre déclarée au nom de l'amour-sagesse de Dieu (1).

En la gestion de nos vies, elle s'exprime par l'accumulation de déchets (5) ici ou là.  L'argent (5) lorsque accumulé dans les coffres des banques devient lui aussi une forme de déchet - un déchet qu'une trop grande concentration ou une présence en un lieu ou temps inappropriés rendent toxique à ceux qui croient le posséder & au fonctionnement de la société en général à qui il fera au contaire défaut.  Comme un excrément (5) qui répandu partout est le meilleur engrais (3), mais qui stocké en une fosse ou mêlé à l'eau (4) ou à l'air (2) où il ne devrait jamais être sauf par accident, devient un poison lent ou violent.

Tout comme le sang (4) qui nourrit (3) un corps, mais qui s'il est empêché de circuler l'empoisonne, tout comme l'eau (4)  du sol qui y joue le même rôle d'oxydoréduction (2) du fer que le sang dans les veines & artères, ce qui ne circule pas nous empoisonne collectivement.  Parlant de l'argent, la sagesse populaire s'écrie : «What goes around comes around.»  Sa seule utilité est de circulation.  Le sang d'un cadavre tôt coagule.  L'argent (5) d'un riche l'empoisonne de gras ou de peurs.

Les corruptions sont des accumulations que l'ego (3) désire, une pollution du mental (4) qui lors salit ne réfléchira plus la lumière (1) venue de l'intellect ( 2).  L'intellect (2) & le mental (4) sont des outils collectifs qui ne servent que si nous savons les partager.  Nul ne peut ni penser, ni inventer seul.

Croire à l'ego (3) est la racine de toute erreur & de tout errance, de tout mal & de toute souffrance.  C'est par la quête du Soi, l'écoute confiante en constante attention vingt-quatre heures du coeur vrai sis à droite de la proitrine, que nous pouvons entrer en le flux qu'est la vie.  L'ego était un radeau cadeau ancien que le nageur aguerri peut quitter à loisir.

 

2.20 - qui accapare le flux le fait poison - 140726

14.11 - dévotion & responsabilité - p 9.15

Publié le 15/07/2014 à 08:35 par marssfarm Tags : moi vie amour enfants travail automne soi afrique air
14.11 - dévotion & responsabilité - p 9.15

0 - Nous voyons ici la prairie céréale, les blés population issus des fermes du Réseau semences paysannes aclimatés à Sardent, semés en lignes & bandes.  Ces parcelles sont saturées de graines de trèfles spontanées.  Après ouverture du sol à la fouilleuse Actisol, un mélange EVA de trèfles pérennes fut semé pour dynamiser la réinstallation de ce couvet EVA.  Dans EVA, la proportion de trèfles - pour l'essentiel du blanc nain rampant - est d'environ moitié.  La céréale couvre quant à elle environ la moitié de la surface du sol.

2 3 - Compte-tenu de la moisson modeste - parce que le couvert du sol par la céréale n'est que de moitié - & des apports en azote permis par EVA, les parcelles pourront l'an prochain être utilisées en maraîchage en des production d'année deux ou trois de rotation - c'est-à-dire peu exigentes en azote.

1 - Pour des productions d'année un qui exigent un plus grand taux d'azote dans le sol, nous pourrions semer juste avant la moisson du blé en août, un trèfle incarnat à raison de vingt kilogrammes de semence par hectare.  Il devrait germer sous le couvert des pailles.  Cet EVA d'incarnat sera laissé intact ensuite jusqu'au printemps & l'été suivants des plantations progressives de plantes maraîchères.

0 -  Dans le tapis dense d'incarnat en fin de saison - août, début de l'automne chinois - nous pourrons aussi semer un seigle-vesce aux densités nonante/trente kilogrammes par hectare.

1 - Ce seigle pourra être laissé jusqu'à la fin de son cycle ou roulé en mai au rouleau hacheur - le rouleau y'a qu'à - pour planter dans le tapis ainsi constitué toutes poatagères ou maraîchères. - chapter 9 - a plough-free market garden

---

 

Mobutu, Polpot, Hitler & leur cohorte de tout poil, nous montrèrent tout à fait que les races humaines sont un leure.  Si une transition écologique se faisait en Afrique, ce serait sous la poussée des critères nouveaux de l'économie, la pression de sources d'énergie devenues enfin coûteuses.

Les millionnaires de toutes contrées qui engrangent les sacs d'or dans les banques, tirent leurs revenus de trois sources.  La première est un pourcentage prélevé sur la force de travail.  Cette recette est ancienne comme l'invention du travail.  La deuxième découle de ce que les gestionnaires nomment des externalités & consiste à reporter une part des coûts de production sur l'environnement, ou plus précisément, ne pas prendre en compte comme coûts des productions d'agriculture & d'industrie, les dommages causés aux sols, aux eaux, à l'air, aux ressources biologiques communes & de biodiversité  & à la santé des peuples.  La réparation de ces dommages est une dette reportée vers le futur ou le lointain avec l'espoir confus que leurs auteurs ne seront pas saisis par la police avant l'expiration du délai de prescription ou que leur responsabilité se trouvera diluée dans l'océan des rêves de l'enfant humain. La troisième source de profit consiste à acheter les responsables de tous niveaux afin que les deux premières rubriques soient rendues possibles. C'est ainsi que le mot " responsable " n'a trop souvent que le sens minimal de ne pas se faire prendre la main dans le sac, voire même une fois le délit constaté, de nier tout en vrac.

Les humains ont toujours vécu ainsi.  Croyons-nous à sa capacité d'une évolution, d'une ouverture du cœur, d'un effacement possible de quelques ego au moins devant le bien, le commun, le collectif ? Nous n'avons pas d'autre choix que d'y croire. Chacun n'a pas d'autre acte lui étant disponible que d'accomplir en soi cette ouverture de lâcher prise.  C'est là le premier & dernier pas.  Le bien comme le mal sont communicatifs, car le troupeau des humains s'imite lui-même...

La tristesse nous donne envie de rire de son ridicule : comment un vivant peut-il être triste, tandis que les pierres en rient ?  De même, l'égoïsme paraît à l'humain devenu adulte enfin comme le signe sûr de l'immaturité des enfants aux cheveux blancs.  De toutes les qualités attribuées à l'enfant, l'ego est la première, car il est une entité qui aspire à être encore.  C'est là son seul défaut.

C'est par apprentisage que les enfants développeront leur amour désintéressé & le sens de responsabilité qui nous refuse à fuir ou nier les conséquences des actes accomplis.  Lorsque l'ego fait un peu silence, l'amour s'approche & nous sommes prêts à donner enfin.  Les évênements de la vie lors commenceront de nous guider.  La prise de décision découle de ce lâcher prise - phrase hautement absurde à qui n'est pas encore entré en cette réalisation.

Nous voyons à cet égard que dévotion & responsabilité ne sont qu'un seul mot sous ses deux aspects, mâle & femelle.

 

14.11 - dévotion & responsabilité - p 9.15 - 140719

11. des pains / illustration 2

Publié le 14/07/2014 à 11:27 par marssfarm Tags : image centerblog

 

21.1 - pain au seigle germé - Essene bread - 2 p *

 

Le pain de blé contient des graines de lin grillées, des graines de sésame & quinoa trempées, des graines de tournesol, du seigle germé, malté.

 

21.3 fiat panis - the need for so stable a bakery - 3 p

10.2 avez-vous déjà observé un arbre? /

Publié le 12/07/2014 à 11:16 par marssfarm Tags : bonne centerblog vie monde article mode travail nature you extra revenu

Avez-vous déjà observé un arbre?

Comme son père, Masanobu Fukuoka était arboriculteur, au sens où il tirait son revenu agricole de la vente en gros de ses mandarines.  A la suite du remembrement agricole d'après guerre, il en hérita des vergers de mandariniers.  Les arbres étaient greffés & taillés, ainsi que la pratique courante l'encourage.  Les arbres sont greffés en vue d'accélérer leur entrée en production.  Ils sont taillés pour que leur faible hauteur rende la cueillette plus rapide.  Les greffes & les tailles déforment & blessent les arbres & génèrent des maladies en conséquence.

Avez-vous déjà observé la disposition des feuilles d'un arbre naturel?  Chacune d'entre-elles adopte la position unique qui permet son éclairement optimal & total sous la course journalière & annuelle du soleil.  Toute intervention humaine rompt cette harmonie spatio-temporelle de la plante.  Les feuilles dont l'éclairement n'est plus complet jaunissent, dépérissent & peuvent de ce fait être la porte d'entrée d'une maladie qui affectera l'arbre.  La seconde justification de la greffe est qu'elle est sensée conférer à la fois la robustesse d'une racine sauvage & la productivité d'une variété sélectionnée.  L'arbre doit être robuste pour endurer la violence des tailles répétées.  Il réagit à la taille en produisant abondance de fruits, dont on réduira ensuite le nombre par éclaircissage, en vue d'en augmenter la dimension.  Énoncer ainsi, à la suite, ces innombrables actes de l'arboriculteur moyen révèle leur caractère éminemment contradictoire & en fin de compte, absurde:

pourquoi travailler tant à contredire la nature d'un arbre dans un sens,

puis dans la direction radicalement opposée ensuite?

the last time we watched a tree

Masanobu Fukuoka as a farmer, made a living by sending his mandarins to Tokyo by ship.  He had inherited his father's old orchards, where the trees were grafted & had been pruned year after year.  Those two practices, grafting & pruning were & still are very common. Grafting is supposed to induce early fruit production. The aim target in pruning is keeping the tree short, its fruit easy to collect with no need of a tall ladder.  Both those practices cause injury, scars to the tree, & alter its shape. Disease is the unavoidable consequence of the fact that in doing so, we contradict the tree's natural way.  When was the last time you watched the precise & delicate organisation of the leaves on a branch of a non-pruned tree? Every single one among them is placed at the exact spot where it may get the maximum light from the ever moving sun in its daily & yearly routine. Every use of secateurs would disturb, upset the plant's harmoniously carved growth in space & time under the ever changing light given day after day by the sun.  When a leaf is no more in full light, as the tree reacts to pruning by growing too many branches, it soon loses its green, fades & later on, withers & dies. If too many of its leaves are weakened by pruning, the delicate balance of a tree may be destroyed & because they do not receive enough sunlight, they might catch a disease or other.  The reason we usually give to justify the grafting of a tree, is that we wish to combine in one individual, both the strength of a natural, ancient root system, with the high productivity of a highly selected, modern type of tree. The tree needs be strong in view to stand the hardship of being pruned so much & so often. As a reaction to being pruned, it produces too many fruit. Then, the farmer who wants big-sized fruit has to retort to thinning their number. When enumerated that way, the whole of those numerous operations appear as they should always do: they contradict one another.  The whole system seems absurd when we ask ourselves: why oppose so hard a tree's natural tendency in one direction, then in the opposite direction next?

un petit coin de paradis

Autant de tâtonnements révèlent notre rupture d'avec le monde dont & où nous naquîmes tous pourtant & où la vie consiste à vivre!  An après an, notre paysan naturel élimina un acte inutile de l'arboriculteur après l'autre.  Au bout de trente ans, Fukuoka ne réalisait plus que deux opérations dans son verger: planter & récolter...  Agrinature appliquée à l'arboriculture est une méthode complète, d'une simplicité extrême, productive, durable tout à la fois aux plans économique & écologique, & tellement bénéfique à tous égards.  Les arbres sont plantés à l'écartement qui leur permettra un plein développement à la maturité de leur carrière d'arbres de verger.  Dans l'idéal, ils ne sont pas greffés, car on ne plante que des arbres d'espèce & de variété pleinement adaptés au sol & au climat du terrain - ce qui se nomme terroir.  Si par improbable, on plantait un arbre greffé, il faudrait durant les deux premiers ans le tailler avec précaution pour lui redonner la forme naturelle de ses congénères forestiers ou sauvages.  Les vergers en agrinature ne sont pas taillés.  Pour toutes ces raisons, les arbres conservent leur force & les maladies sont rares.  En cas de maladie, laisser tout d'abord à l'arbre le temps & la capacité de développer sa résistance native.  En prévention de toute propagation, il est préférable de planter le verger en mélangeant espèces & variétés.  Sous les arbres, on sème des trèfles, & si possible de la luzerne. Cette prairie riche est tondue autant que nécessaire, sans aucune exportation ni déplacement du produit de la coupe.  Pour résoudre la question d'un temps de mise à fruit plus long, il suffira de gérer le remplacement des arbres progressivement & par anticipation.  Dans ce système, il vivront vieux.  Si le verger comporte cent arbres dont l'espérance de vie est cent ans, assurer la pérénité du peuplement consiste à remplacer en moyenne un sujet par  an.  Le verger de Fukuoka ressemble un paradis.  Je dirai pourquoi au prochain article.

the promised land

It all seems as we were learning through trials & errors, as we had become blind to the world where & from which we once were born.  Every year, our beloved natural farmer would skip one non-needed action in his orchards.  At the end of a thirty year's process, remained applied to Fukuoka's orchards only two unavoidable acts – the planting of the trees, & fruit collecting.  Agrinature, as far as orchards are concerned, is full, plain, efficient, productive, economically sustainable, in every way positive & especially for the environment. We plant every tree at the right distance from the next. That space is the one the trees are going to need when they reach their full orchard-tree size.  It is better not to graft, as we must use only species & types fit for the particular terrain – ground & climate together – they are introduced to. In case a grafted tree was planted, for the first two years, a slight pruning should be done in view to reshape it towards getting back its natural shape, the shape of a wild or forest tree of the same species.  Agrinature orchards are not pruned. For all those reasons the trees keep within, their full sun-given strength, & get barely no disease. However, in case one might occur, it is important to leave a plant time to react & develop its antibody capacity. To prevent any spreading of the problem, when planting the orchard, we mix species & types of trees among a species. The whole orchard is sown with clover & if possible, alpha-alpha. Mow this rich prairie as often as needed, & let the cut grass on the spot.  If you think that non-grafted fruit-trees take more time before they produce, the question can be solved through anticipated & progressive replacement of the old trees. However, the way they are treated will give them a long life. For instance, if your orchard holds a hundred trees which are expected to live a hundred years, the average replacement rate is one tree every year.  Fukuoka's orchards look like Heaven on Earth.  I will tell why in the next article.

un verger en trois dimensions

Les vergers en agrinature sont ouverts & clairs.  Cela est dû au fait que les arbres fruitiers y ont été plantés à écartement définitif & en mélange: tant qu'ils n'ont pas atteint leur plein développement ou après un remplacement partiel d'arbres âgés par des plus jeunes, de l'espace y est disponible.   Le sol du verger est luxuriant de trèfle ou de luzerne régulièrement coupés.  Les plantes de cette famille sont dénommées engrais-verts, car leur présence continue enrichit le sol.  Fukuoka préconisait de semer des ptagères sous les arbres, car il est toujours préférable d'utiliser le sol au maximum de sa capacité, ainsi que fait la nature en tout lieu.  Il mit au point dans ce but la technique d'enrobage des semences pour les former en billes d'argile.

la recette des billes d'argiles

Pour les confectionner, nous pouvons procéder comme suit.  Dans une cuvette, on mêle de manière homogène un volume d'un mélange de vingt-cinq espèces de graines de potagères à sept volumes d'argile sèche en poudre.  Puis, on humecte ce mélange à l'aide d'un vaporisateur  jusqu'à obtenir une pâte de consistance souple, mais dure.  Il faut ensuite prendre une boulette d'un centimètre de diamètre environ, & la rouler entre ses paumes jusqu'à obtenir une bille de forme régulière & à la surface lissée.  Les billes doivent être séchées à l'ombre jusqu'à ce qu'elles deviennent très dures, avant usage.  Idéalement, chaque bille contient une seule graine.  Pour fabriquer de plus grandes quantités de billes, on peut utiliser une bétonnière dont les pales furent auparavant ôtées.  Le tambour en rotation est chargé des graines & de l'argile en juste proportion.  Puis, de l'eau est vaporisée progressivement.  Enfin, les billes sont formées en pressant la pâte avec la paume d'une main dans le tambour en mouvement pour l'empêcher au stade critique de floculation de former une seule grosse massse.  A l"approche de ce point d'humidité où la pâte peut être facilement brisée en billes individuelles autour des graines, il faut humecter avec précaution afin de ne pas outrepasser le point critique.

le verger à trois dimensions ou strates

Dans le verger, les boulettes d'argile sont disséminées au hasard, de ci, de là.  Avec la pluie & la saison, chaque graine germera en son temps & le verger fournira des potagères à profusion.  Seules prospèreront les espèces parfaitement adaptées aux conditions de climat & de sol du lieu.  Il faudra veiller à ne pas tout récolter, afin qu'une part des légumes puisse se ressemer pour l'an suivant.  Ce mode de production fournit des légumes de saison en abondance, de grosse dimension, & sans maladies.  Il n'est en revanche adapté qu'aux espèces qui demandent peu de soins.  Le fait que les espèces soient disséminées en mélange rend la récolte de grandes quantités improbable.  Disons qu'il fournira un complément de revenu au paysan arboriculteur, ainsi que les légumes dont on a besoin pour sa famille.  Fukuoka qualifiait de tridimensionnel son verger.  Il est plus précis de le désigner comme un verger à trois strates.  Les arbres en sont la strate supérieure.  Sous leur frondaison croissent les représentants du potager.   Et le sol est couvert en tout lieu de l'engrais-vert qui le protège & l'enrichit.  Peu de travail est nécessaire.  Aucun souci ne nous incombe, car tout est laissé à la nature.  La productivité est bonne compte-tenu de l'espace disponible.  En revanche, il est indispensable de circuler souvent dans ce verger–potager, & d'y jouer de la serpe, c'est-à-dire que l'on coupe le trèfle & les adventices à l'entour de toute jeune plante potagère & de tout jeune plant d'arbre pour les dégager d'une concurrence trop forte.  Dès que le feuillage du plant de potagère d'arbuste domine le trèfle & les herbes, tout va bien & les intervention en ce qui les concerne ne sont plus indispensables.  C'est ce à quoi il faut veiller à intervalles réguliers: le dégagement des plants de la concurrence des plantes adventices, trèfles & herbes spontanées.

the three-dimensional orchard

An Agrinature orchard presents an open & bright aspect, for the fruit-trees in it have been planted wide apart, with enough space in-between them to allow their full development later on.  It means that as long as the trees have not reach their mature size, or wherever a number of them get replaced, open space is most of the time available within the orchard.  The soil under the trees is lush with clover or alfalfa - alpha-alpha or Lucerne.  The plants belonging to the legume family are called green-manure, for when they grow somewhere for some time, they enrich the soil in nitrogen.  Fukuoka used to profess that it is beneficial to sow & grow vegetables within the open spaces between the orchard trees.  In nature, any soil is used always to its maximum capacity & imitation of nature should be our ruling practice.  If in our mind, we imitate what we see in nature, it means that actually, in our acts, we integrate nature, dissolve into it, unite with it.  In view to sow vegetables in his orchards, he developed the clay-ball technique.  Let us describe it in a few words.  In a basin, mix twenty-five kinds of vegetable seeds with clay powder.  Then, sprinkle gradually  the mix with water in order to obtain a supple dough.  Take an half inch sized bit of it in your palms, & roll it until you form a small, smooth & neat ball of clay.  Then, let it to dry slowly.  Every clay ball may contain one seed or more, but one only per ball is the best proportion.  When large numbers of those are to be made, a cement mixer of which the blades have first been removed can be used.  While it is rotating, fill the drum with the seeds mix & then the amount of clay powder needed accordingly.  Then spray water little by little & at the same time, press & roll the mixture with your hand until the small balls are formed.  Let them dry slowly in the shade till they become very hard.  Masanobu Fukuoka scatters those balls here & there, at random in the orchard.  When the time & season are proper, a particular seed will sprout within a ball softened by the rain.  That means the orchard can produce vegetables in plenty on top of its normal fruit production.  It means also that only the specific species perfectly fit for the climate & soil conditions of a place can grow in so free a way.  Some of the grown vegetables will not be harvested & left in the ground, so that they can produce seeds, & reproduce.  The vegetables grown that way are big-sized, exempt of disease, & many at the fit time of the year when they grow.  However, only hardy vegetables can be obtained in such a way, for they must sprout fast & need little care.  Because the species are mixed & scattered at random everywhere, harvesting a large quantity is not really convenient, & that is another limitation to the method.  Say, it can provide extra income to the orchard farmer, & vegetables for his or her family needs.  Fukuoka described his orchard as three-dimensional.
I had rather simply say it is a three levels orchard.  The fruit trees grow at the third level.  Under their canopy, the vegetables grow.  And the clover or green manure covers, protects, fertilises the soil, & represents the first level in the orchard.  The method requires little work & little care, for every plant is, as much as possible let free to grow out of its own capacity.  The productivity is high according to the space available.  However, the farmer need to visit the three levels orchard & use his or her hand-scythe often, cutting the clover & weeds around any young vegetable plant or sapling.  As long as their foliage stays above the clover & wild grass, everything is fine.  It is what need be done now & then, & checked daily.

3.13 - l'intrant agricole premier ce jour est de pétrole - p

Publié le 12/07/2014 à 09:48 par marssfarm Tags : voyage france vie moi cadre argent fleur pensée afrique voyages
3.13 - l'intrant agricole premier ce jour est de pétrole - p

Nous voyons ici la forme naturelle d'un pêcher non greffé.  Le tronc, les branches & les feuilles expriment le même élan vital qui parle de la région d'origine de l'espèce & de ses voyages en adaptation vers la terre autour de Limòtges.  Observez l'identité des ces trois formes qui disent une manière d'être.  Cette manière nous retrouverons en la finesse de la fleur révêlée surtout en son parfum, la rontondité d'amande que chante le sucre du fruit.  Les branches à terre son les émondes du saule voisin, pour donner à notre "pêche" la lumière qu'il réclame. - chapter 8 -

---

Si l'Afrique croissait selon le modèle emprunté ce jour par la Chine ou celui autrefois par l'Europe, la planète n'y survivrait pas.  Il faudra y inventer par exemple des sources d'énergie propres, de vraies automobiles, un bâti écologique de matériaux recyclables, une agriculture sans intrants & une gestion des ressources que sont :

  • les sols & les lieux– qui affèrent à la terre (5), les échanges & l'habitat -
  • la pluie, les fleuves & les marées - symbolisés par l'eau (4); la féminité & la lune -
  • le soleil – énergie (3) unique disponible sans fin, exprimée en culture & inventivité humaine -
  • les métaux – qui représentent l'atmosphère (2), les langues & techniques -
  • & le bois – qui dessine l'espace (1), les fertilités & le cadre de vie.

L'intrant agricole est une drogue au sens le plus physico-chimique du terme.  Il booste la capacité de fonctionnement de l'écosystème sol-plantes au détriment des stocks de réserves accumulées.  Le processus, nous le voyons offre une illusion proche de la pensée magique.  La stratégie de son utilisateur est un « Après moi le déluge !» ou l'espoir que le truc fonctionnera encore un peu, aussi longtemps qu'il sera en business, qu'il aura le temps de mettre de l'argent à gauche avant de passer l'arme à gauche, de prendre sa retraire selon l'adage « Prends l'oseille & tire-toi ! »  L'intrant agricole est de ce fait une pure expression de l'ego.  Il est aussi tout à fait disqualifié par notre sens éthique.  Il mange le capital humus accumulé par les aïeux & privera la descendance d'habitat, de ressource, de beauté & de paix.

L'agriculture biologique propose de cesser de consommer le capital humus au profit des profits financiers de l'agro-industrie.

L'agrinature propose de reconstituer ce capital per capita, l'accroître en revenant aussi vers la recherche d'un capital d'habitabilité de notre terre au moyen de la reconstitution des milieux que la méthode engendre par l'accumulation de vie, diversité & biomasse nouvelles.

L'intrant agricole premier ce jour est le pétrole & tout les autres intants en sont issus.  Cet apport d'énergie fossile (3) se fait au détriment de l'énergie soleil (3) qui naturellement doit alimenter l'écosystème sol-plante etc... pour l'édifier sans fin, y fabriquant tout.  Puis, tout devient humus (3) qui est la mémoire du soleil reçu, la mémoire des plantes en lignine, ce déchet sublime à la racine de l'humus, tout à la fois nourriture & substance - éphémère, puisque nourriture - constitutive du sol support nourricier.

 

3.13 - l'intrant agricole premier ce jour est de pétrole - 140712 - Lors de l'émission "l'esprit public" de Philippe Meyer, le 6 juillet à onze heures sur la radio France-Culture au sujet du développement économique de l'Afrique, Lionel Zinsou parlait sans être interrompu ni presque questionné tant son propos était dense, précis & humble tout à la fois.

5. épiphytes & fabacées / illustration 1 /

Publié le 11/07/2014 à 14:21 par marssfarm Tags : image centerblog

 

22.2 - les plantes existent par semis direct - p *

 

les plantes existent par semis direct - direct sowing

Cette herbe - qui sur la photographie semble plus grande que les arbres de la haie - capable de germer sur le chemin le plus dur & disséminer ses graines d'abondance, effraiera le jardinier.  Elle est herbe favorite de la ferme de mars - douce, tendre, sans agressivité aucune.  Elle n'occupe que peu de place, possède la racine la plus puissante & une seule coupe de serpe l'été venu suffira à lui demander de ne demeurer que ce qu'elle est, de ne pas envahir tout le champ.  C'est un adventice du type 1 & nous la nommons aussi épiphyte, car elle sait croître sans sol.  Equipée de cette force racinaire extraordinaire, germée sur un sol, elle l'enrichira par tous les moyens qu'ont les plantes de fabriquer du sol, mais, compte-tenu des capacités remarquables de cette espèce, à un facteur multiplié.  La structure enfle, les particules d'humus immobilisé sont recyclées & les minéraux profonds mis en motion dans les cycles nutritifs.

11. la prairie céréale élargie / illustration 1 /

Publié le 11/07/2014 à 11:25 par marssfarm Tags : image centerblog

 

22.1 - la voie - roots & the route - p *

 

soja & sarrasin dans l'herbe

11.2 quelques recettes en pédogenese, les saints 5 du sol /

de colline en kaolin -tit for tat

Qui pourra avérément prévenir que les mots ne s'envolent de colline en colline?  Le mot « colline » a pour origine le Chinois « Khaô-Lîn », le contrefort de la montagne ou piémont.  Le substratum des collines du Limousin est un granite de très grand âge & par conséquent très érodé. Les argiles qui résultent de l'altération finale du granite sont blanches, du type « Kaolin » caractérisées par une faible cohérence & une surface microscopique d'adsorption, de stockage & d'échange d'ions minime.  De ce fait, les sols des collines limousines aux argiles de Khaô-Lîn sont de texture essentiellement sablo-limoneuse & de structure faible.  Durant nonante années, les sols de la "ferme de mars" furent successivement délaissés, surexploités, tassés, asphyxiés, pillés & ruinés.  Depuis sept ans, nous œuvrâmes à permettre à ces sols de reconstruire l'édifice périlleux de la micro-architecture vivante qu'ils avaient été.  L’observation que toutes les pierres leur furent une à une ôtées indique le soin extrême qui leur était consacré.  Tant de dur labeur préalable au labour révèle le caractère hautement précieux qu'ils possédèrent jadis aux yeux de leurs fermiers & propriétaires.  Le paradoxe réside dans le fait que cela contribua à leur dégradation finale, ainsi que nous le vîmes en d'autres points de ce texte.  Un terrain dépourvu de pierres est soumis au tassement s'il est horizontal, ou à l'érosion hydraulique s'il est pentu, & aux autres formes d'érosion dans tous les cas.  Bien que ces sols se soient considérablement améliorés depuis six années, ils demeurent pauvres, peu réactifs & de capacité hydrique médiocre.  Ce qui leur fut prélevé au cours de tant de temps doit désormais leur être redonné sous la forme d'amendements: les stocks ioniques sont épuisés.  Nous allons les reconstituer par des apports de marne, d'algues, de déchets de poisson, & de fumiers de provenance externe.  Par analogie, nous pourrions comparer notre sol à une batterie déchargée, dont il faut reconstituer les stocks d'ions par injection massive & prolongée d'énergie neuve.  Ensuite, il faudra veiller à toujours leur restituer l'intégralité de ce qui n'est pas destiné à la vente pour l'alimentation humaine. Seuls seront exportés du sol les produits de vente. Tout le reste demeure sur place.  Il faut par surcroît apporter un surplus de matière organique & de lignine, tant de nourriture & d'énergie qui seront mis à usage & profit, puis recyclés par le monde vivant du sol. Le bois raméal, fragmenté ou non permettra ces apports.  Aux abords des arbres de haies & des lisières, le gain de fertilité est d'ores & déjà visible.  La proximité des arbres y protégea les sols des excès du climat, & l’apport d’humus par chute des feuilles & brindilles y limita leur dégradation.

  • Commentaire de Christine : De colline à collis, nous trouvons facilement dans n'importe quel dictionnaire étymologique, mais de collis à khaô-lîn, quel cheminement, où chercher, car j'imagine qu'il existe de multiples exemples, tous aussi poétiques du voyage des sons?  Du chinois au latin, par quel intermédiaire, en quelle époque?  On se prend à rêver.
  • La route de la soie est fort ancienne & parcourait d'est en ouest & d'ouest en est la longueur du continent d'Eurasie depuis la langueur active de Chine jusqu'à l'activité languide d'occident.  Ainsi Europe connut la porcelaine, le papier, la poudre, les pâtes, l'encre, la monnaie.  Lorsqu'un marchand demanda à un autre marchand la recette du vase si blanc, le Mandarin répondit Kaolin.  Comme l'autre n'entendait pas la langue, il le mena aux environs de Limoges, païs de collis.  Par un trou dans la terre l'argile fut trouvée.  Une ethnie se définit par sa manière de parler & sa manière de prier.  Le cheminement des symboles, des sons, des mots peut être tracé depuis Bharat des Dravidiens - dans le sud d'India - vers la civilisation copte, l'Egypte, la Phénicie, la Crète, la Grèce, les Gaules, c'est-à-dire l'Europe de la Turquie & Golan de Syrie jusqu'à l'Irlande.  Les marchands ou Vaishas, les conquérants ou Kshatriyas  circulent & transportent aussi les mots, créolisent les langues.  Il existe aussi un courant en linguistique qui pense qu'existait dans la nuit des éons au début une langue native unique.  Les mots les plus anciens sont des onomatopées d'une seule syllabe désignant les catégories de la nature ou du groupe : eau, vent, feu, mer, ru, thé, vin, pain, je, nous...  La simplicité & la complexité cohabitent en toutes les langues.  La poésie consiste à simplifier la langue en complexifiant l'idée au sens d’affiner, cheminer plus avant, approfondir - créoliser donc, emprunter à la langue de l'autre les mots & idées autres, s’affranchir des errements du passé, du joug du vieil homme.  Nous voyons donc qu'elle peut être tout à fait spontanée ou par contraste une recherche, puisqu'en science la tendance ce jour va à l'inter-disciplinarité...

la fertilité du silicium silicate & autres substrats acides

Il est suggéré souvent que les sols à substratum de granite seraient pauvres.  Ce n'est pas exact.  Il est vrai que la roche est riche en silice.  Elle se décompose en sables, limons & argiles du type kaolin.  Les sols de sables & limons sont des terres de faible cohésion & de ce fait sensibles à l'érosion.  Il est vrai que les granites sont des roches de montagne.  La pente des montagnes accroît les facteurs d'érosion également par l'écoulement qu'elle induit, la violence des vents, la fréquence des pluies & les amplitudes thermiques.  Il est vrai que le kaolin ou argile blanche qui nait en résidu de la décomposition de la roche granite si dure, fait montre d'une remarquablement faible capacité d'adsorbsion - ce qui signifie que son aptitude à stocker les ions nutritifs pour les servir ensuite aux racines des plantes selon leur besoin est en tout état de cause très minime.  J'ai vu sur sol calcaire des chênes de cinquante ans au tronc gros comme le bras : le calcium libre en trop grande teneur est un toxique à de nombreuses plantes aussi.  Par ailleurs, les roches calcaires ne retiennent pas l'eau, la laissant percoler de plus en plus bas en sous-sol.  Les grottes, avens & karsts ensont de belles illustrations.  A l'inverse, le granite est imperméable.  Toute eau reçue par un sol sur granite peut de ce fait être utilisée par les plantes qu'il porte.  La matière organique par ces plantes produite ne sera de ce fait que peu exportée.  Elle deviendra un jour humus, matière réputée pour sa qualité à garder l'eau en réserve dans des proportions au-delà de nos imaginations.  C'est ainsi que les sols sur granite deviennnent humiques.  Le froid de l'humidité qui tire vers l'acide & les acides humiques tout deux contribuent plus encore à décomposer la roche qui les engendra jusqu'au stade ultime en finesse, l'argile.  Le kaolin ainsi formé & accumulé à l'horizon bas du sol y établit une couche imperméable & ce caractère a son tour renforce la capacité qu'avait déjà le sol à conserver toute eau reçue par lui sans accepter d'en perdre une goutte.  Nous voyons donc en ce procédé la phénomène richesse des sols de granite s'élaborer par leur capacité à conserver l'eau & à fabriquer de ce fait de l'humus.  Le kaolin par en dessous nous ferait penser à l'argile d'un pot.  L'humus au-dessus évoque le terreau qu'une jardinère attentive plaça dans le pot.  Ainsi sont les sols de granite, généreux & de grande capacité de croissance.  Certes ils ne connaissent pas le complexe argilo-humique dont le noyau souvent a besoin d'un atome de calcium pour se constituer  En revanchent ils possèdent de l'humus d'abondance & s'ils sont vieux, des limons de la finesse la plus fine qui pourront jouer le rôle d'argile presque.  Ceux qui sauront garder leurs sols de la pente & ce faisant de l'érosion & qui sauront de plus mobiliser leur humus sans le laisser se minéraliser, verront croître leur terre en couleurs & volume : grandir, gonfler, sélever, l'acidité s'évaporer, la fertilié accroître.  Comparer la richesse des uns & des autres ne mène à rien.  Chaque lieu possède un génie qui lui est propre & il existe toujours une manière de le valoriser.  La méthode & la stratégie varieront selon les cas.  Pauvreté n'est pas naturelle.  Si notre sol est pauvre, il importe d'élucider l'origine de cet état de fait pour ensuite élaborer la méthode qui lui offrira toute capacité à se régénérer.  Si votre sol est riche, nous saurons aussi en étudier les mécanismes dans une perspective semblable qui aboutira à mieux protéger cette fertilité acquise au passé.  Nous pourrons par cette prescience aussi même l'augmenter encore un peu - notre cadeau à ceux à naître.

beaucoup de temps, d'effort ou de travail - ego versus fortitude

La terre est tout à la fois la substance la plus commune, car elle constitue l'écorce de la Terre, & la plus rare aussi car un sol pour devenir riche, demande beaucoup de temps – soit d'énergie solaire raffinée – d'effort ou de travail, ou les trois.  Élaborer des substances chimiques - ce qui signifie qu'elles ne sont pas entièrement biodégradables, que les vivants ne les absorberont pas tout à fait & qu'en conséquence des rémanences en subsisteront dans les chaînes alimentaires - ou remonter du sous-sol profond qui était leur lieu naturel des métaux lourds – plomb, uranium, mercure, cadmium, amiante – expose nos précieux sols à des dangers inouïs de nos ancêtres.  Ce qui est frappant en ce qui concerne ces substances & ces métaux lourds, c'est que nous en faisons usage en général le temps d'une génération.  Puis, après prise de conscience de leur danger, soudain nous cesseront d'y avoir recours, prouvant ainsi leur superflu, leur inutilité radicale, première.  Le prétexte à leur emploi fut la recherche d'un progrès technique ou d'un profit pécuniaire.  Ces deux données se basent sur l'illusion que nous pourrions résoudre les paradoxes de l'humaine condition par des stratagèmes technologiques ou financiers.  Après usage, ces molécules surgies de nos usines, c'est-à-dire notre projection mentale vers le futur, ou du sous-sol, c'est-à-dire du passé géologique, deviendront déchets & inévitablement contamineront des sols.  Il est fort probable alors que des humains seront atteints dans leur corps par les conséquences de ces contaminations.  L'immoralité consiste à supposer que l'autre est autre, différent.  Elle est de ce fait la racine du racisme.  Le racisme trouve son origine dans le clan.  La pensée clanique est forme collective de l'égoïsme.  L'égoïsme quant à lui, est la conscience étrécie d'être avant tout un corps physique, essentiellement matière, sans dimension spirituelle.  Polluer les éléments au sein desquels notre corps physique doit exister est signe de cette carence spirituelle, cet étrécissement de la conscience.  L'immortalité & l'immoralité ne sauraient cohabiter en nous.

bois raméal non fragmenté - non-fragmented twigs' wood

Gilles Lemieux, agronome québécois a mis au point depuis des décennies la méthode dite du "bois raméal fragmenté", ou B.R.F. qui consiste à amender le sol grâce à un broyât de jeunes rameaux encore feuillus, en fin de saison.  La lignine, composant caractéristique des tiges & du bois, est la seule ou principale source d'humus.  Les filaments de mycélium - la part microscopique, invisible des champignons - du sol sont parmi les rares êtres vivants capables de la dégrader.
Le processus total dure huit années, au cours desquelles toutes les formes intermédiaires d'humus vont exister successivement et permettre ainsi la vie du sol et la nutrition des plantes qui y poussent.  Ainsi que nous pouvons digérer nos aliments uniquement par l'intermédiaire de notre flore intestinale, les plantes en général absorbent les nutriments du sol par association de leurs racines avec le mycélium, ce que l'on nomme mycorhizes.  L'amendement par B.R.F. rend superflus:

  • les engrais,
  • les travaux du sol,
  • & l'arrosage.

Aux paysans qui ne disposent pas d'un broyeur, je propose le "bois raméal non fragmenté" - B.R.N.F.  On plante par graines ou boutures, ou jeunes plants, tous les trente mètres par exemple, une ligne d'arbres orientée nord-sud ou est-ouest.  Ensuite, tous les deux ou trois ans en fin d'été, on coupera ces jeunes arbres à la base.  Les rameaux sont laissés en cordon de chaque côté de la haie.  Au bout de six mois, leur bois se fragmente facilement lorsqu'on le piétine.  Il peut être alors répandu sur toute la surface de la parcelle.

commentaire d'Eléa en recherche verdoyante

  • "Bonjour. Au hasard d'une recherche je tombe sur cette page.  Je me permet de réagir.  Je suis co-auteur d'un ouvrage sur les BRF : http://brfdelarbreausol.blogspot.com/  Gilles Lemieux est l'inventeur du terme BRF et a beaucoup travaillé à leur diffusion dans le monde.  Nous lui devons énormément.  Cependant, le véritable instigateur se nomme Edgar Guay.  Un certain Jacques Hébert a fort œuvré à ses côtés dès le début.  Ce n'est que dix ans après cette découverte que le professeur Lemieux intervint.  Voilà pour l'histoire!  Avec mes sentiments les plus verdoyants."  Eléa.
  • Le cas est courant.  La personne qui développe & répand une invention est par voie de conséquence, plus connue que l'inventeur véritable.  A tel point que l'invention lui sera le plus souvent attribuée. L'humus nous incite à l'humilité.  Le rôle que la vie nous fait jouer n'a pas de rapport exact avec notre valeur réelle.  Nous sommes tous des diamants, mais seuls les diamants taillés attirent l'œil. Un diamant brut semble au premier regard, une pierre ordinaire.

DERNIERS ARTICLES :
12.9 le rêve corse - Siberia, Louisiana, Sahara / **
L'agronomie de notre temps se trouve confrontée à plusieurs paradoxes.  Les surfaces agricoles occupent un dixième des terres émergées.  La méthode agricole courante corr
5.8 les chiendents, herbes à symétrie trois /
Commentaire de NC : En fait, je lis ton blog un peu de façon transversale, je dirais & je ne sais si j'ai bien lu ou compris.  Lorsque tu parles de chiendent, je me d
2.20 - qui accapare le flux le fait poison - p
pavots   Si nous comparions le déficit de budget des nations & les fortunes qui enflent sans cesser des millionnaires de la planète, nous trouverions sans en douter d
14.11 - dévotion & responsabilité - p 9.15
0 - Nous voyons ici la prairie céréale, les blés population issus des fermes du Réseau semences paysannes aclimatés à Sardent, semés en lignes & bandes.  Ces parcelle
11. des pains / illustration 2
    Le pain de blé contient des graines de lin grillées, des graines de sésame & quinoa trempées, des graines de tournesol, du seigle germé, malté.  
forum