Mars's farm Agrinature
Agrinature: let us invent a way of farming out of 3 resources only - solar light, rain & the farmers

Thèmes

agrinature fukuoka air amour animal animaux argent art article automne blog bonne cadre

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Adventices, anti-corps du sol (1)
· Agrinature / épistémologie (5)
· Agrinature / méthode (6)
· Agrinature / pratique (6)
· Agronomie des simples (4)
· Cinq étapes / la démarche (6)
· Cinq formes / trois groupes / plantes (8)
· Cinq propos / le non-faire (11)
· Cinq sens des plantes (3)
· Contents chapters articles (9)
· Date / saisons chinoises (4)
· Date nutrition couvert espèce variété (6)
· Drainage d'irrigation par pédogenèse DIP (1)
· Ecobuilding (6)
· Ecology of farming (7)
· Economy of farming (12)
· Educare / enfants sont des arbres (8)
· Engrais-vert /adventices de rotation ARE (4)
· Engrais-vert agrinature EVA (8)
· Façonner le paysage (7)
· Foods / baking / macrobiotics (4)
· Forme résonne / sol (3)
· Genèse / enfance (2)
· Genèse / la base spirituelle (13)
· Genèse / origine / roots of agrinature (15)
· Habiter la terre (6)
· Jardin-forêt (2)
· Mars's farm (15)
· Parmi les adventices (7)
· Parmi les arbres / sol / ciel / arbres (8)
· Photos topics drafts (5)
· Phyto-sociologie (7)
· Planter les potagères (11)
· Potager / pratiques (10)
· Prairie céréale (4)
· Prairie céréale élargie / PCE (3)
· Semences paysannes (12)
· Semer les céréales sans labour (9)
· Semis direct (8)
· Sol / cinq éléments dans le sol (7)
· Sol / édifier approfondir fabriquer (10)
· Sol / les humicides (1)
· Sol / nourrir le sol (6)
· Terrasses & bocages (9)
· Terrasses soli-pluviales / TSP (4)
· Université des arbres (7)
· Vergers en trois dimensions (10)

Rechercher
Derniers commentaires

bonjour tout le monde , j'espère que vous allez tous bien ...? alors je n'aime pas avoir rien à dire mais à v
Par ageheureux, le 22.04.2015

toujours trés intéressant. je ne suis pas un agriculteur et je ne jardinne pas mais je ne peux m'empêcher de c
Par erixbd, le 17.04.2015

aucun de mes frères et soeurs musulman peuvent être séduit par l'histoire du frère elyôn en conclusion suppri
Par khadijamine, le 16.04.2015

heureuse de ton retour, comment vas-tu ?http://khadij amine.centerbl og.net
Par khadijamine, le 16.04.2015

en effet, le taon n'a pas un dard ni même une trompe, mais un stylet ou rostre chez d'autres insectes.il est d
Par chantou64, le 16.04.2015

Voir plus

Articles les plus lus

· 018.1 * pain au seigle germé - Essene bread - 6 p
· 010.2 semis direct blé population en prairie céréale - 4 11p
· 017.1 * la céréale & les trèfles - cereals & clover - 5 5p
· 09.5.b* semis de printemps au potager - spring sowing- 5 2p
· 07.6 administration insuffisamment conservatrice - 5 6p

· 011.0 * Jack Clayton visits the farm / 2010 - divers 7 11p
· 2.2 le calendrier solaire agricole & les Jié.qi / p
· 03.4 * une flore d'herbes riche - a time-space trip - 5 p
· mimétisme / camouflage / 5p
· 03.2 * Trifolium repens - white dwarf clover - 5 p
· 015.1 * une population de céréale au champ - 5 3p
· 6.5 Ceres, déesse des moissons / p
· antagoniser / les anti-corps du sol / grainer ou pas / 4p
· 07.6 - vers une renaissance de la forêt jardin - 5 5p
· 07.2 - la demi-lune & le bouleau- a fertile crescent- 10 2p

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· brigitisis
· causes
· erixbd
· khadijamine
· lire-a-loisir
· mystic-dreams
· odeurdelaterre
· permaculture
· valinfo.org


Statistiques

Date de création : 16.01.2008
Dernière mise à jour : 19.04.2015
320 articles


planter les potagères / 1 photo

Publié le 19/04/2015 à 16:57 par marssfarm Tags : enfants femmes agrinature fukuoka natural farming image centerblog
20.9 - tomate & potimarron - tomatoe & squash together - 0 p

 

tomate & potimarron dans l'ortie & le trèfle - tomatoe & squash together - Both are american plants.  Non wild potatoe is a Yin vegetable.  Squash is rather Yang. - 140119



planter un verger tridimensionnel / p

Publié le 19/04/2015 à 16:20 par marssfarm Tags : agrinature fukuoka natural farming centerblog pouvoir
planter un verger tridimensionnel / p

Les délaissés de l'agriculture; les lieux déalissés par l'agriculture aux monstres tractant sont souvent marqués d'hydromorphie, dont les rus se bouchèrent par l'oubli qu'ils existaient.  Possède-t-il un ruisseau ?  Est-il humide ?  Trouvez des arbres fruitiers non greffés auprès des personnes nombreuses qui en conservèrent.  En agrinature, on plante à large écartement des arbres non greffés afin de n'avoir pas besoin de tailler, en mélange de variétés & espèces afin de réduire les risques de maladie, en laissant le sol couvert toujours par EVA.  Il faut planter ou semer les arbres fruitiers en grande densité pour ensuite pouvoir ensuite les sélectionner.  A terme, la densité sera faible.  L'espace entre les arbres est de potager avec tous les cinq ans, une céréale.

mimétisme / 1p

Publié le 19/04/2015 à 11:51 par marssfarm Tags : image centerblog agrinature fukuoka natural farming
19.3.b - sarrasin modèle - beans neighbour buckwheat - 0 p

 

sarrasin modèle - a bean neighbours a buckwheat

Nous avions semé des haricots dans un sol où se trouvaient quelques graines de sarrasin qui profitèrent de l'occasion pour germer.  Or, ce sol est pauvre & de ce fait d'évidence plus favorable au sarrasin, plante fort frugale.  Voyez comme les premières feuilles du haricots à droite, se conforment à ressembler à celles du blé noir à gauche, comme si la forme sarrasin devenait alors un modèle du fait des deux circonstances combinées qu'il se trouve présent ici, en ce lieu & y est bien adapté ou acclimaté!  Notons par ailleurs que les trèfles ne sont pas présents en assez grande densité pour prévenir l'installation par la suite des herbes ou adventices.

130805

remplacer le chiendent / 1p

Publié le 19/04/2015 à 09:53 par marssfarm Tags : agrinature fukuoka natural farming image centerblog mode automne
19.2.b - cohabiter pour un temps - quackgrass & clover - p

 

cohabiter pour un temps - quackgrass & clover

Le trèfle indique un pH 6, le chiendent un pH 5, & la petite oseille un pH 4.  Les trois ne sauraient cohabiter longtemps donc.  Le caractère acide, carence en cations nutritifs qui furent lessivés par le truchement de cette acidité même sera lessivé à son tour par l'apport en quantités infinitésimales des poussières de la présence de nos jours fixées dans les molécules complexes azotées dont le constituant premier est insufflé dans le sol par les bactéries associées au trèfle.

 

Les fabacées synthétisent une molécules proche de l'hémoglobine auprès de leurs racines afin que de l'oxygène y soit présent pour accueillir en nidification les dites bactéries qui fixeront l'azote.  Il s'agit d'une stratégie élaborée par cette famille de plantes depuis longtemps.  A la manière des lichens qui préparent l'accueil de leur algue symbiotique, nous avons juste après le semis d'une graine de trèfle, recherche par la jeune plante du partenaire bactérien auquel elle s'associera.  Son installation de ce fait prendra un peu de temps.  En fait, toutes les plantes sont mycorhizées & fonctionnent sur ce mode : après installation, elles développent au début surtout leurs racines, partant à la recherche des filaments de mycélium auquels elles agréeront de s'associer.

 

Pour éliminer les chiendents, il y a lieu de dénuder le sol en août, puis de semer un couvert complet de brassicacées gélives & en même temps le couvert complet du mélange trèfle blanc & ray-grass anglais qui continuera le couvert après les gélées & l'an suivant.  Le trèfle blanc rechargera le sol en azote, élevant par ce moyen le pH & les pivots de ses racines l'explorent jusqu'à une profondeur de quatre-vingt centimètres.  Les ray-grass ont la particularité de rrconstituer le complexe argilo-humique & par ce moyen de restructurer un sol.  A l'issue de deux à cinq ans de cette prairie, on pourra y semer avec un semoir direct une céréale ou un mélange de seigle & vesce velue qui pourront être couchés au printemps à l'aide d'un rouleau hacheur de type Faca par exemple.  Dans le mulch ainsi constitué, toutes les potagères peuvent être plantées ou un couvert de trèfle incarnat, d'Alexandrie ou de Perse semé où des cultures d'automne peuvent être introduites en semis direct.

 
Trèfle de Perse Trifolium resupinatum.  Date du semis : mars - avril & septembre - octobre.  Profondeur : 1 cm.  Type de semis : à la volée.  Pérennité : annuelle.  Hauteur de la plante adulte : 40 cm.  La technique du semis à la volée est utilisée.  Les graines sont réparties sur le sol, puis recouvertes d’un cm de terre.  Après le semis, le sol est roulé,tassé pour que la terre adhère aux graines.
Incarnat 15 juillet 25 août 20 Kg (date limite 01/09)
Perse mars avril - septembre octobre 10 Kg
Alexandrie 15 juillet 25 Août 20 Kg couvert après moisson
130519 141122

une brève histoire de l'univers / p

une brève histoire de l'univers / p

glisser un mot d'anglais dans la conversation

 

Le  [ TH ] doux de l'anglais - comme dans "this" - est l'altération de la dentale sonante [ D ] en plaçant le bout de la langue sous les incisives.  Le  [ TH ] dur - comme dans "thick" - est l'altération de la dentale sourde  [ T ] en plaçant le bout de la langue sous les incisives.

Si on avait de la difficulté à prononcer ces deux consonnes, il est admis de leur substituer un  [ D ] & un  [ T ] peu frappés - sachant que les dentales ordinaires de l'anglais sont vraiment dentales en ce qu'elles claquent plus qu'en français.  Aux enfants pour apprendre, on demande de remplacer le  [ th ] doux par un  [ V ]  & le  [ th ] dur par un  [ F ].

Le [ V ]  est la forme ordinaire de la semi-voyelle labiale issue du [ U ] & le [ F ] sa forme dure.  On accepte donc des débutants qu'ils substituent à une dentale soufflée sous les incisive, une labiale soufflée de la même forme.  Il est des personnes anglophones - rares - qui gardent toute leur vie cette prononciation enfantine.  Le  [ R ] anglais peut être difficile à prononcer pour un français.  Le [ R ] en son origine est une semi-voyelle allant du roulant sur la langue à l'aspiré sous le palais.  En anglais elle est très douce, roulant à peine sous le palais.

Il n'est pas interdit d'employer en anglais le  [ R ] roulé de Méditerranées & de l'Asie du sud.  Le  [ W ] est la forme semi-voyelle du [ OU ].  Le [ Y ] est la semi-voyelle ou forme longue du [ I ].  Il est des locuteurs - des langues issues du chinois par exemple - qui ne différencient pas la semi-voyelle linguale roulée  [ R ]de la semi-voyelle dentale  [ L ].

 

La particularité de l'anglais fut le glissement des voyelles - vowel shift - qui l'affecta au milieu du deuxième millénaire pour des raisons liées à l'histoire & à la lutte des classes, lutte d'influence entre la langue de la noblesse plus latine & la langue native plus ancienne & modelée par l'inventivité urbaine du peuple & des bourgeois.  Les disparités entre la langue écrite & sa prononciation s'expliquent non seulement par ces rivalités sociales mais aussi par du fait que les nombreux navigateurs anglais de retour en leur contrée y ramenaient des mots de vocabulaire empruntés à toutes les langues du monde.  Sous les hautes latitudes de la Grande-Bretagne, les sons importés du sud ne pouvaient que se déformer car en climats froids il est besoin de ne pas trop ouvrir la bouche en parlant.  Par sa structure, l'anglais rappelle la construction du chinois.  Son vocabulaire révèle une origine sanskrite, indo-européenne.  La labilité de ses voyelles nous fait penser à l'hébreu.

 

  1 3 2 4   5    
  gutturale linguale palatale dentale   labiale    
Les cinq voyelles... A E I O ou U y w
s'altérèrent respectivement en [ E-i ] [ I ] [ A-i ] ow [ o-U ] aw [ a-U ] you [ yu ] wai [ A-i ]  
Other spellings,   ea / ee   oa / oo        
other prononciations. a / o e (e) / i (e) / o / U   a / (e) / u i / y ou

 

Les noms de lieux en revanche conservent leur prononciation d'antan, comme Yorkshire ou Portsmouth que les français doivent dire tels qu'il les lisent.

 

language of the world by word of mouth - une brève histoire de l'univers

 

En sa genèse la langue débute en la gorge par le son "Gha", hoquet de l'enfant qui naît. (1)

Puis le cri s'affine en Chi, énergie subtile sous les méridiens d'acupuncture. (2)

Poursuivant son élévation, le son invente un pou

qui symbolise toutes minuscules formes de vie proliférantes si ingénieuses à exister. (5)

Le chi en persévérance fait naître en l'archétype thé les plantes multicellulaires organisées terrestres. (3)

Le pou quant à lui crie un "do" de conquête - la note de base des symphonies -

en sa recherche du dos d'un chien errant. (4)

La plante thé plantée sous le soleil de mai en oriente les rais  en un chemin à bâtir la vie. (10)

Les harmoniques du do appellent l'eau à sourdre source claire. (11)

L'eau bue par un cep s'altère en vin que produisait la vigne au soleil d'août. (9)

L'alcool tiré du vin allume tôt l'ignition d'une rixe, mettant le feu aux poudres. (7)

La hauteur du feu enfle le vacarme. (8)

Le souffle de l'explosion se propage en tumulte. (4)

AUM, naissance de l'univers, fin des temps. (9

 

        -(1) gutturale
-(2) palatale
-(3) linguale
-(4) dentale
-(5) labiale
(6) muette
sourde inaspirée   K C t T P
 "  " aspirée   kh ch th Th ph
 " sonante inaspirée   G J d D B
 " "
aspirée   gh jh dh Dh bh
(7) sibilante
sourde       ç sh S  
(8) aspirée
 " finale h          
 " sonante   H          
(9) nasale
 " finale n          
 "  "     gn jn n N M
(10) semi-voyelle
 " courte       r L V
 "  " longue     Y R    
(11) voyelle
 " diphtongue       ai au  
"
 " forte       E O  
 "  " longue   â ï     ou
 "  " courte   a I     U
 "  " ouverte   A        

 

classification de l'alphabet latin

  aspirées gutturales palatales linguales dentales labiales
voyelles   A I E O U
sonantes H G J   D B
sourdes H K C   T P
nasales   Q     N M
semi-voyelles   X Y R L V
sibilantes     S   Z F
diphtongues       ai au W

 

  aspirées gutturales palatales linguales dentales labiales
    A C E D B
  H G I   O F
    K J   L M
    Q     N P
      S R
T U
    X Y   Z V
            W

action réaction intention pensée acte faire concilier** / p

Publié le 16/04/2015 à 11:51 par marssfarm Tags : agrinature fukuoka natural farming mode nature nuit chien fleurs pensée éléments pensées pouvoir
action réaction intention pensée acte faire concilier** / p

 

action réaction intention pensée acte faire concilier -the advent of a weed to witness & redeem

Votre confiance tour à tour folâtre ou sérieuse me donne envie d'avoir moins " peur " des adventices.  Cependant le passé se rapelle, le cauchemar des heures d'arrachage sans espoir d'en venir à bout, l'inéquité des armes, une immensité de chardons vigoureux dans un champ sans fin, le chiendent cynodon dactylon qui graine comme un nuage & qui stolonne comme moquette, le galinsoga qui fleurit grand dru & naïf trois fois par saison... Alors j'y vais " doucement " : tout en les estourbissant, d'abord les observer : le chénopode en début de saison prend son temps pour faire presqu'un arbre ; en fin d'été même malingre & minuscule il se dépêche de grainer, ce gredin.  Je retire cette parole... & me relaxe... en lisant tes textes.

Sapoork

marssfarm le 27/08/2013 :
Cette peur des simples m'évoque les chevreuils qui traversent mes parcelles chaque nuit.  Ils aiment manger surtout les feuilles de soja, les fleurs de haricot, les inflorescences du sarrasin.  Longtemps je rêvai d'un droit de chasse qui ne serait pas hérité des temps féodaux & d'avoir le droit d'acheter un fusil pour trois francs six sous.  Désormais, je vois que ces cervidés qui bêlent à la manière de leur ennemi chien ont part à ce qui me guide.  Je ne souhaite plus les exterminer & le mode de pratique vers lequel toutes les composantes de la nature me guident prendra en compte ces gibiers aussi, dans la mesure où au fonds je les accepte désormais en tant qu'un des multiples éléments du jeu.

Pour ce qui concerne les herbes sauvages, nous savons que sans elles le sol serait en grand danger que les humains ne le détruisent sans espoir de retour.  En tant que jardiniers en agrinature, nous pouvons utiliser le faux semis, le non-labour, le désherbage sélectif & la couverture permanente par EVA & ARE.  La dernière option seule est conforme à notre méthode & les trois autres sont des aides qui nous permettent d'y parvenir.  Au cours de ma trop courte expérience, j'ai plusieurs fois constaté que dès que je posai ne serait-ce qu'une intention à l'encontre de la présence d'une espèce que dans la folie de ma tête je croyais trop invasive, cette espèce réagissait en confortant sa présence & sa fructification.

L'effet inverse s'observe tout autant.  Si nous cessons de la vouloir disparaître, une espèce joera son rôle sans plus, ne cherchant pas à se multiplier outre la mesure qui lui échoit.  Le pire en fin de compte est de la voir comme une concurrente, car par la loi d'action & réaction, elle le devient.  Une invasive témoigne d'un déséquilibre que je créai par quelque mésaction, quelque infraction aux lois de l'agronomie que les plantes inventèrent bien avant l'apparition du premier humain, par le faire de l'ego guidé par la pensée, l'idée, l'ignorance qui est notre lot.  Par sa présence proliférante pour un temps, elle vient témoigner & en même temps réparer.

Dès que notre erreur cesse, puis dès que l'adventice en cause aura réparé - ce qui peut prendre quelque temps - elle s'efface & n'est plus d'aucun danger lors.

The advent of a particular weed happens to witness of & redeem a mistake of ours.  Let us stop to take & mistake & lo, it's gone !

To say it clear & bright, every weed is an advent of what life can - or to say it cristal clear, must - in this particular time on this particular plot of land.  In India an advent is called "avatar".  So it is that a weed acts as such.

140429

marssfarm le 27/08/2013 :

Cette peur des simples m'évoque les chevreuils qui traversent mes parcelles chaque nuit.  Ils aiment brouter surtout les feuilles de soja, les fleurs de haricot, les inflorescences du sarrasin.  Longtemps je rêvai d'un droit de chasse qui ne serait pas hérité des temps de féodaux, de pouvoir acheter un fusil pour trois francs six sous.  Désormais, je vois que ces cervidés qui bêlent à la manière de leur ennemi chien ont part à ce qui me guide.  Je ne souhaite plus les exterminer & le mode de pratique vers lequel toutes les composantes de la nature me guident prendra en compte ces habitants des bois & prés aussi, dans la mesure où au fonds je les ai acceptés en tant qu'un des multiples éléments du jeu en cause.

Pour ce qui concerne les herbes sauvages, nous savons que sans elles le sol serait en grand danger que les humains ne le détruisent sans espoir de retour.  En tant que jardiniers en agrinature, nous pouvons utiliser

  • le faux semis, le non-labour, le désherbage sélectif & la couverture permanente par EVA.

La dernière option seule est conforme à notre méthode & les trois autres sont des aides qui nous permettent d'y parvenir.  Au cours de ma trop courte expérience, j'ai plusieurs fois constaté que dès que je posai ne serait-ce qu'une intention à l'encontre d'une espèce que dans la folie de ma tête je croyais trop invasive, cette espèce réagissait en confortant sa présence & sa fructification.  L'effet inverse s'observe tout autant : dès que nous cessons de la croire méchante, elle cesse assez vite de l'être.  Action & réaction coexistent, par définition même.  En ce domaine aussi - & pourquoi pas ? - nous créons, notre pensée se concrétise.

Le pire en fin de compte serait de voir - croire - une simple ou une herbe comme une concurrente des plantes vers lesquelles nos désirs, nos goûts & notre culture en matière de cuisine nous attirent, car par la loi d'action & réaction, elle le deviendrait.  Une invasive témoigne d'un déséquilibre que nous causâmes par quelque mésaction, quelque infraction aux lois de l'agronomie que les plantes inventèrent bien avant l'apparition du premier humain, quelque parcelle ou intention de faire de notre ego guidé par les pensées & idées que soeur ignorance nous suggère.

Par sa présence proliférante pour un temps, une simple vient en témoigner & en même temps la réparer.  Dès que notre erreur cesse, puis dès que cette adventice en cause aura réparé le dégat que nous avions causé - ce qui peut prendre quelque temps - elle s'efface - sans disparaître tout à fait cependant - & n'est plus lors d'aucun danger.

13.8 - une maison végétale, source de verdeur / p

13.8 - une maison végétale, source de verdeur / p

Réaliser une maison végétale vivante est le rêve de ceux qui aiment les plantes, voudraient se fondre en leur décor, savent que nous ne sommes que par ce & celles que nous ne sommes pas.

C'est une maison qui se construira en partie d'elle-même à mesure de la croissance des plantes qui la constituent.

Les arbres piliers doivent être de bois souple & pouvant se tailler sans dommage.  On pense spontanément aux saules.  Ceux-ci peuvent être plantés en bouture à condition que le sol soit assez frais, ce qui signifie que l'on trouve présence d'eau ou d'humidité à un mètre de profondeur au maximum.  Les érables, les frênes, le robinier faux-acacia, le charme & les pommiers devraient accepter le traitement de palissage & tailles ultérieurs.  Les espèces utilisées pour les haies taillées toujours vertes comme les Cupressocyparis par exemple, les cyprès, les thuyas peuvent convenir.  En les régions au climat de Méditerranée, avoir des piliers de cyprès pourrait être une option pour créer un espace estival de fraîcheur.

Si le sol, l'hydrologie & le climat le permettent, on peut planter les saules ou des peupliers en boutures plançons de deux mètres ou plus.  Au pied de chaque bouture à l'intérieur de l'espace ainsi délimité, mettre en terre des glands de chêne rouge, des noisettes, des châtaignes - si le sol n'est pas calcaire - des noyaux ou pépins ou toute autre graine qui plaira.  Les graines doivent être en surnombre, car toutes ne germeront pas & nous pourrons ensuite ne garder que les plantes les mieux adaptées aux circonstances, ou les plus belles, fleuries ou produisant fruits.  Au pied de chaque bouture à l'extérieur, planter un cep de vigne ou alternativement un pommier.  La pomme & le raisin sont au dire des écritures, des fruits divins.  En sol très frais, il n'est pas de limite de dimension pour les boutures plançons.  On peut les planter à la barre à mine maniée en croix, enfoncées à 80 cm de profondeur au moins, comme un piquet de clôture.  Cela ne fonctionne que pour les saules & peupliers.  Beaucoup d'espèces cependant peuvent être bouturées en plus petites dimensions.  Il faut prélever la bouture en lune montante selon le rythme tropique – l'oscillation nord-sud de sa position - & réaliser les plantations juste après, en lune descendante.

Les arbres bouturés servent de piliers originels qui seront complétés, doublés - voire triplés - ou remplacés par ceux semés ou plantés au pied de chaque bouture.  L'intérêt des boutures plançons est de disposer assez rapidement de poteaux de bonne taille, mais il peut être judicieux de renforcer ensuite ces arbres de bois léger par des compagnons au bois plus durable.  Dès que les piliers atteignent la hauteur de trois mètres, leurs branches pourront être courbées, palissées les unes vers les autres pour former la voûte de la maison.  Plus tard, les lianes grimpantes comme la vigne ou le kiwi par exemple s'établiront sur la voûte.  A mesure que les piliers grossissent, des éléments de bâtiment plus conventionnels - comme des portes, des fenêtres & des bardeaux - peuvent leur être fixés.  Si cela était, il faut prévoir le grossissement futur des tiges & utiliser pour cela des structures souples & flottantes qui pourront se déformer sans se briser.  On peut choisir aussi que la maison soit exclusivement tissée de tiges végétales vivantes & habitée de ce fait principalement à la belle saison.  La maison entrant en âge, un toit de bardeaux par exemple suspendu sous la voûte est envisageable.

Introduire dans la construction des matériaux non biodégradables comme les bâches de plastique peut sembler une facilité de premier abord, mais plus tard l'accumulation de feuilles en décomposition sur la bâche multipliera les problèmes à cause du mélange des genres de matériaux & de l'attraction des pestes que ce mélange induira.  La maison doit être vivante en sa part majeure & biodégradable en quasi-totalité.  Notons deux exceptions cependant : les vitres des fenêtres, car le verre peut éventuellement retourner à la terre sans la polluer & des tôles d'acier pour la même raison.  Le métal a en revanche l'inconvénient de dévier les ondes magnétiques terrestres, ce qui n'est pas le meilleur si la maison se voulait un espace de méditation.

Une maison sans toit sera un lieu charmeur & charmant propre aux ressourcements.  Avec le temps, si vous choisissez l'option que la construction évolue en forme vers celle d'une vraie maison, elle pourrait prendre aussi des allures de chapelle.  On peut à l'inverse choisir de n'intervenir que par plantations & tailles, laissant pour le reste les plantes assez libres de leur comportement.  En ce cas, le lieu pourrait avec le temps sembler plus un jardin minuscule de densité & de diversité végétales extraordinaires.

Il est possible en un jardin de laisser cohabiter sans dommage plusieurs dizaines d'espèces de plantes sur un seul mètre carré.  Des centaines sans doute, mais la compétition en la matière n'est pas forcément de mise.  Si chaque jardin accueillait seulement dix espèces sur chacun de ses mètres carrés, imaginez le tintamarre des reinettes & des geais !

 

texte inspiré par le blog de Claire  http://ptitesputasseries.centerblog.net

commentaire de erixbd le 12/04/2015 :
Gamin, au pied du château de Malval j'allais tailler dans les ronces & me faisais des cabanes, ainsi...  Ça n'était pas pas très étanche, mais pour l'imagination, c'était le top.  Hier, j'ai entendu parler de tour végétale qui s'autosuffit avec tout ce qu'il y a d'écologique pour vivre en quasi autonomie.  J'ai aussi entendu parler d'immeuble auto constructeur avec des matériaux qui se reproduisent pour former toit & cloisons.  Ce sont des projets de la technologie de pointe qui laisse beaucoup d'espoir.  J'ai aussi vu l'expérience en cours de l'arbre à vent – voir sur le net - qui peut rendre les maisons individuelles indépendantes sur le plan énergétique.  Tout cela ne sera possible que lorsque nos gouvernements accepteront de lâcher le contrôle des sources d'énergie pour les mettre à la portée de tous.  En revanche, ce texte mis en application pourrait, peut-être servir pour les sans-abris qui du fait vivraient dans des abris végétaux qui ne seraient à personne, ou à tout le monde.

http://erixbd.centerblog.net

marssfarm le 14/04/2015 :
La maison optimale aux yeux d'une personne désireuse de n'occuper aucun espace pour soi-même, est ce que les américains nomment earth-ship.  C'est une maison souterraine passive.  L'adjectif allemand "passive" signifie que le bâtiment ne requiert aucune énergie autre que les calories du soleil - solaire thermique - & la vibration électromagnétique de sa lumière - solaire photovoltaïque.  Le fait d'enterrer la maison lui confère le meilleur confort thermique grâce à la chaleur de l'ordre de 15°C que possède la terre planète.  Un autre intérêt de l'idée est qu'un "earth-ship" ou vaisseau terrestre n'occupe pas de surface prise aux plantes hormis la surface du chauffe-eau solaire & des panneaux photo-voltaïques.  Sur ses talus côteaux, un jardin peut prospérer.  Le troisième point en faveur de ce type d'habitat est qu'il est peu visible.  Aucune architecture ne vaut l'invisibilité.

Ce que nous prenons pour l'architecture n'est que la technique de construction des classes dominantes qui édifièrent avec l'argent soutiré au travail, des châteaux & bâtisses destinées plus à protéger leurs biens amassés qu'à être des lieux remarquables par l'habitabilité ou l'esthétique.  Les maisons vraies, celles des gens ordinaires, celles que construisaient les Étrusques, les Amérindiens & toutes les sociétés qui avaient à cœur de mettre au cœur de leur groupe non pas les biens matériels, mais les êtres humains en leurs relations, étaient bâties de matériaux biodégradables surtout.  De ce fait, il n'en reste que peu de traces.  C'est ainsi qu'au fil de l'histoire écrite dans les livres inutiles & les pierres stériles, notre idée de l'architecture s'éloigna de plus en plus du concept d'une habitation habitable, légère, peu onéreuse à construire & à chauffer, modeste, confortable à vivre & biodégradable.  Les véhicules aussi suivent en tous les siècles cette tendance paradoxe, contradiction.  Prenons l'exemple des galions du dix-septième siècle, gros navires à voile qui étaient plus des châteaux flottants que des vaisseaux.  L'automobile au vingtième siècle elle aussi fut plus conçue comme une habitation roulante qu'un véritables véhicule propre aux déplacements.  Nous voyonsen ces trois exemples de la batisse, du navire & de la voiture combien même en la matière - qui se pense moderne - des technologie, la pensée archaïque domine.

La maison dont parle cet article est hybride entre une maison & un jardin.  Elle est solaire par définition - soli-pluviale, pour être précis.  Elle est une prouesse de jardinier dévoué en son adoration au ciel, à la terre, & aux plantes que la combinaison des deux crée.

Quant à l'architecture d'habitations vraiment habitables – légères, pas chères etc... - elle est en train de réapparaître à travers les mouvements de mise en commun des savoirs qui se développent de par le monde.

http://marssfarm.centerblog.net

7.4 la forme / dialogue de la durée, du lieu & du vivant / p

7.4 la forme / dialogue de la durée, du lieu & du vivant / p

Dans la nature, les lieux où nous intervenons avec conscience & modération, la forme est tout.  Chaque plante exprime une forme qui coïncide & s'accorde avec sa couleur, son goût, son odeur & son milieu de vie en résonance avec la niche écologique qu'elle occupe.  Cette vibration unique déclinée en tous ses organes se retrouve en toutes les parties d'une plante : les racines, les feuilles, les fruits, les fleurs, les rameaux, & la forme générale.  La cohérence de la forme au sein de la plante est due au fait que le même code génétique est présent en toutes ses cellules.  La séquence particulière des acides ribonucléiques résulte d'une adaptation du vivant aux facteurs écologiques disponibles - la roche & le sol, la nappe d'eau & le régime des précipitations, l'énergie lumière, la température & l'humus disponible, la forme présente du fer, l'hygrométrie de l'atmosphère  & la quantité d'éclairement, & enfin l'espace disponible en la croix des arbres & des bois.

La génétique permet l'adaptation de l'être au milieu inscrite dans la durée, & son codage s'exprime aussi selon les données instantanées actuelles en l'espace-temps considéré.  C'est cette adaptation continue par la génétique héritée du passé, l’épi-génétique dans l'instant & une visée d'évolution projetée vers le futur que par résonance est crée la forme déclinée en tous les organes, toutes les parties.  Prenez l'exemple du pêcher visible ici.  L'odeur, la couleur, le goût, l'enracinement & la forme des fruits, de l'amande, des rameaux, des branches émettent une mélodie particulière centrée sur la note Prunus persica que nous reconnaissons dès l'abord.

Cette force d'expression pourtant sera altérée par le mimétisme qui pousse le pêcher à ressembler aux espèces qui l'entourent sous la pression de la force de sélection.  En fin de compte toutes les formes tendent à se rapprocher de celle de l'espèce la mieux adaptée au lieu parce que cette forme est la réponse la plus précise ce jour donnée à ce que ce milieu est.  En fait & heureusement pour la beauté du monde, il n'est pas une seule forme possible corrspondant à cette adaptation car le process d'adaptation en un point du temps donné peut toujours opter pour des directions divergentes qui toutes deux peuvent ensuite s'avérer valables sous l'effet des deux forces antagonistes, combinées & complémentaires d'une persévérance teintée d'adaptabilité - une force souple, donc.

Le milieu lui-même évolue sous l'influence des êtres qui l'habitent & transforment ses données.  Tous ces phénomènes forment des boucles de cycles qui dialoguent, se répondent, se nourrissent les uns les autres.  L'écosystème ne se limite pas de ce fait à des chaînes trophiques de producteurs, consommateurs & recycleurs.  L'instantanéité de la vie provoque que des cycles existent aussi sur des plans plus subtils que le vivant en tant que matière.  Il s'agit véritablement d'un esprit qui se cherche & dialogue avec lui-même dans les temps & les espaces du monde par tous les moyens de dialogue possibles.  Ce que nous nommons les cinq sens ou essence des cinq éléments.

 

011.5 - le courage d'entendre & la peur d'aimer - p

Publié le 11/04/2015 à 14:34 par marssfarm Tags : natural farming agrinature fukuoka vie amour histoire you aimer love
011.5 - le courage d'entendre & la peur d'aimer - p

puisque tu pars

Puisque l'ombre gagne / puisqu'il n'est pas de montagne /au-delà des vents plus haute que les marches de l'oubli /
Puisqu'il faut apprendre / à défaut de le comprendre / à rêver nos désirs & vivre des "Ainsi soit-il." /

Et puisque tu penses / comme une intime évidence / que parfois même tout donner n'est pas forcément suffire /
Puisque c'est ailleurs / qu'ira mieux battre ton cœur / & puisque nous t'aimons trop pour te retenir /

puisque tu pars /

Que les vents te mènent / où d'autres âmes plus belles / sauront t'aimer mieux que nous puisque l'on ne peut t'aimer plus /
Que la vie t'apprenne / mais que tu restes la même / si tu te trahissais nous t'aurions tout à fait perdue /

Garde cette chance / que nous t'envions en silence / cette force de penser que le plus beau reste à venir /
Et loin de nos villes / comme octobre l'est d'avril / sache qu'ici reste de toi comme une empreinte indélébile /

Sans drame, sans larme / pauvres & dérisoires armes / parce qu'il est des douleurs qui ne pleurent qu'à l'intérieur /
Puisque ta maison / aujourd'hui c'est l'horizon / dans ton exil essaie d'apprendre à revenir /

mais pas trop tard /

Dans ton histoire / garde en mémoire / notre au-revoir / puisque tu pars /

J'aurais pu fermer / oublier toutes ces portes / tout quitter sur un simple geste, mais tu ne l'as pas fait /

J'aurais pu donner / tant d'amour & tant de force / mais tout ce que je pouvais, ça n'était pas encore assez /

Dans ton histoire / garde en mémoire / notre au-revoir / puisque tu pars /

since you're leaving

Since shadows are growing / since there is no mountain / so high as stairs of forgetfulness where winds gather away /

since we have to learn / even with no understanding / to dream our desires & live life, saying « Let it be. » /

& since you seem to think / from the depth of your soul / that sometimes even giving everything might not be enough /

since it'll be elsewhere / your heart is going to beat free / & since we love you too much to try & keep you here /

since you're leaving /

May all winds lead you / where brighter souls will love you / better than we did, since we could not love you any more /

May life be your teacher / but please stay the one you were / If you betrayed yourself we'd lose you so completely /

Keep your lucky ability / we envy you secretly / to think that the best of life still remains to happen /

& far from our homes / as far as spring is from fall / keep in mind that an imprint of you'll stay here for ever /

No screaming, no tears / they are so powerless tools / & because the deepest pains are only cried within /

since today your home / reaches to the horizon / in your exile we hope you may learn when to come back /

but not too late /

Along your way / keep us in mind / wish to see you again some day / since you're leaving /

I could have closed / forgotten all those doors / left everything to a simple move of yours, but you didn't do it /
I could have given / so much love & so much strength / but as I did everything I could, it was yet not enough /

Along your way / keep us in mind / wish to see you again some day / since you are leaving /

 

011.5 - le courage d'entendre & la peur d'aimer - aux demeurés qui partent & aux fous qui restent - le courage d'entendre la voix intérieure & la peur de tout donner qu'aimer implique - chanson de Jean-Jacques Goldman - traduction anglaise marssfarm

4 projeter l'agrinature & la permaculture / p

4 projeter l'agrinature & la permaculture / p

l'imagination des terreux par ouï-dire

Le tableau ci-dessous résume l'usage des terres ce jour & projette le développement possible des surfaces au cours du siècle à venir.  La colonne désignée cultures pérennes sont les forêts-jardins & jardins vergers pâturés ou non de la permaculture & de l'agrinature.

 

    % % prairies permanentes terres cultivées cultures pérennes   %
terres cultivées 1500 11 11   1500      
cultures pérennes 150 1       150    
pp fertiles 500 4 22   500      
pp arables 1000 7     1000      
terres arables boisées 500 4     400 100    
terres boisées 4000 29 33     100 3900 28
zones arbustives 1000 7   500 400 100    
zones herbeuses 1500 11   1000 400 100    
pp non arables 1500 11   1400   100    
déserts 1500 11 29     150 1350 10
eaux 500 4           4
infrastructures 150 1           1
13800 4650     2900 4200 800 7900  
terres émergées agricole       projections   agricole  
million ha 33 %   21 30 6 57 %

---

commentaire de erixbd le 28/03/2015 :

Pour moi, simple ouvrier vivant près de Lyon, ce passage est pas loin de n'être que du chinois, sinon que je crois comprendre que le monde de l'agriculture est gérable & peut apporter à tous les besoins indispensables à la vie sans que pour autant l'on ait besoin d'industrialiser nos espaces cultivables...  Je suis de ceux qui pensent que nos dirigeants sont en train de céder à des géants de l'agroalimentaire dont l'objectif ne serait pas de préserver notre environnement & encore moins de développer une agriculture pérenne, mais juste de faire des profits au détriment de la vie.

http://erixbd.centerblog.net

marssfarm le 28/03/2015 :

Oui.  C'est ce que disaient les articles introductifs.  Dans l'article final de la série, nous proposons qu'une agriculture alternative existe aussi avec une projection à 10% - 6% des sols de la planète - ce qui est à la fois modeste & optimiste.  L'hypothèse est qu'il n'y aurait pas contradiction, mais plutôt une complémentarité entre l'agriculture paysanne & l'agriculture en grandes surfaces.  La première peut être pratiquée partout, même sur un balcon ou le toit d'un bâtiment, sur les terrains les plus accidentés & des sols même inexistants à construire, restaurer ou reconstruire.  L'agriculture industrielle pour sa part ne sait que consommer - au sens littéral du mot, c'est-à-dire en fin de compte, détruire - les terres, l'humus, le pétrole, les paysages, la diversité, la santé, etc...  Elle a besoin de capitaux pour acheter des machines énormes & très énergivores, & se payer les services d'ingénieurs au mental formaté.  Elle détruit la diversité des semences, des pays, l'économie rurale à dimension humaine, & tous les facteurs de notre environnement.  A titre d'exemple, la pollution de l'air si décriée dans le bassin parisien aux temps des anticyclones de printemps, est pour une bonne part due aux épandages d'engrais azotés en mars.  Les aérosols émis par ces épandages se combinent aux autres formes de polluants contenus dans les fumées & poussières produites par les systèmes de chauffage, les véhicules, les industries & les chantiers.

L'agriculture artisanale en petits champs tout au contraire de l'agriculture industrielle, fabrique les sols, favorise la diversité naturelle & cultivée, crée de la vie & de l'activité économique locale, participe au maintien des espaces & des éléments de nos cadres de vie.  Nous le voyons, les gros agriculteurs - tout en prétendant produire & créer de l'activité - consomment & détruisent.  Ils ont de ce fait besoin des petits paysans qui créent, fabriquent des ressources & inventent du nouveau.  C'est bien cet état de complémentarité qui permettra toujours aux petits d'exister quoi qu'il arrive, car au delà d'un seuil donné, l'industrie, en s'enflant trop finit toujours par détruire jusqu'à elle-même.  C'est ainsi que l'équilibre se maintient & que nous gens de l'ordinaire pourrons toujours exister.  Nous sommes le sel de la Terre.

brigitisis le 29/03/2015 :

Depuis l'étude des guerres de l'histoire à l'école je suis angoissée à la pensée de tous les êtres vivants morts pour des lopins de terre aux frontières du monde...  Comme disent les Indiens, « La terre nous est prêtée & n'appartient à personne... »  Bientôt il ne restera plus d'endroit vierge pour savourer la nature sans voiture ou sans devoir payer...  Cette vision peut-être est pessimiste... ou est-elle réaliste & futuriste ?

http://brigitisis.centerblog.net

marssfarm le 10/04/2015 19:45:58 :

Les tenants de l'agriculture industrielle prévoient un monde à leur mesure.  En matière d'agriculture, cela conduirait à augmenter un peu les surfaces cultivées & réaliser l'accroissement de production surtout en augmentant les productivités par hectare - désignées par eux du faux terme de rendements.  Leurs projets sont conformes à leur vision du monde : des zones purement agricoles & polluantes dont les humains seraient exclus, & pour compenser le préjudice à notre planète ainsi provoqué, d'autres zones laissées en ce qu'ils considèrent être de nature, comme zones tampons pour absorber les pollutions.  Ces lieux sont les déserts & semi-déserts, & les surfaces & régions plus ou moins boisées.  Les citadins aiment à penser qu'il est encore des espaces peu ou pas touchés par l'humain & où ils pourraient se rendre à loisir.  Ce type de zonage de la planète prévoit aussi des aires urbanisées improductives pour les routes & la résidence.  Dans leur perspective, les agronomes diplômés prévoient de maintenir le statu-quo d'une planète couverte de régions très productives, de régions polluées, de régions improductives & comme une forme de rédemption de tous ces méfaits, garder enfin des régions dites naturelles, en l'apparence d'être laissées à elles-mêmes.  Ce point de vue du citadin bourgeois fait trop peu usage d'imagination; il semble étriqué en ce qu'il induit à négliger ou mépriser la réalité des humains ordinaires, leur économie, leur situation en la société, leurs modes de vie & leur rapport fidèle à ce & ceux qui les entourent.  Les pauvres pour le dire en un mot n'ont que peu de place dans la projection agronomique de la F.A.O.  Les ingénieurs qui élaborrent ces prospectives appartiennent déjà à la classe des nantis & n'apréhendent de ce fait que peu la réalité humaine terrestre.

Nous n'envisageons pas ici une lutte d'opposition à la puissance financière inimaginable dont dispose l'industrie agro-alimentaire - en partie au moyen des subventions dévolues à l'agriculture.

L'agrinature & la permaculture projettent en complément de l'agriculture grandiloquente, dispendieuse & dépensière des ingénieurs & techniciens, de commencer à utiliser les lieux jugés impropres sous l’œil de l'agronome patenté à cause d'un climat trop aride ou trop froid, ou de sols trop pentus, squelettiques ou trop peu fertiles.  Sur ces terrains où nous irons vivre, nous envisagerons d'autres productions plus nutritives & toutes mêlées d'arbres fruitiers en potagers, d'animaux d'élevage au pré & d'un peu de céréales en populations.

Y vivre créera - par notre présence - leur fertilité à venir.

Y planter des arbres attirera les pluies qui parfois manquaient & tempérera les climats trop rudes.

Leur mise en valeur est rendue possible par du travail & du savoir-faire oral, en distinction de ce qui est obtenu aux moyens de la finance, la technique & les machines.  Le savoir pratique nécessaire & suffisant est acquis par ouï-dire, observation locale continue & mise en réseau de la réflexion en cours & des expériences réalisées sans début ni fin.

http://marssfarm.centerblog.net


DERNIERS ARTICLES :
planter les potagères / 1 photo
  tomate & potimarron dans l'ortie & le trèfle - tomatoe & squash together - Both are american plants.  Non wild potatoe is a Yin vegetable.  Squash is rathe
planter un verger tridimensionnel / p
Les délaissés de l'agriculture; les lieux déalissés par l'agriculture aux monstres tractant sont souvent marqués d'hydromorphie, dont les rus se bouchèrent par l'oubli qu
mimétisme / 1p
  sarrasin modèle - a bean neighbours a buckwheat Nous avions semé des haricots dans un sol où se trouvaient quelques graines de sarrasin qui profitèrent de l'occasion p
remplacer le chiendent / 1p
  cohabiter pour un temps - quackgrass & clover Le trèfle indique un pH 6, le chiendent un pH 5, & la petite oseille un pH 4.  Les trois ne sauraient cohabiter l
une brève histoire de l'univers / p
glisser un mot d'anglais dans la conversation   Le  TH  doux de l'anglais - comme dans "this" - est l'altération de la dentale sonante D  en plaçant le bout de la langu
forum