Thèmes

agrinature fukuoka air amour animal animaux argent art article automne bande belle farm seeds

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· (-) Chapters - contents - (1)
· (0)..04. Agrinature, a method (12)
· (0)..05. practice of Agrinature - (10)
· (0)..19. plant sociology - (10)
· (0)..20. crops amongst the weeds - (11)
· (1)..03. agronomy as it is - (10)
· (1)..06. soil making, soil building - (10)
· (1)..07. farming humans & trees - (10)
· (1)..23. rain, streams, terraces & woods (11)
· (2)..08. a three dimensional orchard - (9)
· (2)..09. a plough-free market-garden - 2 (14)
· (2)..10. direct sowing of cereals - (10)
· (2)..17 no till no toil tillered cereals (8)
· (3)..11. a university for trees (11)
· (3)..13. epistemology of Agrinature - (8)
· (3)..15. farm seeds - semences paysannes (10)
· (3)..16. roots for Agrinature - (10)
· (4)..00. the basis is spiritual - 2 (16)
· (4)..01 ecology, to farm & live on earth (8)
· (4)..02 economy: farms & the society - 2 (16)
· (4)..14. educare - children are trees - (8)
· (5)..12. eco-building - culture revival. (9)
· (5)..18. macrobiotic foods - (7)
· (5)..21. baking in the wild - (7)
· (5)..26. landraces - le réseau - (8)
· .1 origine de la pratique / (2)
· .2 les cinq propos, le non-faire / (2)
· .3 les cinq étapes, la démarche / (2)
· .4 les cinq éléments, l'état du sol / (1)
· .5 les cinq formes d'adventices / (1)
· .6 préparer le sol / (1)
· .7 semer les céréales / (5)
· .8 semer les potagères / (1)
· .9 parmi les arbres / (2)
· 10 les arbres fruitiers / (1)
· 11 fabriquer du sol / (1)
· 12 façonner le paysage / (3)
· 13 habiter la terre / (3)
· : drafts - brouillons - (1)
· Fukuoka, Bonfils & Georges (22 24 25) (7)

Rechercher
Derniers commentaires Articles les plus lus

· 21.1 pain au seigle germé - Essene bread - 2 p
· 20.9 - Wu Xing, les cinq mouvements formes de l'énergie - p
· 9.5.b - semis de printemps au potager - spring sowing - 5 2p
· 18.5 - Ceres, déesse des moissons - p
· 3.4 - une flore d'herbes riche - a time-space trip - 5 p

· 11.0 * Jack Clayton's visit to the farm in 2010 - 5 11p
· 10.2 Agrinature, semence & fruit de la permaculture - 3 p
· 17.1 - la céréale & les trèfles - cereals & clover - 5 5p
· 19.1 - mimétisme des plantes - aside they look alike - 2 4p
· 15.1 - une population de céréale au champ - 5 3p
· 3.2 - Trifolium repens - white dwarf clover - 5 p
· 4.4 - une forme d'agrinature à tout tempérament - 2 6p
· 20.1 - quand la grande oseille prête oreille - weeds - 4 4p
· 20.10 / 7.11 véhicules vecteurs des énergies subtiles - 2 2p
· 17drafts pot292 / /140421 2521 13

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· brigitisis
· causes
· lire-a-loisir
· mystic-dreams
· odeurdelaterre
· permaculture
· valinfo.org


Statistiques

Date de création : 16.01.2008
Dernière mise à jour : 23.04.2014
277articles


(2)..10. direct sowing of cereals -

10.11 blé population semé en billes d'argiles / sol nu - 0 p

Publié le 23/04/2014 à 15:47 par marssfarm Tags : centerblog automne hiver douceur
10.11 blé population semé en billes d'argiles / sol nu - 0 p

10.11 - blé population semé en billes d'argiles sur sol nu - Le sol fut préparé à la fouilleuse Actisol à une profondeur d'un pouce.  Nous avons oublié de semer des trèfles en bourrage.  Cela aurait pu être fait dès octobre & compte-tenu de la douceur & de la pluviométrie abondante de l'hiver, nous aurions obtenu une prairie céréale digne d'éloge en lieu & place de ce couvert médiocre du sol par la céréale seule.  Le trèfle contribuerait à augmenter le tallage.  Nous avons semé EVA ce printemps, mais la pluie fait désormais défaut à sa germination.  L'alternative sera un incarnat à la densité de vingt kilogrammes par hectare au début de l'intersaison d'automne le 21 juillet.  Se tenir à l'impératif de l'espèce, la variété, la nutrition, la densité, la date est le devoir - Dharma - des paysans. - 140423



10 articles - céréales pérennes - 140420

Publié le 07/03/2014 à 19:39 par marssfarm Tags : article 2010 agrinature marssfarm nature fleurs natural farming farm seeds centerblog air

10 articles - céréales pérennes - 140420 - 10. trials in direct sowing of cereals - perennial cereals -

blanc sarrasin dit blé noir - buckwheat - semis direct seigle en lignes dans le trèfle blanc & hybride

10.10 semis direct blé population en prairie céréale - 4 11p

10.10 semis direct blé population en prairie céréale - 4 11p

 

La photo montre des blés populations en lignes à large écart.  Le semis fut réalisé à mi-octobre 12 après préparation en août d'une prairie à la fouilleuse Actisol, un outil  à dents à pattes d'oie.  Utilisée à faible profondeur, elle offre un effet de faux-semis en plus du décompactage d'une prairie pâturée.

En mars, avril & mai des semis légers du mélange EVA* sur les bandes & de trèfle blanc nain sur les allées compétèrent le couvert.  Les maladies visibles sur le feuillage sont dûes à six mois de froid & pluie continus.  En Agrinature, nous ne les considérons pas.

La prairie d'origine était en agriculture biologique & de ce fait riche de fabacées semées & spontanées.  Les faux semis avaient détruit temporairement cette couverture.  Les ressemis des fabacées du mélange EVA contribuèrent à la reconstituer & l'augmenter.  De la vesce fut incluse dans le semis du blé.  Elle est belle & aide à sa croissance.

Maintenant, deux semaines avant moisson, le sol est couvert de trèfles à nonante pour cent.  Nous pouvons dès à présent semer en billes d'argiles du seigle, de l'avoine ou des potagères d'automne à densité définitive, c'est-à-dire sans décompter de perte - pour peu que la semence soit jeune.

Des semis sans la protection de l'argile peuvent être faits, mais il faudra alors évaluer la perte que suppose tout semis.  La paille à la moisson sera laissée au sol sans autre intervention.

Planter des jeunes potagères telles que les laitues par exemple est aussi possible comme une alternative.  En ce cas, il faudra attendre la moisson.

Une dernière possibilité serait de laisser la parcelle en l'état avant semis direct au printemps de soja ou sarrasin.  Dans l'intervalle il faudrait lors couper les herbes hautes qui pourraient y pousser.  Après le semis en mai, nous devrons couper le couvert de trèfles pour couvrir la semence.

 10.10.0 - semis direct de blés populations en prairie céréale - 140409

*EVA - engrais vert Agrinature composé d'une foison de fabacées, quelques crucifères & pourquoi pas d'autres plantes compagnes peu invasives semées pour couvrir le sol en couvert permanent.

 

10.11 - semis précoce de blé & seigle en pépinière - 2p

 

Les semis furent réalisés en juillet & août 2013 alternativement en billes d'argiles & en graines nues.  La photographie montre du seigle en mars 2014.  La germination fut très lente car août 2013 connut subitement trois semaines d'extrême chaleur sans pluie, après & avant des périodes exceptionnellement froides & humides.  Les deux céréales, blé & seigle populations surmontèrent sans difficulté ces aléas de climat hors de l'ordinaire.  La vesce d'automne qui les accompagnait ne s'accommoda que peu en revanche de ces dates & excès.  Une vesce de printemps aurait peut-être mieux convenu.

Le sol ne connut comme façon que l'ouverture d'un sillon d'un centimètre de profondeur.  Il fut peu nourri par les précédents & ne reçut qu'une fertilisation très ponctuelle, les eaux sales très diluées de la maison.  Le précédent était de sarrasin, soja & millet traités en ARE* par les chevreuils.  Le couvert EVA* de trèfles pérennes n'occupait qu'une part mineure de la surface, de l'ordre de dix pour cent & nous avons omis de l'enrichir par des semis nouveaux.

L'expérience montre que le semis de seigle en plein avant la moisson dans une parcelle de blé debout est envisageable.  En cette expérience, le couvert EVA manqua.

Compte-tenu de ce que nous observons du changement climatique, les dates qui conviennent à la moisson sont désormais vers la fin de juillet ou le début d'août.  Nous pourrions semer le seigle dans une parcelle de blé debout à la densité de cent kilogrammes par hectare, entre le 19 & le 30 juillet, soit à la fin de l'été chinois, au début de l'intersaison où se manifeste l'élément terre, pour une moisson entre le 7 & le 16 août, au début de l'automne dominé par l'élément air.

Faire succéder ainsi deux céréales dans un champ sur les sols de texture faible de la ferme de mars, peut demander d'une part une fertilisation continue en saison à la manière de Fukuoka, & d'autre part un accompagnement de la céréale par des fabacées EVA.  Des trèfles incarnat, de Perse, d'Alexandrie, blanc & violet pourraient être selon ce calendrier semés du 14 au 31 juillet à raison de dix kilogrammes par hectare, de la moutarde du 13 au 30 août à la même densité, & des vesces du 15 au 30 septembre à la même densité.

 

10.10.1 - semis précoce de blé & seigle en pépinière - 140409

---

* EVA engrais-vert agrinature, des fabacées en couverture permanente.

* ARE adventices de rotation engrais-vert, une forme de culture semée avant une récolte, puis laissée dans le champ de trois à neuf mois & où un semis direct sera réalisé.

---

les cinq saisons en 2014 - inter-saison terre 17 janvier - nouvel an 31 janvier, printemps bois espace 4 février, inter-saison 17 avril - été feu 5 mai - inter-saison 20 juillet - automne métal air 7 août - inter-saison 20 octobre - hiver eau 7 novembre

  5 saisons chinoisesLe printemps vernal ne désigne pas la climatologie mais les différents souffles indiqués par le calendrier solaire.  Le nouvel an chinois, cette année le 31 janvier, est lui basé sur le calendrier lunaire.  Chaque début de saison est est précédé d'une inter-saison de 18 jours de nature TERRE, période dévolue à se recentrer, préparer la saison à venir en ajustements énergétiques & d'alimentation, le feng shui, le ménage & le rangement en relation aux cinq éléments.  La saison qui débute à li tchun, le 4 février stimule par l'énergie du  BOIS ses attributs, le foie, la vésicule biliaire, les tendons & ligaments, les yeux, la saveur acide, la couleur verte...  C'est le moment où le dragon sort de terre, une énergie montante à l'image des plantes qui poussent.  L’être humain pour être en bonne santé doit rester en équilibre, en harmonie avec l'environnement & suivre son mouvement. - publié dans Art et Culture, bien etre, Santé | Lien permanent

---

10.12 - wheat & rye populations sown in clay balls - 0 p

 

10.10.2 - wheat & rye landraces populations sown in clay balls - Nous voyons ici le méteil, blés & seigles de population semés en billes d'argiles sur le mode exposé en 10.10.1 - 140414

 

4.19 / 10.13 - flowers & weeds - fleurs des campagnes - p

 

10.10.3 - méteil & vesce semés à la fin de juillet 2013 en pépinière ainsi que décrit à l'article 10.10.1 - 140414

 

10.14 - semis direct d'avoine dans la moutarde haute - 0 p

 

Sur la photographie, nous voyons en mars avoine & féverole semées en direct dans une moutarde haute de plus d'un mètre à l'automne.  Le semis fut réalisé à la volée avant le passage d'un rouleau.  La moutarde avait été semée à la toute fin de juillet.  La date du semis importe.  Elle eut lieu à la mi octobre, soit à soixante-quinze jours de végétation de la moutarde.  A ce stade, les plants de moutarde ne survécurent pas au roulage & leurs hautes tiges lignifiées se décomposent lentement.

10.10.4 - semis direct d'avoine dans la moutarde haute - 140414

 

10.15 - tallage d'une avoine dans la moutarde haute - 0 p

 

10.10.5 - Nous voyons ici le tallage d'une avoine semée en direct dans la moutarde haute en octobre 2013. - 140414

 

10.16 seigle & vesce semés en octobre dans la moutarde - p

 

Nous voyons ici seigle & vesce semés à la volée en octobre dans une moutarde d'un mois.  La moutarde était trop jeune & se remit de ce fait du roulage après semis.  Par surcroit, l'hiver doux ne lui donna pas l'occasion de geler.  Entre moutarde & seigle, un EVA de trèfles fut semé, mais il n'apparaissait pas au jour de mars où la photo fut prise.

L'échec relatif de ces trois semis consécutifs tient surtout à des dates mal définies.  Ce n'est qu'un échec relatif, compte-tenu de l'état de surexpoitation où se trouve la parcelle.  Le succès ou la réussite de tout semis dépendent des cinq critères définis à l'article 20.10 - espèce, variété, densité, nutrition & date.

Un semis effectué en ces cinq facteurs réunis donnera résultat sans qu'il n'y ait besoin d'intervention ultérieure.

10.10.6 - seigle & vesce semés en octobre dans la moutarde - 140409

 

10.17 - semis direct de blé & vesce en octobre 2013 - 0 p

 

10.10.7 - semis direct de blé & vesce en octobre 2013 - 140414

 

10.18 – la prairie céréale complète en gestation - p

 

10.10.8 - Nous voyons ici la prairie céréale complète en gestation, blés de population, vesce, moutarde, incarnat - 140420

10.19 - seigle & vesce semés en octobre 2013 - p

 

10.10.9 - seigle & vesce semés en octobre 2013 - 140420

10.9 - semer & récolter - sowing before we harvest - p

Publié le 11/04/2013 à 16:46 par marssfarm Tags : farm seeds natural farming agrinature fukuoka
10.9 - semer & récolter - sowing before we harvest - p

10.9 - semer & récolter - sowing before we harvest

 

Masanobu Fukuoka sème du riz en mai à très faible densité dans l'orge debout deux semaines avant la moisson de juin.  L'orge avait été semée ainsi que du trèfle au début de novembre, soit quinze jours avant la moisson du riz - ou plus tôt encore en saison & dans ce cas, les graines avaient été incluses, roulées en des billes d'argile.

 

Outre les quatre principes qui distinguent Agrinature

- non-engrais, non-traitement, non-labour & non-désherbage -

ce type de semis peut être réalisé sous quatre conditions :

 

D'une part, le riz est parmi les rares céréales qui ne produisent pas de toxiques & peuvent de ce fait être cultivées en cycle continu.  Ici, la rotation est d'un an pour le riz & deux ans pour le blé & l'orge, selon l'alternance : riz, blé dur, riz, orge, riz & ainsi de suite...

 

D'autre part, le fait que le paddy soit inondé deux à trois fois durant deux à trois jours au cours de l'été aide à empêcher les adventices spontanées de s'installer d'une part & tout développement excessif du trèfle - adventice ou plante compagne semée - qui risquerait si ce n'était le cas de concurrencer trop les céréales d'autre part.  Notez qu'en complément la présence du trèfle aide à feiner l'inplantation des herbes folles aussi.

 

De plus, des apports conséquents de fumier de volailles fragmentés en trois dates - à la levée, au tallage, à l'épiaison - nous assurent du haut niveau de production de la moisson de riz.

 

Enfin, après chacune des deux moissons annuelles les pailles sont restituées en mulch tout de suite & sans être hachées.  Ce mulch aussi contribue à empêcher les adventices de germer en la parcelle.

 

130509b

10.2 Agrinature, semence & fruit de la permaculture - 3 p

10.2 Agrinature, semence & fruit de la permaculture - 3 p

mélilot tombé du ciel sur une parcelle du Limousin - voir à ce sujet l'article 19.5 # 5

 

10.2.1  Agrinature, semence & fruit de la permaculture.

Un article de Wikipedia indique le lien entre Agrinature & permaculture :


"La philosophie de l'agriculture naturelle, faire avec la nature et pas contre elle, inspira

fortement Bill Mollison et David Holmgren, les deux fondateurs de la "permaculture" ou "agriculture permanente".

 

Il est cependant des différences notables dans la mise en pratique, l'agriculture naturelle restant basée sur le non-agir - pas de fertilisant préparé comme le compost, pas de taille - alors qu'en agriculture permanente, la mise en place d'un zonage amène à intensifier la croissance en divers points par des transferts de fertilité entre zones : l'ajout de compost ou de fumure est courant; les arbres fruitiers sont palissés et taillés."

-----

Dans la pratique, l'Agrinature est un idéal à atteindre & la permaculture une de ses voies, ouverture vers une liberté plus vaste : Agrinature, basée sur cinq non actions elles-mêmes fondées en notre reliance aux cinq éléments pourrait être ressentie comme un carcan d'interdiction en qui n'est pas déjà vraiment connecté à ces cinq par le truchement - & pourtant au-delà - des cinq sens percevant en simultanéité constante l'énergie que les éléments confèrent.

 

Tant que le milieu n'a pas retrouvé le seuil de fertilité minimal qui lui permettra de produire, les notions de la permaculture seront utiles en toute cause.  Un de ses primes axiomes est le devoir de récolte.

 

Agrinature, origine & aboutissement de la permaculture en est donc tout à la fois la semence & le fruit.

 

Relisant le passage de "The natural way of farming" à propos de la culture alternée de riz & d'orge, je réalisai les apports de fumier de volailles que Fukuoka préconise.

 

"Following the rice harvest, spread from 650 to 900 pounds of chicken manure per quarter-acre either before or after returning the rice straw to the fields - in mid-November.

An additional 200 pounds may be added in late February as a topdressing during the barley heading stage.

After the barley harvest, manure again for the rice.  When high yields have been collected, spread from 450 to 900 pounds of dried chicken manure before or after returning the barley straw to the field - in mid-May.

A small amount, from 200 to 450 pounds of chicken manure may be added during the heading stage, preferably before the 24th day of heading."

 

Ces quantités sont fortes : de l'ordre de quatre tonnes de fumier sec de poule par hectare trois semaines après le semis & deux tonnes trois semaines après épiaison.  Au total les apports se situent entre sept & onze tonnes.

 

Cet écrit de Fukuoka nous montre qu'entre l'idéal & la pratique un espace habite souvent - nous sommes ici en présence de l'inventeur soi-même!

 

Les protéines des céréales contiennent de l'azote qui doit être apporté à la terre par un moyen ou un autre.

En moyenne chaque tonne de fiente compte trente kilogrammes d'azote. Les apports que faisait Fukuoka à sa parcelle étaient de ce fait compris entre deux cents & trois cents unités d'azote par hectare, en vue d'une moisson escomptée de six tonnes chaque de riz & d'orge.

 

Nous approfondiront le sujet à l'article suivant.


to be continued...  130205b

Commentaire de Yann le 26.08.2012 :

 

La non-méthode traditionnelle - qui devrait arriver spontanément - utilisée partout consiste à faire passer les canards ou n'importe quel autre animal après chaque moisson pour qu'ils y glanent. Puis, de temps en temps ils sont aussi lâchés à d'autres moments ou laissés en liberté tout le temps.

En France le tracteur à poule a toujours existé.  Les systèmes d'affouragement en bandes existaient partout il y a encore quelques générations.  Puis, les enfants partirent en ville & ces connaissances se sont énormément diluées.

On peut lire que Fukuoka n'avait pas eu d'autre choix que d'épandre la fumure à la main après qu'une route fit barrière entre la basse-cour et le champ. Épandre ainsi n'est qu'un pis aller, car le canard fait bien plus que juste apporter une fumure. Ensuite il a eu raison d'utiliser le trèfle puisque le principe de la rizière inondée est de fixer l'azote grâce à une algue et une cyanobactérie qui flottent sur l'eau, ce qui est un peu moins efficace que le trèfle qui donne disons vingt à quarante kilogrammes d'azote par hectare directement utilisable par an.

Pour la fiente de poule on a au total entre 5 et 11 tones par hectare par an, ce qui donne entre nonante & deux cents unités d'azote, plus environ la même masse lentement libérée au cours des années suivantes - d'où le fait que ses doses varient du simple au double.  Cela peut sembler beaucoup.  Ce serait oublier que le champ produisait six tones de riz & six tones d'orge d'hiver par hectare & par an, soit 120 quintaux.  Finalement, on tombe bien sur environ une unité d'azote par quintal de grain : c'est la dose historiquement normale.

Même en comptant le trèfle on doit de toute façon on doit trouver environ la même dose, car le trèfle fixe d'autant moins d'azote qu'on en a apporté par la fumure - ce qui correspond au fait que la destination effective du trèfle est d'être brouté par le canard ou tout autre herbivore ou ruminant.

dans 10.24.1 Agrinature, semence & fruit de la permaculture.

 

Commentaire de Yann le 28.08.2012 :
L'affouragement en bandes ou pâturage rationné est un type de rotation de pâture qui consiste à imiter ce qui se passait au temps jadis des grands troupeaux pour tendre vers l’auto-fertilité plutôt que de risquer l'appauvrissement des terres avec l'élevage.

Le principe en est que les bêtes n'ont pas accès à tout le pâturage, seulement une petite partie où on sait que les herbes sont au stade de croissance idéal.  L'enclos est mobile & chaque jour par exemple, l'enclos est déplacé & on revient au même endroit au bout deux mois.  Les volailles sont en queue de cortège pour se charger des parasites.  L’enherbement est spontané.  C'est donc c'est une tentative de retrouver une vraie forme d'élevage, différente des formes d'élevage / rabaissage qui forcément rabaisse / érode le sol.

On voit qu'un seigle clairsemé à la Saint-Jean peut entrer dans le parcours.  Il faudrait le faire brouter au lieu de le faucher & la couverture de trèfle blanc ne devrait pas poser de problème de météorisation si la repousse en cours a plus d'un mois.  La salive de la vache laisse une hormone de croissance sur l'herbe, ce qui est idéal & sans comparaison avec ce que nos faux peuvent faire.
-----
La meilleure définition de l'agriculture naturelle que j'aie pu trouver c'est de dire qu'agri signifirait aigu, tranchant, & que culture viendrait du latin culter, couteau.
L'agriculture exprime l'idée de manier des objets tranchants : houes, fourches, haches et faux.
La non-culter, l'agriculture naturelle sous-entend donc de recourir le plus possible aux tranchants couteaux naturels, l'ivoire, la corne, la chitine et les enzymes vivantes d'animaux & plantes.
Agrinature veut littéralement dire "la nature aiguë, aiguisée, vive".

-------

Il existe des moments clés pendant lesquels l'herbe doit être broutée.  Pour cette méthode particulière, voir le livre d'André Voisin "La productivité de l'herbe".  Ces notions furent aussi reprises par J. Salatin et son "salad bar beef".  Voir par exemple : http://youtube.com/watch?v=RHkIUcOB2vA

 

10.2.2  Les deux mamelles de la lande.

 

En la pratique d'Agrinature, je fus surpris de constater que la méthode ne fonctionnait vraiment qu'en matière de culture des plantes frugales.

 

Les potagères peu exigeantes en fumure telles que les salades, radis, navets, persil, carottes, etc... croissent bien au sein d'une couverture de trèfle blanc pour peu qu'il soit installé depuis deux ans au moins, qu'elles soient semées en direct dans le trèfle scalpé ou plus simplement plantées en jeunes pousses.

 

En ce qui concerne les céréales, je m'aperçois que la productivité des parcelles fut au demeurant fort faible. Je crus tout d'abord que la carence était le fait d'une couverture de trèfle trop incomplète & croyait qu'il était possible d'obtenir une population de céréale avec du trèfle en sous-étage à la manière des sols des forêts qui portent en un seul lieu la haute futaie & le sous-bois tout en même temps.

Envisager cette disposition me conduisait à oublier le lent travail de patiente accumulation d'humus & construction de son sol que la forêt centenaire avait élaboré en cent ans, bâti un siècle durant. Sans nul doute, ce type de peuplement de céréale & légumineuse est-il possible en des sols de fertilité comparable, c'est-à-dire ayant bénéficié d'apport continus pendant cent ans. Il est probable compte tenu de cette donnée que les sols de la ferme de mars se trouveront dans ce cas dans quatre vingt douze ans !

 

Deux cas sont envisageables. D'une part, nous pouvons viser un peuplement de mélange d'une céréale & d'une fabacée, sachant que toute surface utilisée par la dernière sera nécessairement au détriment de la première, avec perte afférente de production potentielle en exacte proportion. Par exemple, si la fabacée occupait un dixième de la surface, le même sacrifice d'un dixième par rapport à la production potentielle de la céréale est à consentir.

Dans l'autre cas, nous devrons alterner les deux types de plantes. La fabacée pourrait occuper par exemple le sol en l'inter-culture d'été, culture dérobée à la rotation, mais le temps d'occupation du terrain ne serait alors pas assez long pour que la capture d'azote soit suffisante.

 

Plus classique encore, il s'agira plus simplement de l'alternance du labourage & pâturage chère au bon roi Henri.

 

J'avais sur-estimé la capacité des fabacées à fixer l'azote.

Une graine de céréale de haute qualité peut compter de l'ordre de quinze pour cent de protéines & le taux courant en azote des protéines est de seize pour cent. Dans ces conditions une récolte de huit tonnes par hectare correspond à deux cents kilogrammes d'azote. Si nous visions une production supérieure, ce serait nécessairement au détriment du taux en protéines. Les céréales de type industriel dont les récoltes sont si élevées, présentent des taux d'environ dix pour cent seulement.

 

à suivre... 121129b

 

10.2.3  Azote, quand tu nous tiens !

 

Une parcelle de céréale exige pour sa production par un calcul d'aritmétique simple deux cents unités d'azote - soit deux cents kilogrammes de la substance azote par hectare.


Une prairie pâturée occupée pour un tiers de sa surface par des fabacées & mise en culture après quatre à cinq années peut fournir cette dose indispensable. Cela nous montre que nos fabacées sont capables au mieux de fixer de l'ordre de cinquante unités par hectare & par an. Toutes conditions ne pouvant être que comparables, nous voyons donc que si nous cultivions des céréales en continu sur une parcelle en association à du trèfle, la production se limiterait à un quart ou un cinquième de la productivité maximum potentielle.


En ce cas, l'alternative ancienne d'alterner une pâture quatre ans & une saison en céréale nous semble préférable.

 

Il est une troisième possibilité, envisager une prairie pure de fabacées – trèfles ou luzernes - qui apporterait plus d'azote chaque année.

Manfred Wenz est partisan de cette solution lorsqu'il fauche une prairie de trèfle blanc nain durant deux ans, seule voie permettant d'obtenir un peuplement pur de trèfle, avant d'y installer un blé en semis direct à l'aide du semoir Ecodyn.  Le semoir Ecodyn est d'un type parfait, hormis son poids.  Cet outil conçu en Allemagne est si lourd qu'il est besoin d'un tracteur énorme pour le tirer, ce qui engage trop de consommation de carburant & représente un risque de destructuration & tassement du sol.

Philippe Guichard pour sa part utilise la luzerne en une configuration comparable, semant en direct également mais avec un semoir ordinaire précédé d'un outil à marteaux qui rabat la luzerne sans la détruire ni toucher le sol.

 

Le raisonnement inverse nous montre que si nous laissions par exemple un trèfle enrichir le sol un an, nous aurions une production potentielle de deux tonnes par hectare, soit un quart du potentiel maximum. Le trèfle cependant demande dix-huit mois pour atteindre la pleine association avec la bactérie qui lui permettrait de fixer l'azote en conséquence.

Compte tenu de cette dernière donnée, l'option de Wenz & Guichard est plus intéressante, sachant que la capacité de production de la céréale sur un hectare serait en ce cas forcément limitée à quatre tonnes de blé à haute teneur en protéines, soit la moitié du potentiel théorique maximum en bio.

 

Dans toutes les options, du fumier sera apporté en juste complément de ce que la prairie pourra donner, & ce afin d'annuler l'effet de limitation de la situation en cause. L'apport d'une prairie ordinaire peut être évaluée à vingt-cinq unités en première année & le double ensuite. Dans le cas d'une couverture pure de fabacées, nous pourrions évaluer un apport double de ceux-là. De ce fait, il faut compter quatre à cinq ans d'usage en prairie dans le premier cas & deux ans & demi en le second.

 

Puisque Fukuoka utilisait sa parcelle pour une production de céréales en continu, il assurait la totalité des besoins en azote de celles-ci par ses apports de fientes séchées.

Nous voyons en cela que l'utilité de la couverture de trèfle est au moins autant de contrôler les adventices que d'injecter de l'azote depuis l'atmosphère dans le sol.

Notons aussi que Fukuoka, en irriguant son paddy pendant deux à trois jours, deux à trois fois en saison, limitait aussi le développement du trèfle afin qu'il ne concurrence pas trop le riz à la saison chaude.

Ce risque n'existait pas quand Trifolium en sous-étage des orges était lors naturellement restreint par le froid de la saison vernale.  Le climat de Shikoku est chaud & arrosé en été & relativement froid en hiver.

 

Pour en revenir enfin à nos plantes potagères, un raisonnement identique doit être appliqué à toutes les espèces : nous tenons compte des besoins en azote des diverses potagères & apportons les quantités de fumier indispensables à compléter ce que les trèfles ou les autres fabacées avaient pu fournir au cours de la durée de leur présence compte-tenu également de la proportion de leur couverture du sol.

 

121212  130227b

 



Commentaire de Yann le 12.09.2012 :

 

Un haricot fixe jusqu'à octante kilogrammes d'azote par hectare par an,
une vesce jusqu'à cent vingt,
un trèfle blanc jusqu'à cent cinquante,
une luzerne jusqu'à deux cent octante,
un aulne, environ deux cents, tout comme pour l'Acacia mearnsii.  Enfin, l'espèce la plus capable devrait être par voie de fait celle utilisée par Noé.

La moitié de ces doses est disponible dans l'année.  Changer d'une partie par million - ppm - la concentration en molybdène soit en l'apportant soit qu'il soit rendu disponible, d'une terre peut avoir de gros effets.  Ensuite, c'est surtout une question de climat et d'exposition & aussi de la nature des roches. Une terre peut aussi donner jusqu'à deux cents kilogrammes d'azote directement utilisables par hectare par an par minéralisation de l'humus & une rhizosphère active.

En fin de compte, c'est une question de biomasse & le facteur limitant quoi qu'il en soit est l'activité biologique d'une terre.  Notons enfin que l'activité biologique d'un biome local est toujours reliée, en relation aux biomes alentour, liés eux-mêmes à ceux alentour & ainsi de suite.  Nous voyons alors que la santé des biomes de la terre ne peut être qu'une donnée globale & qu'ils sont tous interagissants les uns sur les autres.


dans 10.24.3 Azote, quand tu nous tiens !

 

Commentaire de marssfarm le 12.09.2012 :

 

En vue de disposer de l'azote nécessaire à une récolte de blé sur une parcelle, la culture d'une féverole d'hiver une seule année suffit.  Il faut en revanche y maintenir un trèfle blanc ou une luzerne durant dix-huit mois, une vesce pendant deux ans, du haricot trois années ou du soja quatre ans.

Ces données sont théorie & moyennes - dans la pratique, le temps minimal peut varier.

 

http://marssfarm.centerblog.net

10.6 - une synergie surprise de grand intérêt - 2p

Publié le 17/08/2012 à 00:31 par marssfarm Tags : jeune monde natural farming farm seeds agrinature fukuoka centerblog image
10.6 - une synergie surprise de grand intérêt - 2p

10.6.1 - une synergie surprise de grand intérêt -

 

Nous savons que la pomme de terre est un excellent précédent des céréales.

Lors de la récolte de l'an dernier, une part minime des tubercules fut laissée en terre.

Les racines des céréales sont assez fortes tant qu'elles sont présentes, pour empêcher ces pommes de terre restées en terre de végéter - végéter en ce qui concerne les plantes, signifie croître - c'est-à-dire que ces dernières existent alorsen sous-étage despremières, mais en une végétation ralentie, comme en attente.

L'humus jeune, riche en sucres & autres substances nutritives précieuses & rares, accumulé par elles lors de la précédente saison nourrit l'enracinement des céréales pendant ce temps de cohabitation.

En revanche après la moisson, nos solanacées à tubercules disposeront d'encore un peu de temps en vue d'une récolte de fin d'été.

La synergie de deux plantes de types si différents est une surprise de grand intérêt

- le blé, originaire du Mashreq & les solanacées du Mexique,

orient & occident, Yang & Yin conciliés

rendent culte, servent ensemble le même lieu.

130501

 

10.16 semis direct seigle en lignes dans le trèfle - 0 p

 

semis direct seigle en lignes à large espacement dans les trèfles blanc & hybride

 

10.6.2 -  semis direct seigle en lignes dans le trèfle blanc -

140407

10.7 - à toile rompue, la maladie mentale - 3 3p

au printemps, l'avoine nue d'automne pousse dru

 

10.7.1  Les plantes se nourrissent d'air. - to live on thin air

 

Guy Kastler nous enseigna que les plantes se nourrissent d'air pour l'essentiel.

 

L'air contient surtout de l'azote, de l'oygène pour un cinquième & un peu de carbone.

La nutrition des plantes consiste à fixer le carbone en une disposition de matière de plus haute énergie.

La chlorophylle des feuilles absorbe l'énergie de la lumière solaire qui permet cette réaction de réduction biochimique. Par le moyen de cette réaction dans leurs feuilles, les plantes inventèrent un moyen de stocker de l'énergie, & puisque ces plantes seront consommées tôt ou tard, l'énergie qu'elles avaient ainsi mise en réserve est offerte à disposition du monde vivant conçu comme un ensemble, un tout.

C'est ce que l'on nomme l'augmentation de biomasse.

 

L'azote est un élément majeur de la nutrition du fait qu'il est le constituant caractéristique des protéines, composantes de structure & de fonctionnement des cellules.

Le ratio entre carbone & azote est une donnée critique de toute nutrition.

Lorsque mesuré en conditions optimales d'éclairement, de température & de disponibilité d'eau, le processus de photosynthèse se révèle extraordinairement efficace (trois fois plus que les cellules photovoltaïques). Pourtant, dans la nature ou dans un champ, ces facteurs sont très rarement tous réunis & c'est pour cela que le rendement de croissance d'une plante en conditions de terrain est bien plus modeste (un dizième environ de l'efficacité des mêmes cellules).

 

Souvent au printemps & à l'automne, par temps doux & humide, la photosynthèse s'accélère, ce qui signifie une fixation excédentaire de carbone par la plante.

Il y a dans ces moments, déséquilibre de disponibilité entre carbone & azote & de ce fait, nécessité de stoker le premier.

Les plantes disposent de deux lieux de stockage de cet élément:

en premier, les tiges dont la molécule biochimique complexe caractéristique est la lignine – le constituant spécifique du bois –

& en second, le faisceau de mycélium d'un sol sain.

 

Le mycélium, ce sont les filaments blancs microscopiques qui constituent les champignons.

Vous en avez peut-être vu en creusant le sol d'une futaie résineuse au couvert sombre. Parfois, à fréquence relativement rare, ces filaments du sol émettent un carpophore, c'est-à-dire un champignon, objet de nos cueillettes, mais la majeure part du temps la vie mycologique si essentielle au plantes reste à nos yeux cachée dans le sol, filaments tissés dru, mais invisible réseau.

 

110908

10.7.1  Plants feed on thin air.

 

Guy Kastler taught us plants feed mainly on air.

Air is essentially composed of nitrogen; a fifth of it is oxygen & carbon dioxyde,traces.

The nutrition of plants means they absorb carbon from the atmosphere & associate it with other components to form organic molecules of a higher energy level. The three other main constituents of plants, namely oxygen, hydrogen & nitrogen are got from air too.

Chlorophylle in the leaves is able to capture from sunlight the energy needed to achieve the biochemical reactions involved. By means of such an upgrade in their molecules, plants invented a way to store energy, & because sooner or later any plant is going to be used as food or to any other purpose, the energy they had so stored will become their special gift to the living, an offering to life as a whole.

In a more prosaic style, naturalists speak of an increase in biomass.

 

Nitrogen is the characteristic component of proteins & as such, a key factor of nutrition, for proteins are essential in building the structure & metabolism of the living cells.  Whenever nutrition is concerned, the ratio carbon over nitrogen matters foremost & first.

When measured in optimum conditions in a lab, this photosynthesis process specific to plants reveals itself to be a highly efficient way to capture solar energy – actually about three times better than the solar pannels currently built nowadays.

However, when we measure the same in the actual situation of a field, because under natural weather conditions, positive factors almost never meet all together, we find the efficiency of plants to capture light is at most a tenth of what the same photovoltaic pannels acheive.

So high a difference is highly surprising & must be what triggered agriculturists' research along the last century. We know now how much carrying research in that direction was fraught with danger.

 

In Spring & Autumn in Western temperate Europe there may be lapses of time when the weather is altogether warm & wet.

At such blessed times, photosynthesis becomes close to its optimum, which means plants catch carbon at a very high rate.

It also means nitrogen cannot be absorbed as fast, & an unbalance between carbon & nitrogen absorbtions is bound to appear. Hence the need for plants to store the former so that it may be available later, when the weather is a bit harder. There exists two places where plants can store the excess carbon they produced. First, in their stems or stalks or staw, & second in the mycelium web of a sound healthy soil.

 

When we dig the ground under a very dense, dark fir plantation, we see sometimes whitish microscopic fibers mixed with the soil: they are the mycelium. The mushrums we pluck from the ground in autumn emanate from the forest's mycelium. Actually, some mycelium is always there in the soil, linked in symbiosis with the plants' roots, for no plant could grow well without: mycelium threads or fungi are always there, although invisible, unseen, hidden, unnoticed.

 

As it is usual with everything essential, they remain mainly discreet to the uninformed onlooker.

 

121129  130205

10.7.2  à toile rompue, la maladie mentale.

 

Dans les sols laissés à leur état naturel, non travaillés d'outils pendant longtemps, le faisceau de filaments microscopiques constitutifs des champignons a eu le temps de se tisser.

 

Les champignons sont parmi les rares êtres vivants qui peuvent dégrader la lignine. Leurs filaments dans le sol naturel, sain occupent tout l'espace du sol & s'associent en un réseau en lien avec les racines des plantes.

 

Tout le système racinaire dans un sol est donc semblable à une trame dont les liens les plus subtils & omniprésents sont ces filaments de mycélium qui forment symbioses nommées mycorhizes avec les racines.

Cela explique en partie pourquoi les jeunes arbres croissent lentement: leurs mycorhizes n'ont pas déjà eu le temps de se constituer.

 

Nous pourrions comparer ce mycélium associé aux racines des plantes à notre flore intestinale composée de bactéries, logée au plus intime du corps & ouvrière centrale de la nutrition. Guy compare le réseau mycélien du sol, microscopique, étendu, fragile, à un canevas de toiles d'araignée. Toute intrusion d'un outil dans le sol romprait cette toile arachnéenne. Lorsque nous heurtons le sol avec un outil manuel, la déchirure du mycélium sera peu étendue & il pourra se retisser. En revanche, tous les outils tirés par tracteur vont arracher la totalité de la toile à plus ou moins grande profondeur.

 

Imaginez maintenant une céréale moderne à courte paille semée dans un champ après labour, ce qui est le cas le plus courant. Cette céréale ne dispose pas de lieu de stockage du carbone pour les jours de photosynthèse surabondante, puisque ses tiges sont fort courtes & le mycélium du sol momentanément détruit ou détérioré.

Lors, des champignons, chassés du sol, montent sur la plante à la nutrition déséquilibrée & ainsi apparaissent les maladies cryptogamiques.

 

Voyant la maladie honnie qui menace sa production bénie, le jardinier, l'exploitant agricole crient au scandale & lui appliqueront sans retard le traitement chimique ad hoc.

 

La vraie maladie est toute mentale, dans la tête des humains qui ont coupé le contact irremplaçable de leurs pied, de leur œil d'avec le sol nourricier.

 

De la pointe des outils de nos tracteurs, nous traçons sans y penser dans l'absurde un cercle vicieux dont,

par force centrifuge tout ce qui avait compté dans la vie au yeux des sages d'antan fut éjecté,

lenteur, douceur, patience, force d'âme.

 

110917

 

10.7.2    The recovery of slowness, gentleness, patience, fortitude, forbearance & forgiveness.

 

In a soil in its natural state, which was not ploughed for a long time, mushrum filaments had time enough to woven their microscopic fungi-web & occupy the whole of its space.

Mushrums are amongst the few living beings that can use lignin as food.  Lignin is the characteristic constitutent of stems & wood, & the only type of living matter from which humus originates.

 

The invisible fungi filaments called mycelium develop everywhere in the soil as a web closely connected to the root-web of plants.  Actually all roots of all plants are woven into a web linked with the mycelium web. Only through the mycelium united to it a root of a plant is able to adsorb some specific minerals such as potassium, one of the key nutriments of plants. In return, fungi benefit from organic substances they get from the sap in the roots.

As you may have noticed, a young sappling does not grow very fast for the first two years of its life, & that is because it is not yet fully connected to the fungi web & as such not able to digest the soil in an efficient way.  The mycelium of a soil only compares to the bacterial flora we have in our intestines.  Actually the number of bacterias in our body overpasses ten times the number of cells that constitute the body itself.  A body on its own is not able to digest many foods, but the bacterias in its bowels do it instead.

 

Guy says the mycelium-web in a soil, so widespread & fragile too, would compare to inter-oven spider cobwebs under the roof of a barn.  The same way you would pass a broom in the web & tear in it, so does any tool pulled by a tractor to the fungi-web in the soil.

If we plant a vegetable with the help of a spade, we just break the mycelium web at a particular spot & hence it remains still able to grow itself anew.  However, a plough or any other tractor-powered tool will tear the web in its entirety & then its only capacity left to grow again is from underneath, provided the tool did not cultivate the soil too deep.

 

Let us consider now a modern short-strawed cereal that was sown in a ploughed ground.

As such, that cereal has nowhere - neither in its too short straws, nor in the non-existent mycelium-web - to store the excess carbon absorbed on a warm, wet day, when photosynthesis was overwhelmingly powerful.

That is on such a day when it happens the fungi family that was banned from the soil climb onto the plant itself which nutrition is unbalanced in the form of a disease.Seing the trouble their plants are in,a farmer, a gardener soon label it a cryptogamic disorder & apply with no waste of time a fungicide to their field or garden.

 

Actually speaking, the real trouble lies in the farmer's mind.

It entered & stayed there at the exact time when they started cutting out their feet, eyes & hands from the soil.

Their body, mind & soul are not anymore in touch with the life-events in the soil, what happens there & why & how.

 

From the tip of the tools our tractors pull,

we scar on our mind a vicious circle in which we indulge our thoughts to spin faster & faster

in such a way its centrigugal movement expells from our lives everything that was ever precious to the wise of old

– the ability to make a right use of time

in our recovery of slowness, gentleness, patience, fortitude, forbearance & forgiveness.

 

130227

 

10.8 un jour lourds beaucerons sèmeront dit blé noir - p

 

10.7.3 - un jour lourds beaucerons sèmeront dit blé noir -

 

La photographie montre un plants de resemis d'une graine de sarrasin tombée au sol en automne au lieu où le rotavator fut utilisé afin de semer du soja population.

 

Notez que l'usage du rotavator fut une infraction à la méthode agrinature, car s'il permet un semis aisé en la première année, il représente une dépense en énergie trop grande & c'est cette énergie même qui détruit la structure du sol en sa couche de surface ainsi qu'une part notable des êtres vivants qui l'habitaient.  Nous utilisâmes cet outil à titre d'expérience & ne la réitérerons pas.

La profondeur de travail était inférieure à deux pouces pour ne pas détruire les trèfles pérennes.

Le mélange de graines engrais-vert fut clairsemé en plein par dessus le tout dès les opérations terminées.

La prochaine intervention de main d'homme

- ou de femme de préférence selon la tradition, puisque la culture était le domaine réservé des femmes avant l'avènement des machines lourdes & des poisons légers des fermiers beaucerons -

sera la moisson.

 

Bien dire, bénir, rendre grâce à la beauté de la création

est voie à nous protéger d'hubris,

chimères du mental fou.


Le dit blé noir - originaire de Chine tout comme la porcelaine de Limoges & apporté en Europe par les sarrasins depuis Bagdad où les Mongols s'étaient établis un temps - se plaît en la région "Lemosin" où il est capable de se resemer de lui-même.  Il n'a aucune exigence agronomique si ce n'est la chaleur & accomplit son cycle de végétation en quatre mois.  Nous allons l'utiliser plus :  il aura une part centrale à jouer dans la recréation de la fertilité sur la ferme de mars.  Dès le départ de cette ferme, je le nommai "la reine du Limousin", mais plus tard mon mental qui je le concède se trouve parfois obscurci, s'en détourna.


Semé au printemps, il permet de casser le rythme des adventices d'été & couvre le sol une fois installé, mais ne pourrait concurrencer les chiendents au moment du semis.  Il est de ces plantes qui ne prospèreront que si leur germination fut rapide comme l'explosion d'un vert volcan.

120617 - 130806

 

10.5 le blé peuple une terre pour la première fois - 0 p

 

10.7.4 - un blé peuple une terre pour la première fois - dans la pépipière, les blés du réseau semences paysannes sont beaux, sains - que voulons-nous de plus?  Le plus est dit-on, ennemi du bien.

 

120701  130806

10.4 "En matière d'agriculture, c'est un branquignol!" * 6 p

10.4 "En matière d'agriculture, c'est un branquignol!" * 6 p

quatre épis oubliés par la moisson - la paille fut laissée - le trèfle semé en mars est en train de prendre son relai de végétation...

 ---

Ma formation d'origine est celle d'un forestier & je ne saurai m'en départir. En tant que forestiers, notre horizon était le maintien & si possible l'amélioration du milieu, & avant tout le sol.   Les agriculteurs ont pour métier de produire de la nourriture, mais en ce qui me concerne, je n'accepte de le faire qu'à cette condition propre aux forestiers, héritiers de Colbert: produire tout en enrichissant le sol afin que celle, celui qui habitera le lieu en suite de nous trouve des conditions plus favorables à exercer son métier, jouissant de terres plus grasses, fertiles, fortes, utiles. Cet élan vers l'autre, un autre que je ne connais pas, qui est encore à naître, cet élan généreux, c'est la position du forestier, posté en garde vigilant entre le monde des êtres de nature & la société des humains, cette tradition telle qu'elle me fut transmise des générations de jadis.

La Nature est généreuse; alors nous devons l'imiter. Si nous avons joui de ce que nos anciens nous transmirent; alors donnons plus encore à ceux qui nous suivront. Il ne s'agit pas ici de propriété privée à transférer de père en fils, mais bien d'une famille plus vaste, une filiation élargie à tout un chacun, à la famille Homo sapiens, pour ainsi dire. Lorsque j'étais forestier, cette éthique d'amour nous habitait. Nous étions une confrater-sorelnité dont je ne sortirai pas.

 Après sept ans de répit, repos, repart, lees sols de la ferme révèlent une santé satisfaisante.  La plupart d'entre-eux ont acquis cette couleur brune des sols bruns, des terres qui tournent, la teinte de chocolat au lait dont les pédologues sont amoureux, qu’ils cherchent d’or, inlassables. C'est la couleur des bois bruns, la teinte de la mélanine des humains métissés aussi – si peu définissable & tellement reconnaissable!  La pédogenèse y œuvra durant sept ans avec l’intensité & la promptitude d’un arc qui se détend.  En un mot, les sols sont désormais prêts à produire, & s’ils ne le font pas déjà, cela est dû à des pratiques agricoles inadaptées qui laissèrent par trop la part belle aux adventices.   J'ai trop aimé les adventices. Ces herbes folles sans queue ni tête m’ont séduit pas leur imprévoyance, leur anarchie, leur liberté, leur emphase à nous surprendre toujours.  Dorénavant je devrai accepter de limiter vraiment leur présence, admettre que je suis paysan plus que naturaliste, remettre en cause & à plat ma pratique, faire le point & repartir en un cycle nouveau.

131130

commentaires, le 19/11/2010 :

Quelle acception du terme "branquignol" ? peut-ête l'équivalent du Martien de l'article 11.3 ?  Il sera dur de limiter la folie, l'imprévoyance, l'ANARCHIE, LA LIBERTE. Il te faudra du courage, car c'est également abandonner la partie poésie du métier !  Tout sera donc question de dosage ?A débattre.
Bon courage car c'est presque un deuil que je ressens en lisant tes lignes !  A bientôt.  Christine.  http://lire-a-loisir.centerblog.net

marssfarm le 27/11/2010 :
Mourir au passé est la seule manière d'avancer. Avancer vers quoi? Le beau peut nous guider; mais aussi le vrai, le juste, la bonté, la joie sans objet...http://marssfarm.centerblog.net

 ---

on the photo, four ears left by the harvester - straw was abandoned to the ground - clover we sowed in March is taking over & grows fast over the summer

- « As a farmer this guy looks very unripe! »

« As a farmer this guy looks very unripe! » This is what the highly experienced agriculturist & soil-surgeon who came to view the soil on a few among the plots of Mars's farm on October thirteenth 2010 said.  He is a gentleman, & so he did not utter the words really, but he however thought them loud enough to shake my confidence & shatter to pieces all the knowledge I had patiently acquired for many years.   The fact that I know nothing of farming is no real news. As a youngster I was trained to become a forester. If foresters in those remote times had had a single thought in mind it would have been to maintain a forest at least as rich as it was, improve it as much as possible & protect especially the richness of its soils.

Now a farmer, my job is food-production, but because memories of my past training still Iie deep within my heart, I should accept the job only under the strict condition of being able to maintain the soil's fertility on the farm. At the same time we produce foods, we wish to enrich our soil, so that farmers who will be farming it after us, may find a better place than the one we once found when we arrived. My mind is set on enriching the soil first, & then only producing a crop.

Foresters in those times thought that way in a forever attitude in generosity towards a larger than life family. The French tradition of forestry started being recorded seven hundred years ago & its spirit was once transmitted to me. We keep vigil, protective of nature's inhabitants against the greed of the human race. If let free, nature can be generous & our duty is to be inspired by what we see happening in the field of nature. If we found a land left to us by the people who inhabited it before, then let us strive to increase its capacity, as a present to offer to those who will be here after us. I do not speak of a property that would be transmitted to our children, but of a further extended family, a family which encompasses the whole of humankind! Foresters imbibed my mind of that ethics of love of theirs. Of such an ethics I may not depart.

When Bruno Weiller stressed that I was an agricultural moron, he brought the best news ever, for he meant the trouble on the farm lay not in its supposedly poor soils but in the farmer's method only. I have spent seven years restoring soils here & when we dug, we actually found soils with a good capacity for production.  Most of them possess now the typical brown colour the paedologists are so fond of & constantly looking forward to seeing as if it were gold itself. That colour, alike milk-chocolate is also the colour of brown woods or mixed race people's skin, a very precious tone we recognize so easily, but cannot really define. This colour reveals a soil with a good turn-over & that elements in it move & can be thus exchanged with & used by plants.   The second good piece of news the professor revealed was that the soils on Mars's farm have grown deeper since I have been here. Because they had been waiting for about a century, once started the deepening process happened as fast as a tense bow when released.  In a word, the soils are now fully ready, & if the crops are still poor, it is only due to the fact that I left too many weeds live & invade my fields. I have loved weeds too much! Fascinated was I to see how they appear from nowhere & suddenly develop, always free & changing tactics. My main duty is now to restrain the weeds, keep them off my plots & crops.

In accepting to be what I am, in doing so, only will I really be a farmer.  Thank you Bruno Weiller, agronomist & paedologist, for pointing at the need for a fresh new start in my work.

121204

10.4.2 coloniser l'entièreté d'un territoire- a real lawn.

Philippe Guichard, paysan du Lot & Garonne sème des blés anciens deux années de suite par semis direct dans une luzerne vivante âgée respectivement de dix-huit & trente mois.  Seuls les blés de population ont la capacité de pousser dans ces conditions. Ils se distinguent des blés modernes par leur haute paille, un fort tallage & une bonne tolérance aux adventices.

Le dernier bulletin de l'Institut d'Agriculture Naturelle, publié par Olivier Barbié, indiquait l'utilité des plantes de la famille des crucifères - Brassicacées - à structurer & mobiliser les horizons de profondeur d'un sol.

L'ouvrage encyclopédique de Dominique Soltner sur les grandes cultures nous renseigne au sujet des plantes qui offrent une dense couverture du sol & des cultures dites dérobées destinées à occuper l'espace, faire la jonction entre deux cultures, entre une moisson d'été & les semailles suivantes.

Durant sept ans, je tentai sans réussite & de toutes les manières envisageables de réaliser des semis directs de céréales & de graines potagères dans une pelouse de trèfle.  Cela s'avèra irréalisable pour la si simple raison qu'une pelouse pure de trèfle est en pratique impossible à obtenir.  En tout état de cause, une telle pelouse n'est pas naturelle car la nature, possédant sa propre sagesse & d'inombrables stratagèmes de régulation, évite toujours avec grand soin la pureté, tandisque le mental des humains peut parfois - cela s'est vu - oublier toute mesure, dépasser la raison, lâcher la bonde ou même extravadivaguer dans le clair obscur!   La nature est plus sage.  Si les plantes ne sont pas forcément des êtres doués de sagesse ni de raison, elles ont en bonne portion une grande qualité d'obéissance, de soumission à ce qui est.  Ainsi le cas d'une espèce si invasive qu'elle en vienne à coloniser l'entièreté d'un territoire donné est extrêmement rare & pour tout dire, serait l'anomalie résultant d'un artéfact, un fait humain.  Les légumineuses - Poacées - sont des plantes sophistiquées & de ce fait pour le moins capables de restreindre leur expansion dans des proportions raisonnables.  Très tôt Charles Darwin observa que la limite d'une espèce ou d'un individu était la présence d'autres espèces & d'autres individus.

120131

commentaires :le 19/11/2010 :

Est-ce que réellement toutes ces connaissances font partie de la formation de forestier ?  Christine  http://lire-a-loisir.centerblog.net

marssfarm le 27/11/2010 :
Non. Elles peuvent en revanche découler de son être - petit humain parmi de bien grands géants.  http://marssfarm.centerblog.net

Anonyme le 17/01/2012 : nul

marssfarm le 18/01/2012 :

J'écrivis cet article en 2010 avant de renconter des paysans qui avaient réussi à la méthode Fukuoka. Elle ne fonctionne qu'en sol sain.  http://marssfarm.centerblog.net

- a lawn of clover.

Bruno Weiller did not come alone on October the fourteenth.  The group included experienced farmers & agricultural teachers & many among them offered ideas & solutions. Since I started the farm, I had hoped experienced agriculturists would come & give me some piece of advice.  A farmer is south-western France applies direct sowing of ancient wheat in a live lucerne, & it can be done two years in a row, for the lucerne is able to live together with the corn. Wheat species of the ninetieth century are fit for that, for they can sprout & grow within the lucerne & because their straw is tall, harvest is still possible.  In the last of the Institute for Natural Farming news-letter I found described how cruciferous plants are useful inasmuch they usually grow deep roots & so doing improve & deepen the soil's structure. In his encyclopedia about cereals & other large-scale grown plants, Dominique Soltner expounds that, because some plants cover densely the soil, they can be used to prevent a plot from being invaded by weeds, & how they can be especially sown in the lapse of time between the summer harvest & the next sowing season in autumn.

For the past seven years I have been trying to sow cereals & vegetables directly – that is, with no cultivation of the soil – in a lawn of clover. I tried doing it in every way that can be thought about, & in each & every of them, I failed.   The reason why I failed is so simple that, as my mind was too much intent on achieving what it had designed, it refused to even consider it: a lawn of clover does not exist, cannot exist in the real world.   Nature is often wiser than the human mind. Let us imagine a lawn of clover: any grass-eating cattle which came & grazed it would very soon become inflated like a balloon & prone to explode for excess nitrogen in its food.  Nature is wiser than we are. It seems that plants cannot reason out, but they nevertheless pertain to the general trend of wisdom we find in the living. That may be why very few plants accept to spread until they invade the whole of an available territory, & in case that happened, it would always be a result, a reaction to human uncontroled action.  Leguminous plants are sophisticated & so even more capable of restraining any over-expansion of theirs.  Charles Darwin mentioned in his early writings that individuals & species always found other individuals & species to set a limit on them.  Because I had not been fully aware till now of everything I just wrote, I have spent time, effort & hopes in vain.

1212105

10.4.3  une culture dérobée.

Masanobu Fukuoka ne semait pas une céréale dans du trèfle.   Il semait à la volée, à très faible densité, dans une céréale mûre, environ deux semaines avant la moisson de celle-ci, une céréale à très grande capacité de tallage. Le trèfle n'était dans son champ qu'un sous-étage si discret que permanent & le sol, à aucun instant ni découvert, ni inutilisé. Pour limiter la concurrence du trèfle & des adventices à la saison d'été, il inondait le paddy durant deux ou trois jours, deux ou trois fois dans la saison.

En manière de maraîchage, il ne semait pas des graines potagères dans du trèfle non plus. Il semait des boulettes d'argile contenant les graines, sur le sol d'un verger occupé de légumineuses – trèfles, luzerne & autres. La boulette d'argile confère à la graine une énergie de départ à la germination & le couvert des frondaisons des arbres de verger réduit la vigueur des herbes sauvages, adventices concurrentielles.

J'ai cru pouvoir faire mieux que lui, oubliant que la dure réalité de l'agronomie ne nous permet de sauter aucune étape, nous impose de procéder pied à pied, avec lenteur & circonspection.

Un de mes voisins paysans parvient à obtenir deux récoltes sur une même parcelle au cours de la même année. Il sème une orge en septembre, la moissonne au début de juillet, quand il est encore temps de semer un sarrasin précoce – c'est-à-dire avec un cycle de végétation court, rapide. Le sarrasin est moissonné en octobre juste après la première gelée, quand une autre céréale peut être alors semée. Sa capacité agronomique est supérieure à celle dont je dispose car ses terres sont plus riches, en moindre altitude que la ferme de mars & il ne pratique pas ce que l'on nomme l'agriculture biologique.

 131130

- a third green-manure group.

Actually, Masanobu Fukuoka did not sow cereal seeds in a lawn of clover: he used to scatter a high tilling capacity cereal landrace at very low sowing density, in an almost mature cereal, around a fortnight before it was harvested.Underneath the cereal,clover was permanently present in the field . The soil was never unused, uncovered, & that prevented the weeds from coming in.

Along the summer, the paddy-field was flooded for two to three days, twice or thrice in the season. Although rice was sown & grew most of the time on dry land, flooding the paddy was the way to obtain a good crop. However, that helped a lot in keeping the weeds & clover under control too, for having too much water for a few days weakened their growth.

Again, he did not sow vegetable seeds in a lawn of clover as well. Instead, he scattered at random those seeds enclosed in clay pellets on the ground in his orchards, amongst clover, lucernes & other leguminous plants. The clay ball acts as an immaterial fertiliser, inducing an energy impetus to the seeds at the start of their sprouting & the orchard canopy creates a mild cover to the ground & so limits the strength weeds may acquire, were they let free in an open field.

Proud as I was, forgetting all about non-doing, I believed I could do better.  I can see now that it is not so.  A farmer, neighbour of mine succeeds well & is capable of getting two crops in a year on a one plot, but I dare say his land is richer than the plots on Mars’s farm, at lower altitude, & he did not choose to comply with the rules & restrictions of organic farming.

130227

10.4.4 - transformer en pain l'énergie solaire, la lumière en vérité - convertir en aliments l'énergie solaire -

Autrefois & jusques au début du vingtième siècle, la moisson des blés, seigles & épeautres avait lieu en août & les semailles s'ensuivaient immédiatement.   Au cours de ce même siècle, la sélection des céréales s'orienta notamment vers un raccourcissement des cycles de végétation. Le résultat paradoxal en est qu'en l'époque de l'an où il reçoit le plus d'ensoleillement, le sol du champ n'est pas utilisé à produire.  D'un point de vue énergétique, être agriculteur consiste à convertir en nourriture la lumière solaire reçue par une parcelle. Nous voyons par ce point d'exemple combien la sélection végétale du vingtième siècle fut dirigée à l'inverse du cycle des saisons. De ce fait, cette direction de sélection s'inscrivait en antagonisme de tous les facteurs biotiques & naturels, & s'érigeait en dépit du bon sens paysan également. Les agronomes du siècle passé se sont crus plus forts que les éléments. L'abondance du pétrole les a égarés & ils voulurent s'affranchir de la nature & ses lois qui par définition même, ne sauraient changer.

Hubris induit Némésis. La démesure nous ruine - à la fin.  En cherchant à semer des céréales & plantes potagères dans une pelouse de trèfle qui ne peut exister, j'avais sombré dans ce même type d'errements insensés.

Parmi les petits agriculteurs d'Europe, nous sommes désormais nombreux à rechercher dans le pool génétique des céréales anciennes celles, qui pourraient être semées à la volée dans la céréale précédente, ainsi que le font les praticiens de l'agriculture naturelle dans les climats plus chauds. En attente de disposer de ce grain précieux, je dois veiller à couvrir le sol entre moisson & semailles, de ce qui se nomme une culture dérobée. Ce qualificatif indique une culture temporaire qui n'est pas comptée dans la rotation, car elle ne dispose pas de l'intervalle de temps qui pourrait lui permettre de compléter son cycle: elle est dérobée à la rotation. C'est une plante engrais-vert, donc.   Aux articles suivants, nous la réintègrerons dans la rotation des cultures, afin qu'elle ne soit plus qu'engrais-vert & complément des légumineuses pérennes & annuelles commensales de nos plantes comestibles.

121210

- to use & transform solar energy into bread, light into truth - to translate the light of the sun into food.

Till the beginning of the twentieth century, corn – wheat – rye & spelt used to be harvested in August, & the next cereal was sown soon after.   Then, along so a tormented century, northern cereals were selected & interbred with southern types towards shortening their vegetation cycle. A paradox results in such a selection: the cereal field is now found unused, uncovered at the season when days are longest. It means that a large part of the solar energy the field receives is just wasted, because for two to three month in the summer season, the cereal is not found there, on the field itself.

As far as energy is concerned, farming means converting solar energy into food. Why did the agronomists of the past century select cereals in such a fashion that in the end, a quarter of the basic resource of farming, namely solar light, became neglected, wasted? I will not here try & find them excuses, but such a small example show inasmuch agronomy of the last century went astray, lost itself, became estranged with nature, its cycles & seasons. For a century we have tried to free ourselves from the real, the elemental world. Because so much energy was available in petrol & fossil fuels, we thought & considered the laws of nature old & obsolete.

Hubris induces Nemesis. Ultimately, pride begets a fall. When I tried to sow cereal & vegetable seeds in a lawn of clover, figment of my imagination that can never exist, I was deluded in a similar way, I became a fool under the lure of my own desire.  Among the small farmers of Europe, there are every day more of us looking amongst the cereals of old for those we could sow & scatter directly in a still standing one year old cereal field: we are looking for cereals that would take a year or so to grow & finish their cycle.

In warmer countries, natural farmers are already sowing cereals in a cereal field, durum or hard wheat in rice, for instance. I believe & know I will soon find such a grain of golden corn – wheat!  For the time being & because that seed is still not in my hand, what I understood on a fine October day was that the plots on Mars’s farm had to be employed - i. e. covered - between harvest & the next sowing time. Many cruciferous plants can be used for that purpose; their small seeds are just directly sown after harvest & because they cannot stand autumn frost they are bound then to become green-manure & so, feed the soil.   From now on then, our plots are going to accommodate perennial – such is clover – & yearly leguminous plants, together with our crops, & alternatively cruciferae – brassicae – that are going to stand as a third green-manure group.

121210

10.4.5  Un méteil de céréale & légumineuses annuelle & pérenne, & une crucifère engrais-vert - un méteil & une crucifère engrais-vert -

A la moisson des céréales en août, la paille fut laissée sur le sol. Elle se décompose très vite à la saison des chaleurs, compte-tenu du fait que le sol possède désormais une forte activité biologique. Le sol fut laissé intact après récolte, afin que le trèfle semé en mars puisse croître en août, septembre & au début d'octobre & cela s'est effectivement produit sur toutes les parcelles.

Cependant, ainsi que nous le vîmes à l'article 10.10, les adventices sauvages ont cru elles aussi, puisqu'elles sont des plantes qui pour la plupart, à l'instar du trèfle, se développent surtout à la belle saison du treize-mai au treize novembre.  Le trèfle dans sa sagesse limite sa présence à couvrir le sol à une proportion comprise entre vingt & octante pour cent selon la fertilité effective du terrain. Le résultat en est que réaliser en octobre un semis direct de céréale dans ces conditions peut nous permettre d'escompter une réussite satisfaisante de notre céréale seulement dans cette même mesure, soit une moyenne de cinquante pour cent.

Il y a donc à l'évidence lieu d'introduire une culture dérobée dans la rotation: après la moisson, début août, le sol peut être ensemencé de moutarde blanche à la densité de dix kilogrammes par hectare. Les plantes de cette famille, les crucifères – brassicacées – se distinguent par un enracinement en pivot dans la profondeur du sol. La moutarde offre de plus l'avantage de concurrencer les adventices en couvrant le sol, l'occupant exclusivement. Toute la matière organique que la moutarde produira au long des deux mois d'intervalle entre moisson & semailles sera restituée au sol aux premières gelées de l'automne; mais auparavant, nous aurons semé la nouvelle céréale en semis direct dans la moutarde.  Au lieu de la moutarde blanche, le radis fourrager peut être utilisé à densité de vingt kilogrammes par hectare. Florent Mercier, grand propagateur des blés fermiers d'autrefois, préconise d'utiliser la cameline, petite plante de la même famille végétale, à raison de cinq kilogrammes par hectare, en culture dérobée. Son cycle de végétation ne dure que trois mois & ses graines peuvent de ce fait être récoltées.

Du fait de la faible quantité nécessaire & si les parcelles sont de taille écologique, c'est-à-dire modeste, il est envisageable de semer ces plantes à la volée, à la main dans la céréale debout, deux semaines avant la moisson afin de mieux ajuster leur cycle au dates de maturation des céréales – que nous ne pouvons pas choisir tout à fait tant cette date semble obéir à une date précise du calendrier & varier de ce fait assez peu.

121210

 - an average eighty percent.

We harvested our cereals in August, leaving thence the straw to the ground, & for the now - after seven years of good care - very high biological activity in our soils, twomonths in the hot season were enough time for its decay.  The soil was not touched after harvest in view to give clover an opportunity to develop. It did indeed on each & every plot, but as we saw in article 10.10, some weeds grew as well. Most weeds grow in the spring & summer, that is, at the same time clover does too. Wise as it is, clover will occupy from twenty to eighty percent of the ground, according to the richness of the soil. Hence, if we directly sowed a cereal in such a field, we could expect a satisfactory sprouting rate equalling the same percentage, & that would be tantamount to an average fifty percent.

We find ourselves in a quandary & as was foreseen the previous article, we are bound to use the soil during the gap period between harvest & the next sowing time, sowing for instance, white mustard that is going to cover the soil & thus keep the weeds off.  Ten kilogramme white mustard seeds sown per hectare will do the job & the plants will produce a large amount of organic matter. Then, early autumn frost will stop their growth & the whole of their biomass be rendered to the soil.  But before that happened, we will have sown the next cereal seed directly in the mustard field. Cruciferae or Brassicae improve a soil's structure, for they are strong & deep rooted plants. Another plant of the same family, forage-radish could be used instead, sowing twenty kilogramme of its seed per hectare. Florent Mercier, a farmer in the West of France, foremost among the developers of ancient land races of corn, advises to use again another cruciferae named cameline*. Only five kilogrammes of that short plant's seeds should be sown per hectare, & because its vegetation cycle lasts only three months, the new seeds could be harvested to be sown again the next year.   If your plots are modest in size, which is good for nature preservation, & because only small amounts have to be sown, it is possible to hand-sow cruciferae in the still standing cereal just two weeks before harvest, in view to adjust their cycle with the cereals harvesting & sowing times – for the latter, we cannot really chose, for the time of harvest seems to obey a specific timing in the calender, more than the maturation stage in the cereal.

121210

10.4.6  une rotation annuelle avec flore d'adventices modeste & discrète - une rotation annuelle, modeste & discrète.

Lorsque le temps béni des moissons se précise, trois cas peuvent se présenter dans un champ de céréale cultivé selon Agrinature.

Si très peu ou pas d'adventices sont présentes dans un champ & si du trèfle est en sous-étage de la céréale, on peut semer à faible densité, à la volée dans la céréale debout, deux semaines avant la moisson, une céréale de caractère très-hiver. Ce caractère, devenu rare parmi les variétés modernes de céréales, signifie que même si la plante est semée tôt, le risque est faible de la voir déclencher son épiaison avant les frimas, qui dans le cas contraire viendraient à geler les épis.

Dans d'autres parcelles où la présence des adventices est faible, mais cependant plus marquée, nous pourrons semer dès le mois d'août - c'est-à-dire juste après la moisson - du blé fermier ancien - ou une autre céréale - en mélange de vesce ou de lotier. Nous ferons ces semis dans diverses parcelles tous les quinze jours en août, septembre & octobre, afin de tester quelles dates sont les plus favorables.

La vesce a un pouvoir couvrant supérieur, mais présente le danger – ainsi que son nom le suggère – de faire verser la céréale & de plus peut rendre nécessaire un tri après moisson par un trieur alvéolaire, car ses graines de taille comparable, ne se séparent pas du grain au battage.

Le mélange de blé & vesce peut être utilisé avec avantage en nutrition animale pour sa richesse & variété en protéines. En revanche, s'il y avait lieu de réaliser un pain de méteil blé & vesce, il serait nécessaire de mettre au point une recette auparavant. Ce pourrait être un pain de céréale germée ainsi que décrit à l'article 10.7 plutôt qu'un pain de farine, car les lipides contenus dans la graine de vesce la rendent peu apte à la mouture. Dans une céréale à haute paille, il devrait être possible de moissonner au dessus du lotier qui est une plante plus courte sur tige.

Enfin, dans les parcelles où le trèfle est peu présent & que des adventices robustes occupent nettement, il faudra laisser la moutarde accomplir la tâche de structurer & préparer le sol. Elle le fera bien mieux que nul outil agraire ne pourrait.

Par le travail qu'elle saura accomplir par le truchement de l'énergie lumineuse maximale des jours de long ensoleillement, nous pourrons dire de cette crucifère qu'elle réintègre de fait, la rotation des cultures. Nous employons ce terme à dessein & à défaut, car il s'agira alors d'une rotation annuelle pour ainsi dire: un méteil de céréale associée à une légumineuse pérenne – le trèfle – & à une légumineuse annuelle – vesce ou lotier – alternant avec la crucifère – moutarde blanche, radis fourrager ou cameline.

Naturellement, cela ne nous dispense pas des rotations normales pluriannuelles qui consistent à varier les céréales & autres plantes principales que portera une parcelle au fil des ans,

afin qu'elle puisse conserver son capital de fertilité ainsi qu'une flore adventice modeste & discrète.

1218

- Preserve a plot's fertility, so that no weeds may invade it.

At the blessed time when harvest is near, we may find three different configurations in our cereal plots on an Agrinature farm.

Some of them will show almost no weeds or very few, & at the same time clover growing well underneath the cereal. In those fields, we could hand-sow the next cereal at a low sowing rate in the still standing cereal field two weeks before we harvested it. However, to be in the capacity to do so, we have to use a land-race or species of a real winter type, close to those that were grown in Europe a century ago.  Winter wheat can usually be sown early with no risk of the plant would grow ears before the cold of winter.  Winter wheat needs a few weeks of cold before being able to flower.  Due to the timing of the plant's growth and maturation, winter wheat is valued as a cold crop that can be planted right after the harvest in the fall. The best condition for cereals is to attain tilling stage at the end of September, & then wait & so pass the very cold & dark months till February when their development may restart. Most modern cereals would develop too fast if sown early & then freeze at some time or other in the fall or winter.

In the second type of plots, we will find not many, but some weeds among the cereal. There, the harvest should be done normally, & then soon after in august, we could sow a land-race wheat - or rye, or oats - together with vetch or common bird's-foot trefoil – also called bird's-foot deervetch. In different plots, we are going to test different sowing dates in august, September & October, in view to discover the best sowing time.

Vetch covers the soil well, but because the plant climbs on the cereal, it may bend it & make it fall. Moreover, because its seed is about the size of the grains, the combined harvester collects both together. As such, there is a need to use a fit cereal separator later. The mix however must be an excellent animal feed, because of its rich combination of proteins. Nevertheless, if we wished to make a special farm-bread of it, the recipe remains still to be elaborated. It could be a bread of sprouted seeds as the one described in article 10.7, for as vetch seeds contain fat, they are not fit to be ground with a stone-mill . On the other hand, common bird's-foot is a short plant. It means that when grown among the high-strawed land-race corn, harvesting the latter above the former should be easy.

Last but not least, before harvest, we will find plots of a third category where clover will have grown not enough & some strong weed species tended to take over.

There & again, harvesting will be ordinary & then followed soon after by the sowing of white mustard. Along ten weeks or so, this so strong plant is going to be digging the soil deep & keep weeds off the plot too, preventing them to sprout or grow. No tool could do so fine a job! Seventy of the longest days usually provide a huge sum of solar energy mustard can put to use & so enhance manifold the soil's fertility.  Now, if we achieved that, it means that along a one year cycle, would grow on our plot, first a cereal sown in combination with a perennial leguminous – clover – & an annual leguminous – vetch or bird's-foot – followed by a brassicaceae – white mustard, forage radish or camelina.  We are no more in the job of growing cereals on their own : we actually sow plants that are grouped under three different families, together & alternatively within the same year on a single plot.  Of course, we will still need to vary our crops on one given plot along several years in view to preserve its fertility & so that weeds may not invade it.

140422


Camelina sativa is a flowering plant in the family Brassicaceae and is usually known in English as camelina, gold-of-pleasure, or false flax, also occasionally wild flax, linseed dodder, German sesame, and Siberian oilseed. It is native to Europe and to Central Asian areas & cultivated as oilseed crop mainly in Europe and in North America.

Winter wheat (Triticum aestivum) is a crop plant cultivated from September to December in the Northern Hemisphere. Winter wheat sprouts before freezing occurs, then becomes dormant until the soil warms in the spring. Winter wheat needs a few weeks of cold before being able to flower, however persistent snow cover might be disadvantageous. It is ready to be harvested by early July. Due to the timing of the plant's growth and maturation, winter wheat is valued as a cold crop that can be planted right after the harvest in the fall.

10.3 failed attempt to sow cereals on a prairie * 5 p

10.3 failed attempt to sow cereals on a prairie * 5 p

photo prise il y a un an de la tentative de semis direct de céréale en seconde paille dans la pelouse poussée entre moisson & semaille

Furent utilisés un cultivateur & un semoir en tandem pour un semis direct.

Comme indiqué à l'article 10.2, il est impossible de produire en seconde année une céréale sans un apport substantiel de fumier ou de toute autre source d'azote organique destiné à nourrir la protéine que le grain contient.

En première année, l'apport fourni par la prairie suffit, ce qui nécessairement épuise le stock d'azote emmaganisé dans le système racinaire & la microflore du sol durant la vie de la prairie.

L'essai échoua car la proportion de trèfle était trop faible dans la prairie, de l'ordre d'un cinquième au lieu des quatre cinquièmes recquis & parce que trois mois ne sont pas suffisants pour reconstituer le stock.  Le délai réel nécessaire est plus près de trois ans que de ces quelques mois.

Le gris du l'humus visible sur la photo est un indice supplémentaire d'un sol qui n'avait à cette date pas atteint la classe de fertilité minimale nécessaire.

10.3.5  semis direct sans semoir direct

10.3.1  Un combat de titans.
Décembre 2009.  Un combat antique se déroule en silence sur les parcelles.
Les protagonistes en sont le chiendent, âge cent millions d'ans, catégorie épiphytes rampantes; le seigle, âge dix mille ans, catégorie graminées céréales;
le trèfle blanc, âge dix millions d'ans, catégorie légumineuses engrais verts.  L'automne fut doux.  Le trèfle a pu se développer, mais le chiendent a prospéré plus encore.  Cet hiver & au printemps, le seigle aura l'avantage de sa résistance aux frimas.  Après la moisson d'été, le tour du trèfle sera venu de croître, car il bénéficie le plus du soleil, & ses racines sont fortes.  Dans sa lutte avec le chiendent, il remporte la joute en trois années.  Nous ressèmerons du trèfle en mars, temps où il germe le plus facilement à la ferme de mars.


10.3.1  An age-old fight.
December 2009.  A peculiar combat is silently on going on the plots.  The fighters in it are dog-grass, aged a hundred million years, green cover pioneer category;
rye, aged ten thousand years, tufted grass cereal category; & white dwarf clover, aged ten million years, legume green manure category.  Fall was mild.  The clover could grow, but dog-grass grew even better.  This winter & next spring, rye is going to get over, for it can stand the cold quite well.  After the summer harvest, the weather will be fine enough, & the clover have its best.  It prospers well in full sunlight & its root is strong.  In its wrestling with dog-grass, clover takes over thoroughly the third year only.  We will have to sow more of it in March, the time of year when it easily sprouts.


10.3.2  Rhizobium azotobacter préexistait-elle ?
Juillet 2010.  Regardons l’issue de cette lutte de survie qui eut lieu dans les parcelles de céréales au cours des neuf mois écoulés.  L’hiver fut long & froid, avril fut chaud & sec, mai frais & sec, & juin froid & humide.  Le résultat est inégal & varie selon les conditions édaphiques de chaque parcelle.  La céréale prospéra, avec un bon tallage, & le trèfle germa aux lieux où quatre critères étaient réunis :
peu de chiendent, un sol peu tassé, & relativement profond, une semence de fort calibre – un poids de mille grains supérieur à 50 grammes.  La réussite de germination des trèfles blanc & hybride de blanc & violet obéit à trois facteurs :
là où le chiendent était moyennement présent, où leur bactérie symbiotique préexistait dans le sol, & lorsque la date des semis fut favorable. Il faut semer en mars, avant une averse de pluie, & de préférence en date racine du calendrier lunaire. Lorsque la bactérie est absente d’un sol, c’est-à-dire que les trèfles en furent bannis trop longtemps, il est envisageable d’en inoculer les graines avant semis. Un apport de fumier provenant d’une prairie comprenant du trèfle peut avoir le même effet.  Lorsque le chiendent & les adventices à fortes racines étaient trop présentes, ni les trèfles, ni la céréale n’ont pu germer, ce qui offre un résultat des plus médiocres.  Lorsque la pression du chiendent était moyenne, que Rhizobium azotobacter préexistait, & en sol trop tassé, seuls les trèfles germèrent; nous obtenons une pelouse de trèfle, ce qui constitue une base pour la prochaine saison, mais nourrit peu son homme cette année.  Dans les mêmes conditions, mais en sol moins tassé, les céréales sont présentes, mais trop concurrencées par les graminées de prairie.  De ce fait, les graminées herbeuses les entrainent dans la verse, car la moisson sera tardive cet an, du fait du déficit de températures du mois de juin.  Les trèfles sont clairsemés.  Ils attendent la moisson pour se développer plus.  A partir de ces données, un protocole d’expérimentation sera mis en œuvre. Nous l’aborderons au prochain article.

 

10.3.2  Did Rhizobium azotobacter bacteria exist in the soil ?
July 2010.  What happened to the fighters for survival in our cereal fields, along the past nine months?  Winter was long & cold; April was warm & dry; May was cool & dry, & June was cold & extremely wet.  What we obtain varies accordingly to the particular soil situations on every plot.  Where four conditions were met with, scarce dog-grass, a soft & comparatively deep soil, & where the seed sown were big – a thousand seeds heavier than fifty grammes, there the cereal grew & tilled well, & the clovers sprouted underneath.

Where only three conditions prevailed : the dog-grass was only half present, Rhizobium azotobacter, the bacteria that associates with clover, was already present in the soil, & the sowing time was best as could be, there our white & hybrid clovers spouted well.  March is the proper time for sowing clover.  It is rather done before a shower of rain & on a day marked « root » on the moon-calendar.  If clover has been off the plot for more than ten years, it means the bacteria is probably not in the soil any more.  It could be good then to inoculate the clover seeds with it before sowing.  The bacteria could also be imported to the soil together with manure came from cattle that grazed a field where there was clover.  Where both dog-grass & some strong rooted weeds were plenty, neither the cereals, nor the clover could germinate properly.  There, the result of our work is roughly close to nil.

Where we had a medium-strong dog-grass, some Rhizobium azotobacter, but too hard a soil, only the clovers sprouted.  We get a clover cover, which is quite good for next year, but provides no crop this year.  In a similar situation, but on a softer, not so packed soil, cereals sprouted, but too slowly, so that they did not till.  Because they grew together with grass, & partly because this year's harvest is going to be late, due to a cold June, the now ripe grass that is as tall as the rye, tends to bend it.  The clover is scarce & longing for the light it will get after harvest.  We see then very different cases, from good to very bad, & as such we hold a sound basis for further experiment & setting trials along the next crop to grow.  Sowing is going to start again in September.  Let us review the proceedings we are to use next in the next article.

 

10.3.3  Légumineuses, graminées & compagnie.

Août 2010.  Dans les parcelles dont le sol est proche de la neutralité pédologique, soit un pH 6, les trèfles végètent bien - c'est-àdire qu'ils croissent - en ce moment malgré une sécheresse relative. La coupe des céréales à la moisson leur a procuré l'éclairement dont ils ont besoin à cette saison. 

En septembre, nous sèmerons cinq kilogrammes de trèfle blanc nain rampant par hectare & autant de trèfle hybride de blanc & violet.  Le trèfle hybride s'établit plus rapidement & par sa présence aide à l'installation du trèfle blanc. En revanche le trèfle nain une fois établi, demeure. Le semis des trèfles se fait à la volée, en surface, en plein sur toute la parcelle & en semis direct, c'est-à-dire sans labour.

Peu après, nous semons une céréale par bandes de quatre lignes, en semis direct précoce. Les lignes de semis sont à grand écartement, distantes d'un pied environ, ou un tiers de mètre.Le semis en lignes espacées favorise le tallage des céréales, ce qui les rend plus résistantes aux conditions imprévues, & la première tâche du paysan est de se préparer à l'imprévu.  Les céréales envisagées sont le triticale, l'épeautre, des blés poulards, l'avoine nue.  Ainsi qu'il fut évoqué à l'article 3.7, en fin d'hiver c'est-à-dire en février, nous apporterons un amendement minéral & organique qui sera détaillé plus tard. En mars les trèfles blanc & hybride seront semés à l'identique du semis de septembre. Au cours de l'hiver,une bande de semis sur quatre sera remplacée par un andain de branches tirées des parcelles de bois voisines.  Sur les parcelles dont le sol est le plus riche, toutes ces opérations seront effectuées, mais une féverole sera semée au lieu de la céréale.  Aux lieux où les adventices étaient trop fortement implantées cette année, le trèfle n'a pas pu germer en quantité suffisante. L'objectif prioritaire désormais est d'y installer une pelouse de trèfle. Le semis de céréale en bandes de quatre lignes à large écartement permet par sa densité claire l'existence du trèfle, plante pérenne, en sous-étage. Le meilleur trèfle nous semble le rampant blanc nain peu agressif, mais nous utilisons l'hybride en mélange pour l'aider les premiers ans. La semence utilisée sera le triticale récolté cette année.  Une de ces parcelles sera ensemencée de sarrasin en semis de printemps.

 

10.3.3  Buckwheat in April.

August 2010.  After the harvest of the grain at the beginning of this month, the straw was left on the ground. On the plot where the soil is close to neutral – pH 6 – we see now the clover grow through the straw.  Next month we are going to sow clover again – white, dwarf, creeping clover, ten kilogrammes per hectare & an hybrid of pink & white clovers, five kilogrammes per hectare. The white clover is destined to stay, & that is not the case with the hybrid one, but we mix the latter with the former for, being bigger in size, it helps the white clover to settle, along the first years. Clover seeds are small & thrown evenly onto the ground with no more ado.  Soon after, we sow a cereal – triticale, spelt, ancient wheat or naked oats. The sowing is direct, that is, without prior ploughing, early & done in bands of four lines. The free space between two lines is about a foot wide, & every fifth line is missing. The lines are wide-spaced to allow clover, a perennial plant, to grow between the lines of cereals. Moreover wide planting helps tilling & tilled cereals are stronger & stand better hard, unexpected conditions. As farmers, we expect unexpected conditions.  As we saw in article 3.7 there is a strong need to amend the soils of our farm. This will be done at the end of winter, i.e. in February. In winter, one band in four will be replaced by a line of branches brought from the nearby wood plots, in order to increase organic matter in the soil. In March, clovers will be sown again the same way as in September.  On the plots where soil is the richest, all those operations will be done in the same way, but small broad-bean sown instead of a cereal.  On some plots, clover could not sprout evenly enough this year because it was prevented to do so by too many very strong weeds. There, we first & foremost need to see a clover cover of the soil well established in the comming year.  However, sowing the cereal in bands of four wide-spaced lines does not hinder the lawn of clover because it is a low density sowing. The white, dwarf, creeping clover seems best fit, because it is short & shallow, but we sow it mixed in the proportion of two to one, with an hybrid of pink & white clovers which will help it along in the beginning. On those plots we are going to sow in October, some of the triticale we just harvested, & on one of them buckwheat in April.

 to be continued...121129  140422

10.3.4  Qu'un paysan ne meure pas de faim!

Août 2010.  Sur les quelques parcelles dont le trèfle est totalement absent, une préparation préalable à ces opérations semble nécessaire.  Ce travail pourrait être de faux semis avec un cultivateur de type Actisol ou un outil à pattes d'oie.  Cultuver ainsi le sol diverge d'Agrinature, mais il m'apparait désormais que, avant toute autre considération, la première règle agricole est que le paysan, la paysanne ne meure pas de faim & à cette fin, qu'il ou elle obtienne une récolte assurée!  Le travail du sol sera à une profondeur visée d'un pouce en période de sécheresse, aout ou le début de l'automne chinois.  Aux parcelles les plus pauvres, au sol de pH 5, des amendements de branches – le bois raméal non fragmenté, décrit à l'article 6.8 – seront répandus en andains tous les quinze mètres.  En été - mai - ou à l'automne - août - s'il était constaté qu’à nouveau des adventices tendaient à proliférer sur une parcelle, elle sera semée d'un des trois engrais verts, moutarde - ARE - trèfle du Roussillon - EVA - & seigle plus vesce d'automne - EVA ou ARE.  La fougère aigle disparaît après un apport de dix tonnes par hectare de roche calcaire argileuse brute de carrière & l'effet ainsi produit est escompté durer dix ans.  L'auto-amendement consiste à l'utilisation des trois engrais verts.  Des apports de fumier & des eaux sales recyclées sont aussi utiles tant que de besoin.

8 septembre 2010 - 140422

10.3.4  a combined direct drill.

August 2010.  On other plots where we see no clover whatsoever, we are going to just plough in September before sowing clover, & then sow cereal in October through our simplified direct drill.  Ploughing does not go with Agrinature, but I daresay that long ago before the five non-actions of Agrinature, the first rule of agriculture was that farmers obtained a sure harvest, so that they would not starve !   On the plots where the soil pH close is to 5, we are to amend the land with twigs as described in article 6.8 & with ordinary clayish limestone directly extracted from quarry.  It may seem odd to spread stones on a field, but as they actually split in two every year, they disappear quite fast & soon become part of the soil.  Up to now, we have provided half of our plots with limestone.  We plan to finish off the job within the next three years.  We still have to find which amendment we are going to use in February.  In a later article we will describe our combined direct drill.

--

 Les conclusions de cet article sont en grande part caduques.  Nous le conservons pour mémoire des tentatives échouées avec des corrections mineures qui éclairent en introduction ce qui fut accompli plus tard. - 121129 - 140422

10.1 le paddy de Masanobu * origin of cereal growing 3 2p

10.1 le paddy de Masanobu * origin of cereal growing 3 2p

trèfles semés en mars en sous-étage de la céréale - photo prise après la moisson de 2009

 

10.1.1  Le paddy de Masanobu. - the origin of cereal growing.


A la suite du remembrement agricole d'après la guerre, Masanobu Fukuoka hérita de son père un champ de rizière minuscule, de taille presque ridicule.
Il se considérait cependant & avant tout comme un producteur céréalier & consacra à définir sa méthode en ce domaine, l'essentiel de son effort & son énergie d'invention.
La petite taille de son champ lui permettait d'approcher la perfection par une observation attentive, fine & une grande rapidité d'intervention lors des semis, récoltes, & épandages de fumier.
La productivité de sa terre rapportée à l'hectare était la plus haute de son temps, & il veillait sans cesse à l'augmenter.  Il établit lui-même deux variétés de riz qui combinaient tout à la fois des caractères antiques de résistance & plus modernes de productivité.  Il s'agit de semences de population que l'on peut utiliser à l'infini & qui, comme toutes les semences de population, évolueront en même temps que tous les autres facteurs biologiques, au cours des millénaires à venir.

Le paddy était utilisé par deux céréales alternativement treize mois sur douze:  Le riz demande environ six mois de végétation, de même que le blé dur ou l'orge qu'il produisait en alternance en céréales d'hiver.  A chaque fois, le semis est effectué en plein, à la volée, dans la céréale précédente, environ une quinzaine avant la moisson.  La paille est restituée aussitôt intégralement & non hachée, pour servir de mulch & d'amendement organique.  Du trèfle nain pousse en couverture permanente, en sous-étage des céréales, & la germination de la céréale suivante s'effectue donc sous le couvert du trèfle.

Le semis du riz est réalisé à la volée comme pour tout autre céréale, c'est à dire que le paddy n'est inondé qu'en cas de nécessité drastique.  Par ouverture du canal latéral deux à trois  fois dans la saison, & durant deux à trois jours à chaque fois, l'irrigation par inondation momentanée du champ est réalisée lorsque le paysan le juge absolument indispensable, & pour le temps le plus court possible.  Cette inondation a en outre l'avantage subsidiaire d'affaiblir le trèfle & autres adventices, s'assurant ainsi qu'elles ne prendront pas le dessus sur les jeunes pousses de riz.
En saison froide, lors de la croissance du blé ou de l'orge, ces mêmes adventices sont bien moins actives, & le problème ne se pose donc plus lors.
La fertilisation est assurée par épandage discret de fumier de volaille sec fractionné en trois, juste après le paillage, au tallage, & à l'épiaison.

10.1.1  Rice, clover, & barley.


At the end of the war, Fukuoka's father was depossessed of the main part of his land fit for rice growing, & he did not complain about it.  Masanabu's paddy field was thus very tiny.  Nevertheless, he thought of himself first of all a cereal farmer, because on this subject itself, he spend the most of his effort, concentrated the most of his creativity, & made his method as complete as he could.

For his rice field was small, it could be watch over very carefully, & sowed, fertilised, or harvested quite fast.  This allowed Fukuoka  to near perfection on this topic.  In terms of productivity per hectare, his was the highest of his time around the world, & he never ceased to increase it.
He has established two new types of rice seeds by crossing ancient, strong rice types with modern, productive ones.  These are non-hybrid varieties that can be sown for ever & ever, & are able to evolve in the future along with their environment.

The field was used thirteen month a year to grow alternatively rice in the warm season, & durum wheat or barley as winter cereals.  Each of these requires a six months & a half growth, but each is sown by scattering the seeds among the mature, previous one, about a fortnight before harvest.  The non-chopped straw is spread evenly, at once, on the paddy where it acts as a mulch & a fertiliser at the same time.  In the field, clover grows as a constant cover of the ground.  It means that the cereal sown two weeks before harvest sprouts under this cover.

The rice is sown the same way any other cereal, for the paddy-field is flooded only when irrigation appears to be absolutely unavoidable.  Twice or thrice in the season, & two or three days each time, the side channel is let open in order to flood the rice, but this is done only in case of a drastic need, & for as short a time as possible.
As a side effect, this flooding helps weaken & control the weeds & clover, to make sure they do not overgrow the young rice shoots.
In the winter, when wheat or barley are grown, the growth of the weeds & clover is not very active, & so the cereal itself can take over without more help.
Dry chicken manure can be spread on the field, just on top of the straw, again at the time of tilling, & last when the young ears appear.


121104

10.1.2  Deux aspects à développer.

Deux aspects n'ont pas pu être développés par notre génial inventeur.
Il n'utilisa aucune machine, car il n'avait nul besoin de mécanisation, étant donné la petite taille de son champ.
Il pensait aussi que la mécanisation est une régression qui rend les humains inutiles, stupides, paresseux.  De plus, l'usage de machines doit être réduit autant que le contexte social du temps présent le permet, car leur poids & leurs vibrations déstructurent les sols.

Également, la méthode céréalière qu'il inventa correspond à la latitude où il vivait, en zone tempérée chaude.
En ce qui concerne les autres latitudes, il nous reste à inventer des pratiques similaires, compte-tenu des plantes particulières dont elles permettent la végétation.
En zone tempérée froide, j'ai imaginé une rotation orge, sarrasin, seigle, épeautre: quatre récoltes en trois ans, mais cela demande des terres plus fortes que celles dont je dispose, & un grand choix de variétés afin d'optimiser les dates de semis.

Ma recherche se tourne désormais vers l'adaptation de la méthode Agrinature aux sols pauvres qui ne souffrent, aux premiers abords qu'une unique & maigre récolte annuelle.  Avec le temps, les sols se restaureront, & à mesure qu'ils redeviendront riches, leur capacité croîtra & ma pratique s'adaptera à cette transformation.

Produire sur les terres pauvres est devenu la nécessité nouvelle du développement de l'agriculture en un temps où la civilisation mondiale pollue, érode, goudronne & bétonne les zones les plus fertiles pour l'amour d'un l'urbanisme qu'elle révère.
Nourrir les humains d'une agriculture frugale, simplifiée devient notre objectif, lorsque nous comprenons enfin qu'une agronomie qui dépensait plus d'énergie de pétrole qu'elle ne produisait de calories alimentaires fut un artéfact & un paradoxe d'un vingtième siècle trop guerrier.


Commentaire du 16/12/2009 : Pour résoudre cette question de la carence en azote & de l’appauvrissement du sol, introduire des légumineuses comme le soja ou la féverole dans la rotation.


10.1.2  A poor soil enriched.

However, there remain two aspects our most famous farmer in Japan had no time to develop on the topic of cereals.
First, he did not use any machines, for his field being so small, these would have been more of an hindrance anyway.  He considered machines too costly for the little benefit they produce.
Actually, if we really weighed the pros & cons about using machines or not, often we would discard them as a nuisance.  In farm works, their weight itself & the vibration of their engines are harmful to the soil's structure.  In the end, the overuse of machines makes us, humans look superfluous on Earth, & tend to render us lazy & dull-minded.  For all these reasons, we had rather make use of them as little as possible according to the social conditions of the time.

The second limit Fukuoka set to his research on cereal growing was that he did a thorough job in the climate & latitude where he lived, i.e. temperate-warm climate, but no more of course.
Then, some people later would have to research in the same way to adapt the method to other climates & ecological contexts.

As I live & farm under a temperate-cold climate, I imagined I could grow successively barley, buckwheat, rye, & Triticum spelta: four harvests in three years, but found the soils on my farmland not rich enough in the beginning to produce so many crops in a row.  Moreover, in today 's economical context inherited from the past century, cereals have been selected mostly to respond to fertilisers, & as a consequence the seeds commonly sold are neither hardy nor strong, in a nutshell not really fit for organic farming.  Ancient varieties of cereals still exist, but the laws in Europe forbid their trade & to find such seeds requires a lot of investigation.

At the moment, I am trying to establish Fukuoka's method, Agrinature, on growing cereals on my farm's poor & ruined soils.  Those can provide for a start just one modest harvest per year.
Along time, the soils will gradually restore their fertility & as their capacity increases, my practice will follow & evolve too.

In times when the world civilisation is keen on polluting, eroding, & covering the richest soils with tar or concrete for the sake of modernity & city life, for the sake of business & money, farming poor, ruined soils will become soon the new target of agricultural development.
We start understanding that when agriculturists in the twentieth century invented what we must call a farming industry, because it lived on petrol, instead of producing food calories, their target was in fact to use it as a "green weapon" in a century too much war-ward-bound.

This type of farming is rampant nowadays, but we in Agrinature are intend on feeding humans by means of a sober, frugal, simple way of farming.

130227

Comment sent on 16/12/2009 :  To solve this problem of nitrogen & poor soils, we can alternate legumes - soya, for instance – with cereals.

 

 

10.0 - elles développent une force à exister & donner - p

 

Le pied du paysan dissémina les spores de la fougère mâle depuis le sous-bois voisin vers les lisières, bordures & talus.  Elle est indicatrice d'un humus neutre & nourri en contraste avec l'extrème acidité des débuts.  Au cours des cinq premières années, sans apport d'amendements, l'acidité diminua déjà.  Le seul amendement était lors la présence & les déambulations du paysan. - chapter 19

---

Circulant en une parcelle, j'observe des lieux qui rendent & d'autres qui ne rendent pas.

Parfois, c'est la parcelle entière que se refuse à donner.  Le mobile, la chaîne continue de la production qui court de filament de ryzhosphère en barbe d'épi y est rompu.  Plus tard, lorsque la restauration commence d'être opérée, des différences apparaissent, se démarquent entre divers points du lieu.  Entre eux la vibration diffère.  Elle peut être forte & on y ressent une exaltation, du dynamisme comme en la joie juvénile & le lieu s'y construit en herbes d'une prairie riche.  Plus tard encore dans le processus de réparation, des points de la parcelle qui semblent heureux apparaîtront de plus.  L'énergie n'y est pas moins forte mais plus pleine, mâture, moins primesautière, tout près de vibrer à l'août d'un juillet de moisson.  Dans le process en cours, ces lieux seront les premiers prêts à rendre la graine de céréale que nous leur donnons.

Il est des parcelles qui n'ont jamais rendu vraiment depuis dix ans.  La terre y est comme triste d'avoir trop longtemps été maltraitée, son droit d'exister dénigré.  Nous avons depuis dix ans surtout laissé les sols s'auto-amender & cet article résume l'observation par intuition des prémices d'une fertilité retrouvée qui commence à poindre à l'horizon de patience.

 ---

Amender d'un arrosoir de dix litres d'eaux usées sur une ligne de cent mètres est comparable en nombres d'atomes apportés aux apports infinitésimaux de la biodynamie ou de l'homéopathie.  L'effet pourtant est net, éclate de sa différence.

---

Déposer un tas de fumier à une extrémité du champ l'amende avant même épandage, par une forme de résonance.  Par instinct, le paysan dépose le tas en haut, même si la pente est infime, invisible à quiconque hors lui.

Vesces & gesses sont les plus belles & c'est parce qu'elles développent le plus de force à exister & donner.  Le trèfle incarnat annuel & eut-être quelque lotier corniculé leurs fournissent un sous-étage mêlé des trèfles pérennes spontannés, plantes compagnes de nos cultures.

Lorsque j'aurai intégré en mon être tous les mécanismes subtils en jeu en ce process d'auto-amendement,

mon job sera fini.

Les parcelles rétablies lors produiront en chaque an & à la mesure du potentiel du lieu.

Le critère de notre pratique est de peu d'intrants, de manière à ce que l'agriculture recommence de rendre.

L'agronomie ce jour envisage de produire en détruisant les sols, le capital humus, les eaux, les climats,

la population des paysans, les paysages, l'économie des campagnes,

tout en consommant plus de pétrole qu'elle ne produit de nourriture

& plus de subventions qu'elle ne dégage de marge brute.

Nous n'apportons aucun intrant de type engrais ou pesticides : les engrais érodent les sols

& les pestes sont des chimères, produits de notre mental malade.

Nous apportons peu d'intrants en amendements & fumiers.

Nous recyclons toutes les matières en incluant des arbres dans la structure de la ferme.

Nous limitons autant que faire se peut l'intrant pétrole pour le travail du sol.

Chaque fois qu'un paysan, une paysanne intégre en son être

tous les mécanismes subtils en jeu en ce process d'auto-amendement,

son job accompli, nous entrons dans le non-faire.

 

10.1.3 - elles développent une force à exister & à donner - 140409

A voir sur ce blog :epi de blé

DERNIERS ARTICLES :
3.0 les cinq étapes, la démarche / illustration /
  semer l'incarnat à l'automne chinois La photographie prise en mars montre un trèfle incarnat semé en plein en septembre.  Le couvert du sol est incomplet car le semis
9.9 l'arbre qui parle /
l'arbre qui parle Voici une liste de bois classés selon leur capacité calorifique par unité de volume. Cette classification est ce jour caduque du fait que les poêles mod
13.2 la puissance du mental collectif /
L'égrégore du réchauffement de notre planète. La rapidité du réchauffement du climat de notre planète nous étonne.  Elle démontre la puissance sans limite du mental humai
10.11 blé population semé en billes d'argiles / sol nu - 0 p
10.11 - blé population semé en billes d'argiles sur sol nu - Le sol fut préparé à la fouilleuse Actisol à une profondeur d'un pouce.  Nous avons oublié de semer des trèfl
12.8 la terrasse soli-pluviale /
12.8 la terrasse soli-pluviale -
forum